La foi aveugle dans l’armée n’est pas de « soutenir les vétérans »

0
31

JG

Il est difficile de dire quand le sens plus ancien d’un ancien combattant communautaire a été perdu. C’est en partie l’histoire du passage des armées de conscrits aux armées professionnelles. De plus, mes nombreuses personnes interrogées et moi-même avons estimé que l’Irlande et les Malouines étaient la clé du changement d’idées à propos de l’armée. Certes, la dernière vague de Help for Heroes [a UK charity for wounded veterans] le militarisme a aggravé le sentiment que les militaires appartiennent fermement à la droite.

Je parle longuement de la collision escouade ouvrière/gauche bourgeoise dans Vétéran, et nous devrions en décocher certains aspects ici.

L’establishment britannique a évalué un problème au milieu des années 2000 : les guerres étaient impopulaires. Ils se sont débattus pour essayer d’expliquer cela. Un argument moins convaincant était qu’à mesure que les générations de conscrits vieillissaient et disparaissaient, les gens ne connaissaient tout simplement pas assez d’anciens combattants. L’hypothèse de la classe dirigeante était que si les gens connaissaient plus d’anciens membres des forces armées, ces militaires auraient dit que la guerre est formidable, une sorte d’exercice stimulant, que nous devrions avoir autant de guerre que possible. Donc pas convaincant. Peu d’anciens combattants, quel que soit leur point de vue politique, suggéreraient quelque chose d’aussi grossier.

Pourtant, il y a ici un germe de vérité. À mesure que les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et du service national vieillissent, la connaissance de ce que fait et ce que fait l’armée a diminué. Tout le monde a été touché par les militaires à l’époque, soit directement, soit par l’intermédiaire de proches. Aujourd’hui, les gens ne semblent même pas connaître la grande différence entre un officier et un sous-officier.

La gauche, en particulier la gauche de la classe moyenne, a cette question à sa manière. L’armée est une organisation éloignée pour eux, en particulier pour les rangs inférieurs – alors que pour les gens de la classe ouvrière, l’armée occupe une place très importante en tant qu’option de carrière. De plus, oncle Bob était dans les Fusiliers, le cousin Steve était en Irak, tante Carmen a fait un passage dans le RAF (Royal Air Force). Je soupçonne que cette dégradation des connaissances a conduit à toutes sortes d’idées étranges et simplistes : les soldats sont fondamentalement comme des flics dans, par exemple, leur relation au capitalisme et à l’État (à quand remonte la dernière fois que vous avez vu un sans-abri blotti dans un Porte de Londres avec une pancarte indiquant « ex-flic affamé » ? ); ou, les soldats s’enrôlent tous parce qu’ils veulent vraiment tuer n’importe qui sur qui ils peuvent mettre la main, ou parce qu’ils sont intrinsèquement fascistes.

Ce genre de prise de vue à chaud élimine toute sorte d’analyse matérialiste sur les raisons pour lesquelles les gens s’enrôlent dans l’armée ou sur le fonctionnement de l’institution. Ce n’est pas raisonné. C’est une pensée essentialiste et oisive. C’est la politique du poseur d’Uni Soc qui a lu un peu Karl Marx et Frantz Fanon. C’est la merde performative d’un softboi du Shropshire qui se prépare à n’impressionner que lui-même au séminaire du module Empire and Colonialism. Ce n’est pas de la bonne politique. C’est de la poubelle.

Pour une raison quelconque, le projet de raison et d’enquête – que la gauche prétend défendre – semble souvent suspendu lorsqu’il s’agit de personnel militaire. Les militaires, militaires et anciens, sont souvent formulés comme un bloc de droite indifférencié et meurtrier, fusionné avec l’armée en tant qu’institution. Je suggère simplement qu’il s’agit d’une position intellectuellement négligée.

Certes, il faut être nuancé. Il existe des groupes pour lesquels un antagonisme envers les militaires britanniques s’explique. Par exemple, les personnes des communautés républicaines irlandaises qui sont directement ou générationnellement traumatisées. C’est juste qu’en tant que vétéran de la classe ouvrière et anti-impérialiste qui a fait de la prison pour la cause, je suis plus susceptible de prendre la parole de gens comme ceux-ci qui ont en fait entendu le claquement proverbial d’un fusil.

L’autre côté de cela est que les anciens rangs sont souvent très conscients de la classe, bien que de manière brute et vécue. Ils ont peut-être passé des années à se faire dire quoi faire par le lieutenant Hugo Chinless-Wonder qui ne peut pas lire correctement une carte mais qui est soudainement responsable de trente soldats durs à cuire.

Donc, si vous arrivez ensuite dans la gauche, entrant dans ce qui est censé être des mouvements de la classe ouvrière, en tant que vétéran en colère – et ce fut le cas pour moi – vous pouvez tout à fait comprendre que l’ennemi de classe est déjà là en bataillon. force. Et vous pourriez faire une exception encore plus vigoureuse à Tarquin ou à Poppy, dont toute l’histoire d’origine est simplement née et ensuite à l’université, vous agressant passivement et agressivement pour quelque chose qu’un geezer appelé Vladimir Lénine a prononcé en 1911.

Je suis un peu espiègle ici. Ces jours-ci, j’ai plutôt accepté ce terrain en tant que vétéran de la classe ouvrière. J’ai des potes qui étaient officiers et des potes qui sont des socialistes déclassés. Cela dit, une leçon du corbynisme est que s’il est bon d’impliquer des socialistes des classes moyenne et supérieure, il n’y a absolument aucune raison pour qu’ils soient en charge, ou, Dieu nous en préserve, dans des positions d’influence indue et non élue.

La peau dans le jeu compte pour nous. Il fait partie de la composition radicale de la classe ouvrière ex-militaire. Et, comme je le dis dans mon livre, bonne chance pour convaincre la génération du millénaire d’anciens combattants de gauche de prendre les ordres de la classe des officiers – ou de leurs enfants.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici