La deuxième guerre du Karabakh, un an plus tard

0
50

Un an après la fin de la Seconde Guerre du Karabakh, le paysage du Caucase du Sud a changé : à la fois politiquement et physiquement. Contre toute attente, les dirigeants de Bakou avancent à grande vitesse pour développer les territoires désoccupés. Des autoroutes ont été construites pour les relier à l’est du pays. Un aéroport international a déjà ouvert ses portes et deux autres sont en construction.

Les régions anciennement occupées deviennent un générateur de croissance économique pour l’Azerbaïdjan. Suite au rétablissement par l’État de l’intégrité de la majeure partie de son territoire, la possibilité est ouverte – pour la première fois depuis près de deux générations – que la paix et la prospérité puissent venir dans tout le Caucase du Sud grâce à la coopération régionale. Une telle évolution est cependant encore loin d’être une certitude.

En un mot : l’Iran a toutes les raisons de chercher à transformer l’Arménie en un État défaillant, comme le Liban, afin de défendre ses propres intérêts dans le Caucase du Sud. Ce serait une évolution désastreuse pour les Arméniens d’Arménie, pour l’ensemble du Caucase du Sud, voire aussi pour la Turquie et même pour la Russie. Une Arménie relativement stable – même avec une société civile véritablement démocratique – serait plus dans l’intérêt de la Russie qu’une Arménie instable avec une influence accrue du Corps des gardiens de la révolution islamique terroriste et parrainant le terrorisme.

L’Iran joue la « carte de l’Arménie » contre la Turquie, mais cela finit par être aussi contre la Russie et n’est pas dans l’intérêt national de la Russie. C’est pourquoi le tsar a mené cinq guerres contre la Perse au début du XIXe siècle ! Une Arménie relativement stable et, au moins, non appauvrie sous influence russe est plus à l’avantage de Moscou qu’une Arménie instable sous une influence accrue du CGRI.

On pourrait dire qu’une lutte a ainsi commencé pour l’âme de l’Arménie, et que son résultat aura des implications pour tout le Caucase du Sud et au-delà. La victoire du Premier ministre Nikol Pashinyan à Erevan dans le élections législatives anticipées en juin de cette année a été extraordinaire, dans la mesure où il avait été chef du gouvernement pendant la seconde guerre du Karabakh, ce qui était pour l’Arménie une perte catastrophique.

C’est une période de grande opportunité et de grand danger. L’Arménie a l’opportunité de laisser derrière elle les politiques ratées de la “Clan du Karabagh» qui a appauvri le pays pendant deux décennies. Il a besoin d’investissements, et pour cela, il a besoin d’un traité de paix formel. L’Arménie peut encore être sauvée de la faillite d’un État, mais les forces s’y opposent.

Ces forces ne viennent pas d’Azerbaïdjan, car une Arménie prospère et véritablement démocratique ne peut que contribuer à la sécurité internationale dans tout le Caucase du Sud, y compris l’Azerbaïdjan. En effet, le seul pays qui pourrait avoir les moyens financiers d’investir en Arménie à des fins pacifiques semble être l’Azerbaïdjan. C’est pourquoi un traité de paix réglant enfin les guerres du Karabakh, y compris la délimitation des frontières internationales et la reconnaissance de l’intégrité territoriale, est impératif le plus tôt possible.

Les forces belliqueuses et déstabilisatrices viennent d’Iran et de la diaspora arménienne, dont les parties les plus virulentes et militantes travaillent avec l’Iran pour provoquer une nouvelle guerre catastrophique. Le « parti de guerre » à Erevan a recruté et même trouvé de nouveaux alliés externes, au-delà de sa longue dépendance à l’égard de la diaspora arménienne pour la publicité internationale et le soutien financier. En particulier, l’Iran est passé d’un soutien secret à l’Arménie à soutien manifeste d’Arménie.

Permettez-moi d’expliquer cela en simplifiant à l’excès du point de vue du rapport de force régional, dans lequel il y a pourtant un important noyau de vérité. Si l’on suppose (1) que la Russie a plus qu’à moitié réussi à ramener la Géorgie dans sa propre sphère d’influence sous l’hégémonie politique de Bidzina Ivanishvili à Tbilissi, et (2) que la victoire de l’Azerbaïdjan dans la deuxième guerre du influence dans le Caucase du Sud, alors on pourrait dire (3) que l’Iran essaie maintenant plus que jamais de s’affirmer ouvertement dans les caucus du Sud à travers l’instrument du complexe militaro-industriel arménien.

Les dirigeants d’entreprises militaires iraniennes ont augmenté leurs visites en Arménie. Les communications diplomatiques se sont intensifiées. En janvier, un centre iranien d’exportation et d’investissement a été créé à Erevan. Les participants à la cérémonie d’ouverture inclus des représentants de fabricants iraniens de systèmes laser et de communication et de drones tels que Rayan Roshd, Eskay Rayter, Radin et Azer Partu Spadana.

Il est logique que l’Iran, perpétuellement plus ou moins hostile à l’Azerbaïdjan, trouve cause commune avec la diaspora arménienne maximaliste, qui souhaite de toute évidence préparer une troisième guerre du Karabakh contre l’Azerbaïdjan. La diaspora la plus arménienne est plus qu’activement impliquée dans le lobbying pour les intérêts iraniens, et pas seulement à Erevan.

La diaspora arménienne a été l’un des éléments les plus forts du « parti de la guerre » à Erevan au cours des trois dernières décennies et, vivant à l’étranger, elle n’a pas à subir les effets des politiques désastreuses qu’elle prône. L’ancien conseiller en chef du président arménien Levon Ter-Petrosyan dans les années 1990, Jirair Libaridian a prévenu sur la façon dont la mythomanie et les revendications territoriales de la diaspora arménienne sur la « Grande Arménie » peuvent conduire à la disparition de l’Arménie telle qu’elle existe aujourd’hui.

L’économie arménienne s’est effondrée. La population en dehors d’Erevan migre hors du pays. La diaspora arménienne pourrait grandement aider avec les investissements étrangers directs en Arménie pour une réelle prospérité économique et sociale, mais elle ne le fait pas. Au contraire, ils voient leur propre intérêt étroit à se faire remarquer à distance, sans se soucier de la vie des Arméniens en Arménie ; et ainsi ils aident l’Iran : contre les intérêts de la Russie, les intérêts de la Turquie, et en fait le intérêts de l’Union européenne qui ne cherche qu’une stabilité et quartier prospère dans le Caucase du Sud.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici