La Grande-Bretagne est au milieu d’une crise massive de la dette des ménages

0
80

Vers la fin de l’année dernière, un syndicaliste m’a dit qu’un nombre croissant de ses membres dépendaient de plus en plus des emprunts par carte de crédit. À l’époque, la presse financière parlait d’une « confiance croissante des consommateurs » et d’un espoir quant à la « réouverture de l’économie ». Mais compte tenu de ce que j’avais entendu, j’étais sceptique quant à l’augmentation de la confiance dans l’économie qui pourrait être la cause de ces prêts supplémentaires.

L’analyse des enquêtes auprès des ménages menées par Debt Justice à la fin de l’année dernière a confirmé que derrière les gros titres, les choses empiraient pour des millions de ménages britanniques. 1,3 million de personnes supplémentaires ont été fortement endettées en 2021, avant même que le crédit universel ne soit réduit de 20 £, la vague Omicron et la flambée du coût de la vie.

L’inflation étant actuellement au moins trois fois supérieure au taux des prestations et le double de celui des salaires, les emprunts sont largement motivés par les besoins. Les sondages et les analyses de l’organisme de bienfaisance de conseil sur la dette Stepchange ont confirmé que les gens s’endettent pour payer leurs factures et se rendre jusqu’au jour de paie, les ménages au Royaume-Uni ayant contracté un emprunt estimé à 13 milliards de livres sterling juste pour survivre.

Les formes d’emprunt vers lesquelles les gens se tournent dépendent de la qualité de la réglementation et de la commercialisation des différents produits, ainsi que de leur disponibilité, des conditions de remboursement, des frais et des charges. Il semble maintenant que les gens se tournent de plus en plus vers les cartes de crédit, la Banque d’Angleterre rapportant qu’au cours des douze derniers mois, les emprunts par carte de crédit ont augmenté d’un record de 11,6 %, le plus élevé depuis novembre 2005.

La crise de l’endettement des ménages est d’abord une crise des revenus : bas revenus, revenus précaires, revenus autour desquels on ne peut pas construire une vie stable. Dans ce contexte, il est tout à fait prévisible que pendant la crise du coût de la vie, les gens se tournent de plus en plus vers le crédit pour joindre les deux bouts.

Les répercussions d’un lourd endettement dureront bien au-delà des gros titres des médias. Linda, âgée de soixante-six ans, m’a récemment dit : “J’espère que j’effacerai ma dette à cette époque l’année prochaine, quarante ans après l’utilisation initiale d’une carte de crédit.”

Le mari de Linda contrôlait et ses actions les ont poussés à la dette dont elle est restée responsable après son divorce. “J’ai essayé pendant de nombreuses années de me dégager mais, inévitablement, c’était comme Sisyphe poussant un rocher sur une colline”, a-t-elle déclaré.

Après avoir quitté son emploi d’enseignante et s’être mise à son compte, elle a conclu que la seule issue était la faillite. Une fois la période de faillite terminée, les sociétés de cartes de crédit l’ont encouragée à recommencer à prêter pour « améliorer sa cote de crédit ». En raison de ses antécédents de crédit, ces nouvelles cartes sont assorties de taux d’intérêt encore plus élevés.

Linda a essayé de les utiliser uniquement dans des situations d’urgence, mais “ils ont l’habitude de s’accumuler”, a-t-elle déclaré, car “il en faut très peu sous la forme d’un problème financier ou d’une réduction temporaire des revenus pour entraîner l’utilisation ultérieure du crédit”. carte . . . et ainsi le cycle continue.

Un nombre croissant de personnes au Royaume-Uni sont désormais piégées dans ce cycle d’emprunts lourds et persistants par carte de crédit, avec jusqu’à 2,8 millions de personnes payant plus en intérêts, frais et charges qu’en remboursement de la dette. Les chiffres de l’organisme industriel UK Finance montrent également que près de 54% des soldes de cartes de crédit génèrent désormais des intérêts.

Vous ne pouvez pas déconnecter l’emprunt par carte de crédit d’autres formes de crédit – et les panneaux d’avertissement sur le tableau de bord clignotent tous en rouge. La semaine dernière, Citizens Advice a publié une étude montrant que deux emprunteurs sur cinq « Achetez maintenant, payez plus tard » remboursent ces achats avec des emprunts supplémentaires, le plus souvent des cartes de crédit. Ces sortes d’actes de jonglage ne peuvent durer qu’un certain temps avant de s’effondrer.

Avec des factures plus lourdes qui tombent sur le paillasson et des comptes bancaires de plus en plus vides avant le jour de paie, personne ne devrait être stigmatisé pour avoir demandé un crédit pour garder les lumières allumées, ou se nourrir, ou même simplement trouver de la joie dans sa vie. Au lieu de cela, nous devrions bâtir une économie où personne n’est obligé de faire ces choix difficiles en premier lieu.

La première étape doit être d’alléger les pressions qui poussent les finances des ménages au bord du gouffre, ce qui nécessite des mesures pour augmenter les salaires et lutter contre la flambée des prix des biens. Mais un soutien est également nécessaire pour aider ceux qui sont déjà aux prises avec des dettes.

C’est pourquoi, chez Debt Justice, nous faisons campagne pour une réduction équitable de la dette au Royaume-Uni. Nous voulons voir un fonds de restructuration de la dette créé par le Trésor et utilisé pour racheter les dettes personnelles qui ont souvent déjà été dévaluées et vendues à des sociétés de recouvrement de créances à des taux cassés. Chaque personne qui est poussée dans une dette impayable mérite une chance de réinitialiser ses finances et de reconstruire sa vie.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire