La Colombie se dirige vers le second tour de l’élection présidentielle

0
136

Le gauchiste Gustavo Petro a mené le peloton lors du premier tour de dimanche, mais n’a pas obtenu les 50% des voix nécessaires pour l’emporter.

La course présidentielle colombienne devra être décidée lors d’un second tour le mois prochain après qu’aucun des six candidats à l’élection de dimanche n’ait été en mesure d’obtenir les 50% de voix nécessaires pour éviter une confrontation en tête-à-tête.

Les résultats du premier tour ont déclenché une bataille entre le gauchiste Gustavo Petro, un ancien guérillero entré en politique après que son groupe rebelle a accepté de désarmer, et Rodolfo Hernandez, un magnat de la construction de 77 ans qui est devenu célèbre lorsqu’une vidéo virale lui a montré giflé un opposant politique en 2018.

Petro a mené le peloton bondé dimanche, obtenant environ 40% des voix, tandis que Hernandez est arrivé deuxième avec 28%, selon le décompte préliminaire. L’ancien maire de Medellin, Federico Gutierrez, est arrivé troisième avec moins de 24%, dans un coup dur pour le président sortant Ivan Duque, qui avait soutenu le candidat de droite car il n’était pas éligible pour se présenter lui-même à la réélection. Dans son discours de concession dimanche soir, Gutierrez a exhorté ses partisans à voter pour Hernandez pour s’assurer que le gauchiste Petro ne remporte pas le second tour.

Petro, qui s’est engagé à mettre fin à l’exploration pétrolière dans le pays et à redistribuer les fonds de pension, deviendra le premier président de gauche de l’histoire de la Colombie s’il remporte le second tour de juin. Hernandez se présente comme un combattant de la corruption anti-establishment et s’est engagé à éliminer les dépenses gouvernementales inutiles.

Petro, 62 ans, qui a siégé au Congrès colombien et a été élu maire de Bogota en 2011, a renforcé la sécurité ces dernières semaines et a fait campagne derrière des boucliers pare-balles après avoir prétendument reçu des menaces de mort. La Colombie a une histoire d’assassinats de candidats de gauche. Carlos Pizarro, commandant en chef du groupe rebelle M-19 de Petro, a été tué par un homme armé anticommuniste alors qu’il se présentait à la présidence en 1990. Le candidat de gauche Bernardo Jaramillo a également été tué cette année-là.

Soutenu par une circonscription progressiste plus jeune, Petro est détesté par le gouvernement sortant de droite du pays, Duque. Les critiques insistent sur le fait que Petro transformera la Colombie en son voisin socialiste (et affamé de sanctions) le Venezuela. Alors que Petro a perdu contre Duque aux élections de 2018, le régime allié des États-Unis à Bogota n’a pas bien résisté au cours des quatre dernières années, plongeant dans une crise économique en raison de sa réponse à la pandémie de Covid-19 qui a aggravé les dommages existants causés par la répression contre manifestations à l’échelle nationale contre les inégalités, la corruption et la brutalité policière.

La colistière de Petro, la candidate à la vice-présidence Francia Marquez, a accusé plus tôt ce mois-ci l’administration du président Joe Biden d’interférer dans les élections colombiennes en portant de fausses accusations selon lesquelles la Russie et le Venezuela se mêlaient de la course.

Lire la suite

Les États-Unis confirment un nouvel “allié majeur hors OTAN”

Moins d’une semaine avant le vote, Biden a signé un mémorandum déclarant la Colombie un “Allié majeur hors OTAN” de Washington après que Bogota a engagé un groupe de troupes colombiennes pour former des soldats ukrainiens aux opérations de déminage. Bien que le statut confère des privilèges économiques et des contrats de défense, il n’inclut pas explicitement les garanties de défense comme le fait l’adhésion à l’OTAN.

Une membre du Congrès américain, la représentante Maria Elvira Salazar (R-Floride), a appelé Biden à intervenir si nécessaire pour empêcher Petro de devenir président. “Gustavo Petro est un voleur, un marxiste et un terroriste” dit-elle vendredi. « Et il veut être le prochain président de la Colombie, conduire les Colombiens dans la misère, la faim et l’exil. Soyez très prudent, Colombie. Les décisions d’aujourd’hui déterminent demain.

La violence en Colombie est au plus haut niveau depuis que le gouvernement a signé un accord de paix en 2016 avec le groupe rebelle des FARC, selon la Croix-Rouge. Petro a critiqué la guerre contre la drogue menée par les États-Unis, affirmant que les dépenses massives de sécurité n’ont pas empêché la Colombie de rester l’un des principaux producteurs de cocaïne ni mis fin à la violence des gangs. Il a également suggéré que la Colombie réexamine sa politique d’extradition des barons présumés de la drogue vers les États-Unis.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire