La Corée du Nord échoue à un test de missile – rapports – RT World News

0
46

C’est le neuvième essai d’armes de Pyongyang depuis le début de l’année et le deuxième ce mois-ci

La Corée du Nord a tiré un “Projectile non identifié” mercredi, mais il semble avoir échoué quelques instants après le décollage, a déclaré l’armée sud-coréenne.
Les informations faisant état d’un test de missile bâclé par Pyongyang sont apparues pour la première fois dans les médias japonais et ont ensuite été reprises par Séoul.

“La Corée du Nord a tiré un projectile inconnu… mais il est présumé qu’il a échoué immédiatement après le lancement”, ont déclaré les chefs d’état-major interarmées sud-coréens dans un communiqué.

Selon le communiqué, le lancement a eu lieu dans une zone proche de l’aéroport de Pyongyang, qui a été le site de plusieurs tests antérieurs de ce que les États-Unis prétendent être des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Le site Web NK News, qui suit les événements en Corée du Nord, a déclaré que des témoins ont déclaré avoir entendu un fort “souffler” son – semblable à celui d’un gros avion – et le bruit d’un fort “crash” après ça. Il y avait également des images disponibles d’un nuage de fumée dans le ciel au-dessus de la capitale nord-coréenne, a ajouté le point de vente.

Le commandement américain de l’Indo-Pacifique a déclaré plus tard qu’il s’agissait d’un lancement de missile balistique, tout en exhortant le Nord à “s’abstenir de nouveaux actes de déstabilisation.”

On pense que Pyongyang a effectué un nombre record de neuf essais d’armes cette année, le dernier ayant eu lieu le 5 mars.




La Corée du Nord soutient qu’au moins deux des lancements étaient un “reconnaissance satellite,” mais Séoul et Washington insistent sur le fait qu’ils faisaient tous partie des travaux sur un nouveau système de missiles balistiques intercontinentaux, surnommé le « missile monstre ».

Un ICBM à capacité nucléaire peut parcourir une distance d’environ 5 500 km (3 417 miles), mettant les États-Unis à portée d’une éventuelle frappe de Pyongyang.

La Corée du Nord est interdite de missiles balistiques et d’essais nucléaires par l’ONU, qui a imposé des sanctions sévères au pays.

Pyongyang avait imposé un moratoire sur ces activités en 2018 après le début des pourparlers de paix entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain de l’époque, Donald Trump. Mais les négociations sont au point mort en raison de la réticence de Washington à lever les sanctions, Kim déclarant en 2020 que les tests reprendraient.

LIRE LA SUITE:
Activité sur le site nucléaire nord-coréen fermé – Séoul

La Corée du Sud et les États-Unis ont également récemment accusé le Nord d’avoir tenté de restaurer les tunnels du site de Punggye-ri, où il a effectué six essais d’armes nucléaires entre 2006 et 2017.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire