La gauche et l’aide militaire à l’Ukraine

0
61

En tant que fan d’une grande partie de son travail et en tant que personne aux engagements idéologiques partagés, je suis profondément déçu par la lettre de Gilbert Achcar. Pour commencer, en discutant de certaines de mes récentes productions à jacobin, il affirme que “le contenu de ces articles, comme en témoignent leurs titres, est principalement consacré à s’opposer aux livraisons d’armes américaines à l’Ukraine”. C’est faux : seuls trois de ces neuf articles concernent les expéditions d’armes occidentales, et c’est généreux – dans l’un d’entre eux, les inquiétudes concernant les expéditions d’armes ne surviennent qu’une poignée de fois.

Achcar déplore « le peu d’espace offert à l’empathie » avec l’Ukraine. Si l’on lit au-delà des gros titres, la préoccupation pour l’Ukraine est au cœur de mon travail. Un article récent critiqué porte expressément sur l’horreur que subiront les Ukrainiens face à la stratégie inadmissible des décideurs politiques américains en Afghanistan 2.0. Il en va de même pour les inquiétudes suscitées par les livraisons d’armes : s’ils mettent en garde contre un retour de bâton vers l’Occident, ils expliquent aussi longuement les risques à long terme qu’ils comportent pour la démocratie ukrainienne.

Ce n’est pas de l’empathie que d’ignorer cela ou de garder le silence sur les conséquences désastreuses de cette stratégie pour l’Ukraine. Ce n’est pas non plus de l’empathie de se mordre la langue alors que la presse occidentale réhabilite les groupes ultranationalistes qui terrorisent les communautés vulnérables d’Ukraine et qui ont à plusieurs reprises menacé et perpétré des violences antigouvernementales.

Achcar affirme “qu’il n’y a pas de premier plan d’indignation face à l’invasion meurtrière d’un pays par son voisin impérialiste bien plus puissant”. Peu importe qu’il sape immédiatement cette affirmation en citant un article qui le fait. Ou que l’un des articles auxquels il s’oppose à la fois affirmait la réalité des crimes de guerre russes à Bucha et discutait de ce qu’il faudrait pour que Poutine rende des comptes. Ou qu’une pièce différente à laquelle il s’oppose s’ouvre en disant que “la configuration morale de la terre ici n’est pas compliquée” parce qu'”un pays souverain est envahi par un voisin plus grand”.

Il affirme que “on parle peu du régime de plus en plus néofasciste de Vladimir Poutine” quelques instants après qu’il s’est opposé à mon article mettant en garde l’Occident contre l’adoption du type de système autoritaire de contrôle de l’information qui existe sous Poutine, que j’appelle un “autocrate dangereux méprisant les libertés fondamentales”. .” Il omet commodément entièrement mon article sur la brave dissidence anti-guerre en Russie que Poutine a écrasée.

Il pointe correctement les extrémistes du Kremlin, mais la dernière fois que j’ai vérifié, il n’y a pas de campagne occidentale pour armer ou blanchir ces forces. Il dit que les armes doivent continuer à manquer de celles « qui aggraveraient dangereusement la confrontation », ignorant que ce sont exactement ces armes qui sont maintenant envoyées dans une guerre qui ne fait que s’intensifier. Il dit que c’est aux “victimes de décider”, quelques instants après avoir rejeté les appels ukrainiens de longue date pour une zone d’exclusion aérienne et tout en ignorant les voix anti-guerre ukrainiennes. Et bien sûr, il ne discute pas des risques de la politique américaine actuelle pour l’Ukraine ou pour le monde que moi et d’autres avons soulevés, qui incluent la possibilité d’une guerre nucléaire.

Nous tombons de plus en plus dans un style de discours dangereux, tant dans le courant dominant que dans la gauche. Plus souvent qu’autrement, les critiques de la politique occidentale dans cette guerre voient leurs points de fond ignorés au profit d’insinuations et de calomnies, basées sur des citations sélectives et de fausses déclarations pures et simples.

L’Ukraine est une nation souveraine qui a le droit de résister à l’agression impériale et aux barbaries infligées par les forces russes. Mais en tant que journaliste qui couvre la politique américaine pour un lectorat anglophone, je vais continuer à faire mon travail et à couvrir de manière critique la politique américaine en Ukraine, surtout quand une grande partie de la presse occidentale a abdiqué cette responsabilité. Ceux comme Achcar feraient mieux de concentrer leurs énergies non pas sur l’argumentation en faveur des livraisons d’armes et sur l’attaque de ses quelques dissidents – l’aide militaire circule déjà sans débat et avec un soutien public écrasant, et rien n’indique qu’elle ralentit – mais sur la poussée de l’Occident, notamment Washington, d’entrer et de s’engager dans des négociations sérieuses, ce qu’il s’est refusé à faire depuis avant la guerre. C’est la seule façon de mettre fin à cette terrible guerre, mais cela n’arrivera pas si personne ne pousse l’administration Biden à la poursuivre au lieu de sa stratégie de bourbier.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire