La Cour pénale internationale prend une décision surprise dans l’enquête sur la guerre contre la drogue aux Philippines — RT World News

0
42

La Cour pénale internationale a suspendu une enquête sur des violations présumées des droits menées par les autorités philippines dans le cadre d’une répression sévère du trafic de drogue, affirmant qu’elle examinait une demande de report de Manille.

Le procureur en chef de la CPI, Karim Khan, a déclaré que l’enquête avait été suspendue après que le gouvernement philippin a déposé une demande de report de l’affaire au début du mois, selon des documents judiciaires cités par Reuters vendredi.

“Le parquet a temporairement suspendu ses activités d’enquête pendant qu’il évalue la portée et l’effet de la demande de report”, a-t-il écrit, ajoutant que le tribunal cherche plus d’informations auprès du gouvernement de Manille.

Basée à La Haye, la CPI permet aux États de demander des ajournements s’ils mènent leurs propres enquêtes sur les charges en question. L’administration du président Rodrigo Duterte a déposé sa demande de report le 10 novembre, tandis que le ministère de la Justice du pays a annoncé sa propre enquête sur les abus présumés à la fin du mois dernier.

Lire la suite




Le tribunal a initialement ouvert l’enquête en septembre sur des allégations selon lesquelles la police philippine aurait procédé à des milliers d’exécutions extrajudiciaires et utilisé d’autres tactiques brutales contre des trafiquants de drogue présumés, et que Duterte aurait implicitement soutenu ces actions. Des militants ont accusé les autorités d’avoir tué des innocents, y compris des enfants, bien que la police insiste sur le fait qu’ils n’utilisent la violence que pour se défendre.

Alors que Duterte a refusé de coopérer avec l’enquête de la CPI, affirmant qu’il n’avait aucune autorité sur la nation insulaire, et a même retiré les Philippines de l’instance internationale en 2019, la cour a compétence pour enquêter sur les violations présumées commises par le pays alors qu’il était encore un membre.

Le conseiller juridique en chef du président, Salvador Panelo, a confirmé la demande de report dans de brefs commentaires à Reuters, affirmant “Il n’y a pas d’incohérence avec la demande de suspension d’action”, mais n’a pas élaboré.

Depuis sa création il y a une vingtaine d’années, la CPI n’a condamné avec succès que cinq personnes pour crimes de guerre ou crimes contre l’humanité – tous chefs de mouvements armés en Afrique, notamment au Mali, en Ouganda et en République démocratique du Congo.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici