La gauche doit se tenir aux côtés du peuple ukrainien et contre la guerre de Poutine

0
89

Vous aurez déjà lu des dizaines de prises de vue sur l’invasion russe de l’Ukraine. En dehors de la joie grossière qui émane clairement de certains côtés — enfin, un vrai choc des civilisations ! Enfin, nous pouvons prouver notre courage et prouver à quel point nous sommes attachés à l’OTAN ! — des choses vraies et exactes ont été dites.

David Broder, par exemple, a tout à fait raison de dire que les tentatives d’épingler quelconque de cela à gauche sont grotesques, comme si c’était notre des partis financés avec de l’argent russe, comme si ce n’était pas Jeremy Corbyn qui avait demandé à la Grande-Bretagne d’appliquer correctement une loi Magnitsky contre le capital russe – pour ensuite être ridiculisé par le gouvernement conservateur ; comme si ceux qui ont soutenu la guerre en Irak avaient n’importe quel droit être horrifié par une invasion si clairement modelée sur elle, des prétextes ridicules et fabriqués au cynisme machiste des dirigeants derrière elle.

Mais il est important dans tout cela de comprendre ce qui se passe en Ukraineet ce que cette horrible invasion est susceptible de signifier pour les personnes qui en seront les victimes – les Ukrainiens.

Ce qui se passe maintenant, malgré toute la sentimentalité fanfaronnade de nos dirigeants, n’est pas comme la « courageuse petite Belgique » de 1914. C’est l’humiliation et la punition d’un pays désespérément pauvre, qui ne s’est jamais remis économiquement de la fin de l’Union soviétique. , et qui a fait face à une guerre cruelle, sanglante et soi-disant « limitée » (qui a tué 14 000 personnes) au cours des huit dernières années. Ses villes sont, en ce moment, bombardées par un grand et riche État pétrolier doté de l’arme nucléaire dirigé par un gouvernement d’extrême droite absolument impitoyable, qui est arrivé au pouvoir après le bombardement de la Tchétchénie applaudi par l’Occident à l’âge de pierre. Cette invasion est un crime de guerre, et un crime de guerre est un crime de guerre est un crime de guerre.

J’admets que cela m’importe personnellement. L’Ukraine est un pays que je connais bien. J’ai des amis qui, au moment où j’écris ceci, s’abritent à Kiev, à Kharkiv et à Dnipro des bombardements dans les stations de métro et sous les immeubles, et je ne peux rien faire d’autre que leur envoyer des messages inutiles leur demandant s’ils vont bien, sachant qu’ils vont bien ne pas.

J’ai commencé à visiter régulièrement l’Ukraine en 2010, alors que je travaillais sur son histoire architecturale dans les années 1920, alors qu’elle était un centre mondial de l’avant-garde socialiste, avec des poètes futuristes, des designers constructivistes, des cinéastes brillants et des architectes modernistes qui rêvaient de la révolution mondiale. coulant vers l’ouest à travers des villes telles que Kharkiv, Odessa et Kiev, avant d’être écrasé sous le talon de Joseph Staline dans les années 1930. Je me suis rapidement lié d’amitié là-bas avec les nombreuses personnes en Ukraine travaillant sur les mêmes sujets, et j’ai maintenu ces amitiés depuis.

Je suis sûr que certains edgelords appelleraient ces gens en ricanant “la gauche des ONG”, bien que nous à Tribune magazine les publiait souvent. Ils ont écrit sur des questions ayant le moins de rapport possible avec la géopolitique – bien qu’elles ne puissent jamais être complètement tenues à l’écart. Ils travaillent dans des institutions telles que le Centre de recherche sur la culture visuelle à Kiev, le Centre des formes urbaines à Kharkiv et la galerie Izolyatsia, initialement basée à Donetsk, qui a été forcée de déménager à Kiev alors que sa région d’origine devenait une farce “République populaire” à début 2014.

Toutes ces personnes que je connais ont soutenu le soulèvement de Kiev en 2014 pour évincer un gangster capitaliste ridiculement corrompu, mais aucun d’entre eux n’avait beaucoup d’espoir que l’Union européenne ferait un jour grand-chose pour eux, à part peut-être faciliter les voyages et le travail à l’étranger (pas une demande dénuée de sens – je me souviens quand une université britannique a payé un de mes amis pour une conférence en jetons de livre, car il n’était pas légalement autorisé à être payé au Royaume-Uni). Ils étaient tous coincés entre un nationalisme d’extrême droite « occidental », financé par l’Europe et les États-Unis, incarné par le Secteur droit puis le Bataillon Azov, et un nationalisme d’extrême droite « oriental », incarné par les « Républiques populaires ». créé par des crétins de LARP comme Igor Strelkov.

Les expositions de mes amis ont été dispersées par des gangs de chacun de ces groupes concurrents. La plupart de mes amis, comme la plupart des Ukrainiens, ont voté en 2019 contre l’oligarque de plus en plus nationaliste Petro Porochenko et son programme « armée, langue, foi » et, avec une certaine réticence, pour Volodymyr Zelensky, le président juif russophone d’un pays actuellement envahi par un pays qui prétend que les russophones sont victimes d’un “génocide” “nazi”.

Même selon les normes post-soviétiques, l’Ukraine a été malheureuse dans ses dirigeants : des capitalistes voyous avec ou sans liens avec le crime organisé, qu’ils soient « pro-occidentaux » et appelés Viktor Iouchtchenko et Porochenko, ou « pro-russes » et appelés Leonid Koutchma et Viktor Ianoukovitch. Il a été malheureux pour ses amis des médias occidentaux et de la politique occidentale, qui ont adoré vivre leurs fantasmes de guerre froide à travers lui. Mais il a été particulièrement malheureux d’avoir un gouvernement très important, lourdement armé, paranoïaque et incroyablement cynique, voisin à l’est.

Je connais l’Ukraine comme un pays magnifique, inhabituel et intrinsèquement multiculturel, plein de gens intéressants qui aimeraient pouvoir commencer à construire un pays plus juste, décent et égalitaire, peut-être en s’appuyant sur une partie de son histoire récente et peut-être pas. Ils ont constamment vu leurs efforts gaspillés dans un pays transformé par son voisin en punching-ball et par ses gouvernants en caisse personnelle.

Je ne vois aucun avenir dans lequel cette guerre n’aggravera pas tout pour eux de toutes les manières possibles. L’extrême droite ukrainienne petite mais lourdement armée, quant à elle, sera ravie de constater que les prédictions que nous (moi y compris) de la gauche occidentale avons toujours pensé exagérées – que la Russie envahirait littéralement l’Ukraine et imposerait un changement de régime, et nier son droit d’exister en tant qu’État souverain – se sont réalisés.

Je veux terminer sur ce dernier point. Dans son discours écumant et dégoûtant d’apitoiement sur soi il y a quelques jours, Vladimir Poutine a imputé l’existence de l’Ukraine à Vladimir Lénine. Il a blâmé l’insistance de Lénine au début des années 1920 sur le fait que l’Ukraine, comme toutes les républiques d’une Union soviétique, devrait avoir le droit à l’autonomie, le droit à sa propre langue et le droit de faire sécession – malgré les objections des « grands chauvins russes ». » parmi les bolcheviks, et provoquant une bataille sur le lit de mort avec Staline.

On prétend parfois que Lénine a fait cela comme plus Realpolitik, comme moyen d’engager des nations plus petites – dont certaines, comme l’Ukraine, sont devenues brièvement indépendantes pendant la guerre civile de 1918-1921 – dans le projet soviétique. Bien sûr, c’était en partie. Mais c’était aussi une question de principe.

Lénine a été consterné par la façon dont les gauchistes et les organisations de la classe ouvrière ont renoncé à soutenir leurs propres impérialismes, que ce soit les Allemands votant pour la Première Guerre mondiale en 1914, les gauchistes anglais assis à côté alors que James Connolly était attaché à une chaise et fusillé en 1916, ou les communistes russes. tombant dans le « grand chauvinisme russe » en 1922. Lénine a insisté sur le fait qu’ « une Russie libre est impossible sans une Ukraine libre », tout comme pour lui, le socialisme britannique n’avait pas de sens sans l’indépendance irlandaise. Comme il le dit dans un langage plus coloré : « Le chauvin grand-russe est en substance un coquin et un tyran. Il a continué:

L’internationalisme de la part des oppresseurs ou des « grandes » nations, comme on les appelle (bien qu’elles ne soient grandes que par leur violence, seulement grandes comme brutes), doit consister non seulement dans le respect de l’égalité formelle des nations, mais même dans une inégalité de la nation oppressive, la grande nation, qui doit compenser l’inégalité qui existe dans la pratique actuelle. Celui qui ne comprend pas cela n’a pas saisi la véritable attitude prolétarienne à l’égard de la question nationale, il est encore essentiellement petit-bourgeois dans son point de vue et est donc sûr de descendre au point de vue bourgeois.

Le nationalisme ukrainien dans sa variante d’extrême droite au cours des années 1940 était exceptionnellement brutal, mais toujours marginal en dehors des régions de l’extrême ouest annexées par l’URSS à la Pologne, la Roumanie et la Tchécoslovaquie. Ce nationalisme n’avait rien à voir avec l’indépendance de l’Ukraine, qui a été soutenue à une écrasante majorité lors d’un référendum en 1991, à la suite du coup d’État d’août à Moscou. L’indépendance a été soutenue dans tout le pays, du Donbass à Lviv, car les Ukrainiens, que leur langue maternelle soit le russe ou l’ukrainien, ne voulaient plus être liés à une Russie en train de sombrer dans le nationalisme de grande puissance. Qui peut dire qu’ils se sont trompés ?

L’Ukraine n’est un faux pays que dans la mesure où tous les pays sont faux, et elle est réelle dans la mesure où tous les autres sont réels. Il a le même droit d’exister et le même droit à la paix que tous les autres. Cela devrait être un axiomatique pour les socialistes. C’est pourquoi nous devrions aller à des rassemblements pour exiger la fin de la guerre, qu’ils soient organisés par Stop the War ou qu’ils soient devant l’ambassade de Russie.

C’est pourquoi nous devons faire tout notre possible pour soutenir les milliers de Russes qui ont déjà manifesté contre cette guerre épouvantable. Ce n’est pas beaucoup. La gauche – hors du pouvoir presque partout – est condamnée à l’impuissance dans un monde dirigé apparemment entièrement par des gérontocrates qui veulent relancer la Seconde Guerre mondiale. Mais nous devons être clairs. Tout d’abord, la solidarité avec les Ukrainiens.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire