La dépénalisation des drogues dures ne suffit pas pour mettre fin à la guerre contre la drogue

0
133

La semaine dernière, la Colombie-Britannique a reçu l’approbation du gouvernement fédéral pour décriminaliser la possession de 2,5 grammes ou moins d’une poignée de drogues dites dures, notamment la méthamphétamine, la cocaïne et le fentanyl. Le changement de politique entrera en vigueur à la fin de janvier 2023, des années après que la province a demandé l’exemption à Santé Canada. La demande a été motivée par l’extraordinaire crise d’empoisonnement à la drogue en Colombie-Britannique (C.-B.), qui a fait des milliers de morts et qui a augmenté ces dernières années – une crise qui persiste dans tout le pays. L’exemption fait également suite à un consensus croissant et fondé sur des preuves selon lequel les politiques d’atténuation actuelles – la police et le système de justice pénale – sont inefficaces. C’est peut-être une lecture trop généreuse. Jusqu’à présent, les mesures de contrôle des drogues ont en fait été contre-productives pour lutter contre la consommation de drogues.

Le changement de politique a rencontré des critiques mitigées. Inutile de passer en revue l’opposition des partisans de la « guerre contre la drogue ». Cette espèce de pensée désespérée et surannée renvoie à une politique mortelle, anti-scientifique et ratée – criminaliser les personnes qui consomment de la drogue ne fonctionne pas, point final. Les gens de la guerre contre la drogue sont des idéologues accrochés aux slogans de l’ère Reagan. Ils ne savent pas de quoi ils parlent. Ils sont du genre à soutenir généralement la consommation d’alcool et de tabac – malgré leurs effets mortels bien documentés – tout en condamnant ceux qui consomment différentes sortes de drogues. Au diable avec eux. Ce à quoi nous devons prêter attention, c’est la réponse des défenseurs de la communauté.

Garth Mullins est conseiller auprès de la Colombie-Britannique sur la politique en matière de drogues et défenseur des usagers de drogues. Un “démon de la vieille école” autoproclamé, Mullins a passé en revue l’annonce de la dépénalisation et ne lève pas le poing vers le ciel. Il travaille sur cette question depuis la fin des années 1990 et affirme que la limite de 2,5 grammes est insuffisante – mieux adaptée à 1998 qu’à 2022. C’est parce que les médicaments proposés ont changé ; aujourd’hui, les utilisateurs exigent, et donc transportent, plus. Ce devrait être aux toxicomanes de décider du seuil, dit-il. Ils savent mieux. Au lieu de cela, on dirait que la police a décidé.

Sur CBC La Première édition, Mullins a parlé de son travail de conseil sur la décision, notant que tandis que les utilisateurs et les défenseurs se battaient pour une limite plus élevée, la police voulait un seuil d’un gramme et un traitement obligatoire. Des seuils plus bas sont des raisons pour plus de police dans la vie des gens, plus de criminalisation, plus de stigmatisation, plus de consommation de drogues secrètes et plus de décès. Alors que la décriminalisation pourrait, en théorie, sortir la police de la vie des consommateurs de drogue, Mullins dit que le seuil actuel garantira que « beaucoup de gens ne seront pas décriminalisés. Les personnes les plus criminalisées, avec de plus grandes habitudes, ne seront pas décriminalisées. Il a raison.

Ce dont la Colombie-Britannique et le Canada ont besoin, c’est d’une décriminalisation généralisée en vue de la légalisation. Le pays a besoin de plus de sites de consommation supervisée et d’un approvisionnement sûr. La guerre contre la drogue doit cesser. C’est un échec. Un échec coûteux et mortel. Selon une recherche publiée par la Bibliothèque du Parlement, « près de 23 000 Canadiens sont décédés en raison d’une toxicité apparente aux opioïdes entre janvier 2016 et mars 2021 ». Les sites sûrs d’approvisionnement, de contrôle et de consommation supervisée sauvent des vies en réduisant la stigmatisation, en veillant à ce que les drogues ne soient pas empoisonnées et en empêchant l’État de conduire la consommation de drogues dans des espaces dangereux et potentiellement mortels. De plus, cela maintient les toxicomanes à l’écart d’un système de justice pénale qui déchire leurs vies et leurs communautés.

À la suite de l’annonce de la dépénalisation de la Colombie-Britannique, le gouvernement de Justin Trudeau n’a pas tardé à signaler son manque d’intérêt à sauver des vies à travers le pays en n’appliquant pas la même politique dans des juridictions plus larges. Comme l’a dit le ministre de la Justice, David Lametti, “il n’y a pas à ce stade de discussion plus large sur la dépénalisation”. Le même jour, la Chambre des communes a rejeté un projet de loi d’initiative parlementaire parrainé par le député du Nouveau Parti démocratique, Gord Johns, qui proposait la dépénalisation nationale. Peut-être que les libéraux veulent mener une étude plus approfondie de l’idée – comme si ce qui devait être fait n’était pas déjà clair.

Le Réseau juridique VIH et Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique n’ont pas tardé à critiquer l’exemption de la Colombie-Britannique pour ses limites et à faire écho à l’appel à la décriminalisation nationale. Comme je l’ai mentionné ailleurs, parmi les autres partisans de la dépénalisation totale, mentionnons l’Organisation mondiale de la santé, les Nations Unies, les chefs de police du pays, une pléthore d’experts et le Parti libéral du Canada lui-même.

Outre le cannabis, que son gouvernement a légalisé en 2018, Justin Trudeau est conservateur sur la question des drogues. Dans le passé, il l’a dit clairement au journaliste Sam Fenn : “Je ne suis pas d’accord avec l’assouplissement de l’interdiction des drogues plus dures”. Son gouvernement semble également avoir peur de sa propre bureaucratie, de son caucus, de la police et du public en matière de dépénalisation. Cette position est particulièrement déconcertante, sans courage et cruelle étant donné que près de 60 % du pays soutient la dépénalisation de toutes les drogues.

Le Canada doit adopter une politique nationale de décriminalisation des drogues avec des seuils guidés par les consommateurs de drogues, les défenseurs et les experts de la santé – et non par des bureaucrates tièdes, des politiciens de carrière et des policiers. Le gouvernement Trudeau dit régulièrement qu’il se soucie de l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes. Mais quand ils s’assoient et laissent les gens mourir tout en laissant la bonne décision sur l’étagère, leur prétendu engagement envers le bon sens met à rude épreuve la crédulité. Bien que l’exemption de la Colombie-Britannique en aidera certains – et servira peut-être de preuve de concept pour quelque chose dont nous savons déjà qu’il fonctionne –, ce n’est pas suffisant. Il en va de même pour les programmes pilotes d’approvisionnement sécuritaire. Ces politiques qui sauvent des vies ne doivent pas être présentées comme des mesures palliatives et des promesses d’efforts futurs – elles doivent être mises en œuvre immédiatement et universellement.

Comme le dit Mullins à propos d’une meilleure politique antidrogue, « les gouvernements, que ce soit au Canada ou en Colombie-Britannique, prennent cela en si petites bouchées. Et chaque fois que nous laissons passer un autre mois ou que nous avons une autre petite bouchée ou un projet pilote ou une augmentation, tous les décès continuent. Cette tergiversation mortelle pourrait prendre fin si le gouvernement Trudeau trouvait le courage de faire la bonne chose – et populaire. Mettre fin à la guerre contre la drogue et les toxicomanes à l’échelle nationale est la mesure la plus rapide et la plus complète que nous puissions prendre pour sauver des vies. La dépénalisation complète en vue de la légalisation, l’approvisionnement sûr, la dépollution de la consommation de drogues et les sites de consommation sûrs sont des politiques qui fonctionnent. Le Canada ne devrait pas perdre un moment de plus, ou sa vie, à attendre de faire ce qu’il faut.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire