La gauche française doit se rallier à Jean-Luc Mélenchon

0
743

Une créature improbable est devenue le symbole de la dernière candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidence française. Par un dimanche après-midi impeccable du 20 mars, une grande tortue en papier mâché a été tirée le long du tronçon de deux kilomètres allant de la Bastille dans le centre de Paris à la place de la République, où le député de soixante-dix ans s’est adressé à des dizaines de milliers de partisans. .

La tortue n’est peut-être pas la plus galvanisante des métaphores politiques. Mais il résume bien la bataille difficile que le principal homme politique de gauche français a dû mener depuis son entrée dans la course présidentielle l’été dernier. Le cycle électoral de 2022, la troisième tentative consécutive de Mélenchon à la présidence, a été une parfaite tempête de complications pour la gauche française.

Premièrement, la pandémie de COVID-19 a freiné l’enthousiasme et la mobilisation politiques, mettant un terme brutal au cycle d’organisation qui dominait la politique française dans les années précédant la crise sanitaire. Lors d’une élection que de nombreuses machines du parti ont qualifiée de victoire d’avance pour le président sortant Emmanuel Macron, les Verts, les socialistes et les communistes présentent chacun leurs propres candidatures indépendantes, forçant Mélenchon à affronter un champ de gauche bondé.

Les personnalités clés du gouvernement Macron, quant à elles, ont passé une grande partie des deux dernières années à corser le cycle de l’actualité autour des sujets de l’islam, de l’immigration et de la sécurité. Cet état d’esprit s’est parfaitement cristallisé lors d’une conférence tenue le 22 mars par l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs actuelles. Dans un centre de congrès du sud de Paris, des personnalités gouvernementales comme Marlène Schiappa, sous-ministre de la Citoyenneté, ont vanté la répression sécuritaire de l’administration et les efforts de rationalisation des expulsions. Ils ont partagé le micro avec tout l’éventail de la droite française, de Jordan Bardella, président du Rassemblement national de Marine Le Pen, à Éric Zemmour, le polémiste d’extrême droite dont la candidature sert à jeter les bases d’une alliance de droite postélectorale. .

Pour couronner le tout, l’invasion russe de l’Ukraine a ajouté une certaine crédibilité aux appels du gouvernement à l’unité nationale. Très actif sur la scène internationale depuis le début de la crise au début de cet hiver, Macron a cherché à se positionner comme un leader dans une période d’instabilité mondiale. Avec un brin de solennité, Macron a annoncé sa candidature dans une lettre ouverte à la presse régionale le 4 mars. Depuis, le titulaire s’est largement tenu au-dessus de la mêlée, invoquant la situation internationale comme motif pour éviter la campagne électorale, déléguant la souche aux ministres et aux substituts.

À en juger par des études récentes, Macron est en position de force, bénéficiant d’un faible enthousiasme des électeurs et d’un champ dispersé de candidats à gauche et à droite. Bien qu’il soit maintenant impliqué dans un scandale pré-électoral sur les révélations des sommes d’argent dépensées dans des contrats avec des consultants privés comme McKinsey, la plupart des sondages du premier tour ont Macron à environ 30%, plusieurs points au-dessus de sa position lors de sa première victoire. la présidence en 2017.

Les guerres sont également rarement favorables aux tentatives de contourner la pensée manichéenne. Alors que l’ancienne division est-ouest de l’Europe se réimpose sous une nouvelle forme, Mélenchon s’est retrouvé dans le collimateur de sa position de longue date selon laquelle la France devrait quitter l’alliance de l’OTAN, rechercher le non-alignement et pivoter stratégiquement vers le Sud global. Ces positions, ainsi que des déclarations passées qui vont à contre-courant de la pensée conventionnelle sur la Russie, ont fait de lui l’homme de paille idéal pour les critiques de la prétendue tendance de la gauche à l’apologétique pro-Poutine.

En ce qui concerne la guerre en Ukraine, le principal point de friction entre Mélenchon et les autres candidats de gauche et du centre concerne l’ampleur de l’aide militaire et des sanctions.

De telles critiques ne viennent pas seulement de Macron mais aussi des candidats les plus faibles du centre-gauche : la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo — porte-drapeau de son parti dans cette course (sondage autour de 2 %) — ainsi que le candidat vert Yannick Jadot (6 %) . Ils ont chacun présenté l’opposition de Mélenchon à l’aide militaire occidentale comme une extension de sa lenteur à condamner l’annexion russe de la Crimée en 2014.

Pour Mélenchon, qui a tenu à qualifier le président russe d’« autocrate » plutôt que de « dictateur », ces distinctions participent de la nécessité de jeter les bases d’une éventuelle médiation. Afin de creuser un fossé entre le peuple russe et l’État, ainsi que d’éviter les blessures auto-infligées d’un divorce économique à grande échelle, il soutient que les sanctions doivent cibler ostensiblement l’élite économique et politique autour de Vladimir Poutine.

« Je suis non aligné, mais pas seulement depuis hier. Je suis assez vieux pour avoir été contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par les Russes et contre la guerre américaine au Vietnam », a déclaré Mélenchon dans La France et la guerre, une série télévisée d’entretiens individuels en direct avec les huit principaux candidats diffusée le 14 mars. « Quand les Américains ont dit qu’ils voulaient étendre l’OTAN jusqu’à la Russie, j’ai prévenu : « danger ». Quand c’est Poutine qui a franchi la frontière, c’est lui qui commet l’acte intolérable.

“Pendant des années, il a prévenu, ‘Cela pourrait mal finir'”, a déclaré Véronique, qui soutient Mélenchon depuis 2012, à propos de la position du candidat sur la Russie avant son discours place de la République. « Nous savons qu’il n’est pas pro-Poutine. Au bout du compte, je trouve que ce qui se passe en Ukraine est exploité. Ce qui arrive au peuple ukrainien est horrible. C’est aussi assez opportun – tout comme la pandémie de COVID semble se terminer et il n’y a plus rien pour nous distraire. Avant, c’était “Ne te plains pas, tu es toujours en vie”, et maintenant c’est “Ne te plains pas, il pourrait y avoir une guerre”.

Mais le procès en cours de Mélenchon est avant tout hypocrite. Puissance nucléaire et membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, la France a longtemps fait preuve d’une certaine souplesse opportuniste vis-à-vis de la Russie. Pour l’extrême droite, cela s’est traduit par une affinité idéologique ouverte et des liens directs avec l’autocrate russe. Le Rassemblement national de Marine Le Pen, par exemple, a emprunté jusqu’à 9 millions d’euros auprès de banques russes.

Plus près du centre de la pensée de la politique étrangère française se trouve le désir de tirer parti d’un relâchement éventuel des tensions est-ouest pour renforcer la puissance européenne et l’autonomie stratégique (et dirigées par la France). Depuis 2017, la ligne venant de Macron, par exemple, portait sur la nécessité d’établir – avec et à travers la Russie – une nouvelle “architecture de sécurité” en Europe. Si elle peut parfois virer à une certaine myopie vis-à-vis de Poutine, la position de Mélenchon sur la Russie est en réalité une variation sur un thème général, le « gaullisme » dominant dans la pensée de la politique étrangère française, comme l’a dit un conseiller de La France Insoumise.

L’unité retrouvée contre le poutinisme est également sapée par la clémence accordée aux autocrates et aux régimes étroitement alignés sur l’Occident. L’Égypte ou l’Arabie saoudite d’Abdel Fattah al-Sissi, par exemple, ont été traitées avec la plus grande indulgence par le gouvernement Macron et son prédécesseur de centre gauche, François Hollande. Tous deux étaient désireux de faire des deux États des clients majeurs pour les exportations d’armes françaises, qui ont été utilisées avec un effet dévastateur par les monarchies du Golfe dans leur guerre au Yémen. Ce n’est qu’après de nombreuses protestations publiques que Hollande a annulé la vente de navires de guerre à Poutine après l’occupation de la Crimée par ce dernier en 2014, le matériel militaire ayant finalement été redirigé vers l’Égypte.

Dans ce contexte, il n’est pas particulièrement surprenant que les attaques contre Mélenchon aient été largement inefficaces. Depuis fin février, en effet, il s’est envolé dans les sondages, confirmant sa position en tête du peloton de gauche des candidats, à une distance possible de se qualifier pour le second tour contre Macron. Ce qui fait espérer les partisans de Mélenchon, c’est que la barre d’accès au second tour pourrait être nettement plus basse qu’en 2017, et être percée par une forte participation des abstentionnistes. Un sondage Elabe du 30 mars a Mélenchon à 15,5% au premier tour, derrière Le Pen à 21% et Macron à 28%.

“Cela reflète surtout notre cohérence”, a déclaré l’assistant de France Insoumise, qui a requis l’anonymat, à propos de la position de Mélenchon sur la Russie et de la montée en puissance du candidat au milieu de la crise. « Évidemment, notre position s’est adaptée. A partir du moment où la Russie est devenue la puissance ouvertement agressive, il est impossible d’exclure des réponses et des formes de pression comme les sanctions économiques. Mais la position que nous avons toujours eue est que nous devons pouvoir avoir un dialogue sérieux avec la Russie.

Malgré tous les vents contraires, la France Insoumise, qui se présente cette année sous le slogan de L’Union Populaire, gagne du terrain. Sa stratégie de tortue a été de percer le cycle de l’actualité avec une série d’offres politiques coûteuses qui promettent une rupture avec une scène politique qui bascule vers la droite. Les événements, aiment aussi à souligner les partisans de Mélenchon, rattrapent enfin le programme du candidat : ​​l’abandon de l’orthodoxie budgétaire pendant la crise du COVID et les financements massifs que les dirigeants européens s’apprêtent à consacrer aux dépenses de défense ont montré le mensonge des finances austérité. Bref, les ressources pour améliorer les services publics et les augmentations salariales existent — ce qui manque, c’est la volonté politique.

La cible principale de Mélenchon est Macron, et le contraste en termes politiques ne pourrait pas être plus frappant. Présentant un éventuel programme de second mandat lors d’une conférence de presse de quatre heures le 17 mars, Macron prévoit de relever l’âge de la retraite à soixante-cinq ans, de réduire les impôts sur les entreprises et les successions et de resserrer encore l’accès aux programmes sociaux. Les propositions phares de Mélenchon sont un âge de la retraite à 60 ans, une hausse du salaire minimum à 1 400 € par mois après impôts, un revenu garanti pour les étudiants, des investissements massifs dans les services publics et un programme de “planification écologique” sur le modèle d’un New Deal vert français.

Delphine, enseignante dans un lycée professionnel parisien, s’est longtemps abstenue de voter, tout en travaillant comme militante dans un parti marginal d’extrême gauche. “Mélenchon a précisé son message”, a-t-elle déclaré jacobin. « L’urgence en ce moment est de rompre avec Macron et de mettre fin à la destruction des services publics. Il privatise tous les secteurs : transports, éducation, etc.

Comme des marches similaires dans ses campagnes précédentes, le rassemblement du 20 mars a été spécifiquement présenté comme la “Marche pour la Sixième République”. La cause profonde de la pourriture du paysage politique français, selon Mélenchon, est le déficit démocratique au cœur de la Cinquième République centrée sur le président instituée par Charles de Gaulle en 1958. Dès son entrée en fonction, Mélenchon promet de convoquer une assemblée constituante qui réunir des citoyens-délégués qui seront chargés de rédiger la constitution d’une nouvelle république, à approuver par référendum.

“L’une des priorités pour tout le monde ici, c’est l’assemblée constituante”, a déclaré Daniel, un vétéran de la gilets jaunes protestations et chauffeur de camion à la retraite, a déclaré. « Nous voulons nous réapproprier la vie politique.

Mélenchon a déjà connu des poussées de dernière minute, lors de ses dernières campagnes présidentielles en 2012 et 2017. Ses partisans savourent l’idée de voir leur champion affronter Macron lors du débat télévisé en tête-à-tête avant le second tour – si, c’est , il peut devancer Marine Le Pen dans les deux prochaines semaines. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme politique vétéran a assurément confirmé le rôle de sa force comme courtier du pouvoir dans toute reconfiguration post-électorale de la gauche française.

« Nous pouvons presque dire qu’il est en première place », a commenté Daniel, parlant de l’enthousiasme dans sa ville natale d’Orval, où il fait du porte-à-porte. C’est probablement un vœu pieux, étant donné la force de l’emprise de Macron sur la vie politique française. Mais la guerre de position tortueuse de Mélenchon – reconstruisant une alternative radicale à la triangulation centriste et à la guerre des cultures conservatrices – a encore du combat.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire