La Colombie-Britannique du Canada prend des mesures pour décriminaliser de petites quantités de drogues illicites | Nouvelles sur les drogues

0
174

La province la plus à l’ouest de la Colombie-Britannique affirme que cette décision, la première du genre au Canada, vise à aider à lutter contre la crise des opioïdes.

La province canadienne de la Colombie-Britannique (C.-B.) décriminalisera de petites quantités de drogues illicites à usage personnel, a annoncé le gouvernement, dans le cadre d’une mesure unique en son genre au Canada qui vise à lutter contre la crise des opioïdes.

Dans un communiqué publié mardi, le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré que la province avait obtenu une exemption de trois ans à la loi fédérale canadienne sur le contrôle des drogues, la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

Les adultes âgés de 18 ans et plus qui sont en possession de 2,5 g (0,09 once) de certaines substances illicites – y compris l’héroïne, le fentanyl, la cocaïne, la méthamphétamine et la MDMA – pour un usage personnel ne seront pas arrêtés, inculpés ou leurs drogues saisies, le gouvernement dit dans une fiche d’information.

L’exonération entrera en vigueur le 31 janvier 2023 et durera jusqu’au 31 janvier 2026.

« C’est une journée très importante », a déclaré Sheila Malcolmson, ministre de la Santé mentale et des Dépendances de la Colombie-Britannique, lors d’une conférence de presse à Vancouver mardi après-midi.

Des membres de la communauté du Drug User Liberation Front distribuent des doses de drogue propres et testées lors d’une manifestation à Vancouver, en Colombie-Britannique [File: Jesse Winter/Reuters]

« L’approbation par le gouvernement fédéral de la demande de la Colombie-Britannique visant à décriminaliser les personnes qui consomment des drogues est une étape majeure dans le changement de notre perception de la toxicomanie et de la consommation de drogues en Colombie-Britannique. Cela reflète l’accord de notre gouvernement selon lequel la consommation de substances est un problème de santé publique, et non un problème criminel.

Le Canada a fait état de près de 27 000 décès dus à des surdoses d’opioïdes entre janvier 2016 et septembre 2021, selon les chiffres du gouvernement, tandis que la pandémie de COVID-19 a aggravé la crise.

Entre avril 2020 et mars 2021, le pays a enregistré 7 224 décès liés aux opioïdes, soit une augmentation de 95 % par rapport à la même période un an plus tôt. La plupart des décès sont survenus en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.

Mais les travailleurs de la réduction des méfaits et les défenseurs de la dépénalisation des drogues affirment que l’exemption de la Colombie-Britannique annoncée mardi ne fait pas assez pour lutter contre une crise nationale qui, selon eux, nécessite une action immédiate.

« 2,5 grammes, c’est faux. C’est loin d’être faible. Pourquoi attendre aussi janvier 2023 ?!? Pourquoi pas immédiatement », a écrit sur Twitter Zoe Dodd, travailleuse en réduction des méfaits et experte en politique antidrogue basée à Toronto, la plus grande ville du Canada. « Les libéraux prouvent une fois de plus qu’ils ne s’engageront pas dans la décriminalisation. Ce n’est pas seulement un problème local en Colombie-Britannique.

En janvier, la santé publique de Toronto a également demandé (PDF) une exemption fédérale pour décriminaliser la possession personnelle de drogues illicites, citant une augmentation « sans précédent » des décès liés aux opioïdes. La ville a enregistré 551 décès confirmés d’opioïdes du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021, soit une augmentation de 57% par rapport à la même période un an plus tôt, a indiqué l’agence de santé.

« La criminalisation rend difficile l’accès des personnes qui consomment des drogues aux services de réduction des méfaits, ce qui augmente le risque de blessure, de maladie et de surdose. De plus, les casiers judiciaires rendent difficile pour les gens de trouver un emploi et un logement », a-t-il déclaré.

« Les lois canadiennes actuelles sur les drogues ont entraîné la criminalisation disproportionnée des Noirs et des Autochtones. En tant que telle, la dépénalisation est un élément important et nécessaire d’une approche globale de la crise.

Mardi, d’autres experts ont également exhorté le Canada à étendre la dépénalisation des drogues, soulignant que la crise des opioïdes va au-delà de la seule Colombie-Britannique.

«Les personnes qui consomment des drogues en #Nouvelle-Écosse et partout au Canada méritent les avantages découlant de la dépénalisation des drogues», a écrit Jamie Livingston, professeur agrégé de criminologie à l’Université St Mary’s à Halifax, sur Twitter.

« Les méfaits de la stigmatisation et de la criminalisation ne s’arrêtent pas à la frontière de la Colombie-Britannique.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/31/canada-bc-moves-to-decriminalise-small-amounts-of-illicit-drugs

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire