La démocratie pakistanaise toujours troublée est à nouveau au bord du gouffre

0
289

La crise politique en cours au Pakistan a atteint un crescendo ce mois-ci avec l’arrestation de l’ancien Premier ministre Imran Khan et ses retombées. Les contours du conflit sont clairs : c’est Khan contre l’establishment militaire pakistanais. Et les gants sont enlevés.

Khan a été arrêté le 9 mai dans les locaux de la Haute Cour d’Islamabad, emmené par des dizaines de paramilitaires en tenue anti-émeute, apparemment pour une affaire de corruption. Mais la manière et le moment de son arrestation – survenant juste après qu’il ait doublé ses allégations selon lesquelles un haut responsable du renseignement était responsable d’une tentative d’assassinat contre lui en novembre dernier – indiquaient que l’arrestation concernait davantage la confrontation entre Khan et l’armée pakistanaise qui a commencé le printemps dernier avec son éviction lors d’un vote de défiance.

L’arrestation a déclenché des manifestations le même jour dans tout le Pakistan, dont certaines sont devenues violentes et ont impliqué du vandalisme contre des installations militaires. Dans des scènes sans précédent, des manifestants ont attaqué la porte du quartier général de l’armée à Rawalpindi, la maison du commandant du corps à Lahore et d’autres bâtiments, dont les bureaux de Radio Pakistan à Peshawar. Au moins huit personnes sont mortes dans des affrontements avec la police. L’autorité des télécommunications du pays a coupé l’accès aux services Internet mobiles et aux médias sociaux pendant plusieurs jours. En réponse aux protestations, la police a arrêté des milliers de travailleurs du parti de Khan, harcelant leurs familles dans le processus ; beaucoup d’entre eux doivent encore être produits au tribunal. Ils ont également arrêté de hauts dirigeants du parti de Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), et des membres clés de son ancien cabinet : son ancien ministre des Affaires étrangères, ministre des Finances, ministre des Droits de l’homme et ministre de l’Information.

Le 11 mai, la Cour suprême du Pakistan a jugé illégale l’arrestation de Khan dans les locaux d’un tribunal et la Haute Cour d’Islamabad lui a accordé une libération sous caution le lendemain. Au moment de sa libération, il a pointé du doigt un homme : le chef de l’armée pakistanaise, le général Asim Munir.

Un combat jusqu’au bout

La confrontation de Khan avec l’armée s’est maintenant transformée en un combat existentiel à somme nulle entre le politicien le plus populaire du pays et son institution la plus puissante. Khan, autrefois politicien préféré de l’armée, a depuis l’année dernière attisé le ressentiment populaire contre l’institution, qu’il blâme pour son éviction. Les attaques contre les bâtiments militaires après l’arrestation de Khan ont endommagé le vernis d’invincibilité de l’institution. L’armée – longtemps la vache sacrée du Pakistan, sa seule institution considérée comme intouchable – n’a pas apprécié la dissidence de Khan. Il a répondu avec force aux manifestations du 9 mai – qu’il a qualifiées de “journée noire” – en déclarant que les manifestants violents seraient jugés par des tribunaux militaires. Juger des civils devant des tribunaux militaires violerait les obligations du Pakistan en vertu du droit international des droits de l’homme. Mais le Conseil de sécurité nationale du Pakistan a soutenu la décision de l’armée et son gouvernement civil s’est rangé derrière elle, portant un coup à la constitution et à l’État de droit dans le pays. Cette semaine, un tribunal antiterroriste de Lahore a autorisé la remise de 16 civils aux militaires pour qu’ils soient jugés.

À certains égards, le soutien populaire de Khan avait agi comme un tampon au cours de la dernière année contre l’affirmation de l’armée. Mais après les manifestations du 9 mai, l’establishment militaire est revenu à son manuel habituel pour les dirigeants politiques et les partis qui sortent des sentiers battus au Pakistan. En cela, il utilise le gouvernement de coalition docile comme partenaire, comme il l’a fait dans le passé avec le gouvernement en place. Pour sa part, le gouvernement, dans son empressement à se conformer à l’establishment, n’a été que trop disposé à oublier les leçons du passé, alors qu’il avait lui-même été la cible de la colère de l’establishment.

Les hauts dirigeants du PTI, qui font partie du cercle restreint de Khan, ont été de nouveau arrêtés à plusieurs reprises même après avoir été libérés sous caution au cours des deux dernières semaines. Cette semaine, ils ont cédé sous une pression croissante et ont quitté la fête les uns après les autres. Shireen Mazari, l’ancienne ministre des droits de l’homme, qui avait été arrêtée cinq fois en deux semaines, a été la première au sommet à démissionner cette semaine. Fawad Chaudhry, l’ancien ministre de l’Information, a emboîté le pas. Le fidèle du parti et proche collaborateur de Khan, Asad Umar, a annoncé qu’il quittait ses fonctions de direction au sein du parti immédiatement après sa sortie de prison. Parmi les plus hauts dirigeants du PTI, seul l’ancien ministre des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi, toujours incarcéré, reste avec le parti. D’autres membres éminents du parti ont également démissionné. Le gouvernement dit qu’il envisage une interdiction du PTI.

Faire pression sur les politiciens pour qu’ils quittent ou changent de parti fait depuis longtemps partie du livre de jeu de l’establishment pakistanais, ce qui lui permet de maintenir une emprise de fer sur la politique. Khan avait été le bénéficiaire de telles manœuvres avant les élections de 2018. Mais la férocité de la pression et la vitesse des défections cette fois-ci ont pris par surprise même les observateurs chevronnés de la politique pakistanaise et de ses machinations civilo-militaires.

Pendant ce temps, le gouvernement de coalition a engagé une confrontation séparée avec le juge en chef de la Cour suprême du Pakistan, alléguant que le système judiciaire pakistanais est biaisé en faveur de Khan. Certaines parties du système judiciaire sont désormais montées les unes contre les autres.

Dans le même temps, l’économie est dans une situation désespérée. Le pays est dangereusement proche du défaut de paiement depuis des mois et l’inflation a atteint un record de 36,4 % le mois dernier. La dernière tranche d’un programme de sauvetage du Fonds monétaire international, qui doit expirer en juin, est en attente depuis des mois alors que le fonds attend que le Pakistan obtienne des prêts du Golfe et de la Chine. L’échec du gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Shehbaz Sharif à faire face à la crise économique l’a rendu profondément impopulaire.

Aucune institution du pays ne semble capable – ou désireuse – de la sortir de son pétrin actuel.

Ce qui est en jeu

Des élections générales doivent avoir lieu au Pakistan d’ici octobre. Il est loin d’être clair s’ils se produiront à temps ou s’ils seront libres et équitables. Il est évident que l’État veut que Khan soit mis à l’écart avant cela. Après son éviction l’année dernière, Khan avait rassemblé des quantités massives de soutien populaire – et l’a démontré lors de rassemblements animés à travers le pays et lors d’élections partielles tenues en juillet et en octobre. Son parti, qui était au pouvoir au Pendjab, la plus grande province du Pakistan, et au Khyber Pakhtunkhwa, a dissous ces deux assemblées provinciales en janvier dans le but de forcer des élections anticipées. Mais ce pari s’est retourné contre lui : l’État a refusé de tenir ces élections provinciales dans les 90 jours comme le prévoit la Constitution et a défié une ordonnance de la Cour suprême selon laquelle les élections au Pendjab devaient avoir lieu avant le 14 mai.

Pendant un moment, il a semblé que dans le conflit habituel entre l’establishment et un dirigeant politique évincé, cette fois pourrait être différente. Khan avait un élan en raison de ses rassemblements, de la démographie unique de son soutien populaire (urbain, jeune, classe moyenne), de l’utilisation avisée des médias sociaux par son parti et de la mesure dans laquelle il a pris l’armée de front. Mais étant donné l’assaut frontal sur Khan et le PTI à ce stade, tout cela pourrait ne pas suffire à changer substantiellement les résultats pour lui. Si l’histoire est un guide, cela ne semble pas bon pour Khan, son parti ou la démocratie pakistanaise. L’annulation du PTI laissera derrière lui une base de soutien authentique et frustrée pour Khan – complètement désillusionnée par les partis de l’establishment pakistanais – qui n’a personne à soutenir.

Ce que les États-Unis peuvent faire

L’administration Biden, qui a limité son engagement avec le Pakistan au cours des deux dernières années, devrait se tenir en faveur de la démocratie au Pakistan, de l’État de droit et de la suprématie de sa constitution, qui sont tous actuellement menacés – et non avec le Partenaire habituel et privilégié des États-Unis au Pakistan, son armée. Cela signifie que l’administration doit dénoncer explicitement les violations de l’État de droit et de la constitution du pays – en particulier contre l’idée que des civils peuvent être jugés par des tribunaux militaires dans le pays – et soutenir des élections libres, équitables et ponctuelles dans Pakistan cette année. C’est la seule voie à suivre pour le pays.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire