La démolition par BoJo du protocole d’Irlande du Nord est l’hypocrisie à l’état sauvage

0
50

Source photo : Matt Brown – CC BY 2.0

En jouant la “carte orange” en Irlande du Nord et en soutenant une seule communauté, Boris Johnson renvoie la province à une instabilité permanente.

Le succès du processus de paix dépend de la neutralité du gouvernement britannique entre les communautés catholique/nationaliste et protestante/unioniste, qui comptent chacune environ un million de personnes. L’Accord du Vendredi Saint de 1998 (ACM) a institutionnalisé avec succès un équilibre complexe des forces dans lequel peu de choses pourraient être faites sans la coopération nationaliste et unioniste.

Le pouvoir était partagé non seulement en Irlande du Nord, mais entre des acteurs extérieurs comme la République d’Irlande et l’Union européenne, qui avaient tous deux un rôle central dans le nouvel ordre.

Ces dispositions seront détruites par le projet de loi visant à annuler le protocole d’Irlande du Nord qui est présenté de manière effrontée et trompeuse par le gouvernement britannique comme sauvant la GFA. Johnson qualifie absurdement les changements de « triviaux » et de « pas grave », bien qu’ils mettent son gouvernement sur une trajectoire de collision avec l’UE, le gouvernement irlandais, l’administration Biden et la communauté nationaliste du nord.

Le fait que le Sinn Féin soit devenu le plus grand parti unique de l’Assemblée d’Irlande du Nord lors des élections du 5 mai et que 52 des 90 membres de l’Assemblée ont signé une lettre de colère à Boris Johnson soutenant le protocole est ignoré. Les signataires déclarent qu’ils “rejettent dans les termes les plus fermes la nouvelle législation imprudente sur le protocole de votre gouvernement, qui va à l’encontre des souhaits exprimés non seulement par la plupart des entreprises, mais aussi par la plupart des habitants d’Irlande du Nord”.

Regarder la ministre des Affaires étrangères Liz Truss et le secrétaire d’Irlande du Nord Brandon Lewis justifier la démolition du protocole comme essentielle pour préserver la démocratie en Irlande du Nord, c’est voir l’hypocrisie se déchaîner. L’objectif est censé attirer le Parti unioniste démocrate (DUP) dans une Assemblée de partage du pouvoir, mais dans la pratique, le nouveau projet de loi garantira que sur les questions cruciales, il y aura peu de pouvoir à partager.

Le projet de loi garantit que le statut de la frontière terrestre irlandaise longue de 300 milles – l’une des frontières les plus contestées au monde – est une fois de plus incertain. La partition de l’Irlande, pour le plus grand plaisir des républicains irlandais, est redevenue un enjeu international grâce à Johnson.

Mais, bien sûr, rien de ce que Johnson a fait à l’Irlande du Nord depuis le référendum sur le Brexit en 2016, lorsqu’il a voté à 56% contre 44% pour rester dans l’UE, n’a rien à voir avec l’avenir de la province. Consacrer autant d’énergie politique à l’éviscération du protocole n’a de sens politique que du point de vue de Johnson comme moyen d’amener le groupe de recherche européen à soutenir son leadership.

Même si ce stratagème ne fonctionne pas, il remet les frictions avec l’UE au premier plan de l’agenda médiatique et détourne l’attention d’autres problèmes tels que la révolte des députés conservateurs, le Partygate et la pagaille politique générale.

En tant que tactique de diversion toxique, le projet de loi partage la scène avec l’envoi de réfugiés au Rwanda en tant que «problème de coin» à haute visibilité visant à distraire le public et à transformer les scandales et les échecs passés en histoire ancienne.

Il n’y a rien de mal ni de surprenant dans la résurgence du nationalisme anglais puisque le renouveau national est un phénomène mondial. Le nationalisme contient toujours un fort élément de fantaisie et de réalisation de souhaits, mais la variante anglaise de ce type d’identité communautaire semble être plus peu pratique que la plupart. Faire face aux immigrants traversant la Manche depuis la France dans des bateaux fragiles nécessite évidemment une coopération avec la France, mais à la place, nous avons un programme qui fait la une des journaux pour transporter des réfugiés au Rwanda.

De même, le succès de la GFA dépendait de la reconnaissance qu’il y avait deux communautés en Irlande du Nord, chacune avec un ensemble de loyauté entièrement différent et celles-ci devraient habiter un seul petit État qui regarde à la fois la Grande-Bretagne et la République d’Irlande. Le DUP, quoi qu’il prétende maintenant, n’a jamais aimé la GFA et a savouré l’idée que le Brexit rétablisse une frontière terrestre irlandaise dure. À leur grande horreur, leurs dirigeants ont constaté qu’ils s’étaient déjoués et la nouvelle frontière commerciale a coulé sur la mer d’Irlande.

L’idée actuelle semble être qu’il n’y aura pas de véritable frontière entre la Grande-Bretagne et l’UE et que les ministres britanniques pourront choisir les parties du protocole qu’ils prévoient de mettre en œuvre ou d’ignorer. Cela ne fonctionnera clairement pas et pourrait être une position de négociation, mais cela augmentera les attentes syndicales et les peurs nationalistes et ne produira que des troubles.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/20/bojos-demolition-of-the-northern-ireland-protocol-is-hypocrisy-run-wild/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire