La Grèce accepte à nouveau d’étendre la coopération américaine en matière de défense

0
66

Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias s’est rendu à Washington les 13 et 14 octobre pour participer à une session prévue du dialogue stratégique américano-grec, où il a rencontré le secrétaire d’État Antony Blinken et d’autres hauts dirigeants du gouvernement américain et a passé en revue les préoccupations régionales en cours. Cette discussion par ailleurs routinière et peu excitante, similaire à celles que Washington entretient avec de nombreux autres pays dans le format du « dialogue stratégique », a été maquillée cette année (Round #3) avec la signature d’un nouvel accord de défense américano-grec, modifiant formellement le précédent accords bilatéraux et en prolongeant la durée de cinq ans, ce qui visait à améliorer encore la coopération exceptionnelle en matière de défense que les deux pays partagent depuis des années.

Une lettre distincte du secrétaire d’État Blinken, publiée après la signature, a encore réchauffé l’atmosphère bilatérale car elle comprenait un langage que le gouvernement Mitsotakis représente maintenant avec confiance comme une forme de garantie américaine de la souveraineté de la Grèce sur les îles de la mer Égée et les eaux territoriales, conformément avec la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, ce que la Turquie conteste agressivement.

Relation de défense déjà de premier plan, peu à améliorer

Étant donné que la relation bilatérale entre militaires était déjà en suspens depuis si longtemps, il n’a pas été facile pour les deux parties de trouver des domaines d’amélioration importants et le document signé le 14 octobre doit être considéré comme faisant partie d’un processus de mise à jour et de modernisation, et non comme un véritable mise à niveau fonctionnelle comme certains à Athènes le décrivent.

Le nouvel accord américano-grec – en fait un amendement à l’accord de coopération de défense mutuelle américano-grec (MDCA) – s’étend à celui signé à Athènes il y a deux ans par le secrétaire d’alors Mike Pompeo et donnerait aux États-Unis un accès accru à deux bases en Grèce centrale et une à Alexandroupolis, près de la frontière gréco-turque. Aucun de ceux-ci ne constituerait de nouveaux déploiements américains, et la plus grande partie de la présence américaine dans la région se fait par rotation, comme l’utilisation des installations d’entraînement grecques en hiver lorsque les bases américaines en Europe du Nord réduisent leurs opérations.

Séparée et au-dessus des opérations dans le nord de la Grèce, la base navale américaine permanente de la baie de Souda en Crète est en fait la clé de la relation de défense et de la capacité de projection des forces des États-Unis et de l’OTAN dans la région. Les amendements signés en 2019 et cette semaine visent à assurer au Congrès américain que la nature à long terme de la relation de défense se poursuivra sans interruption afin qu’un financement substantiel pour d’importantes mises à niveau des bases et d’autres programmes puisse être approprié en toute sécurité.

Il existe une certaine confusion quant à savoir si le dernier accord prévoit formellement la présence américaine dite « indéfinie » en Grèce, comme cela était prétendu être le cas dans l’amendement MDCA de 2019. Il est clair cependant que les nouveaux amendements suppriment certaines restrictions plus anciennes qui pouvaient exister sur l’accès américain, augmentant la flexibilité pour les deux parties.

Lors d’une réunion distincte Blinken-Dendias le même jour, le département d’État a jugé bon de révéler que Blinken avait remercié Dendias « pour le rôle constructif que la Grèce a joué dans le soutien à l’intégration régionale dans les Balkans occidentaux », un signal aux candidats à l’adhésion déçus de l’UE. L’Albanie et la Macédoine du Nord que le résultat terne du sommet européen de Brdo la semaine dernière était quelque chose que Washington n’avait pas oublié. Ce même point a également été souligné dans une déclaration conjointe distincte publiée après que Blinken a rencontré le haut représentant de l’UE Josep Borrell le 14 octobre dans un contexte différent.

Le surgonflage est normal

Cette année encore, la partie grecque poursuit sa pratique habituelle consistant à exagérer l’importance des nouveaux accords bilatéraux avec les États-Unis à chaque occasion possible, ce qui est parfois fait pour faciliter les processus de ratification nationaux mais n’est pas nécessaire cette année compte tenu de la volonté du gouvernement actuel de majorité parlementaire. Le vote de ratification devrait être prévu dans les deux prochaines semaines. Et comme d’habitude, la plupart des partis d’opposition travaillent dur pour déterrer les “problèmes” avec l’accord, certains notant qu’il ne fournit pas de véritables garanties de sécurité contre la Turquie en échange de l’acceptation par Athènes d’une “présence presque indéfinie” des forces américaines en Grèce. , que la plupart pensaient avoir été approuvé dans le précédent accord signé en octobre 2019.

Considérations stratégiques

Pour la majorité de la population grecque, l’accord actualisé que vient de signer FM Dendias sera perçu comme un lien défensif considérablement amélioré avec Washington en cas de problèmes avec la Turquie, principal adversaire potentiel de la Grèce, ainsi qu’un « vote de confiance » américain en faveur de La Grèce en tant qu’alliée de confiance et pôle de stabilité régionale. Les sources médiatiques grecques ne peuvent citer que des responsables du gouvernement local, et non le Pentagone américain, sur l’intérêt présumé des États-Unis pour une présence à plus long terme, car la stratégie américaine actuelle repose actuellement sur des rotations de troupes à court terme au lieu de bases permanentes. Washington a refusé plusieurs offres de la partie grecque au fil des ans pour stationner des unités sur les îles de la mer Égée près de la Turquie, mais les responsables grecs continuent d’affirmer que les États-Unis sont « très intéressés » par de tels déploiements.

Conjugué à l’accord de défense récent et quelque peu controversé du gouvernement Mitsotakis avec la France, on peut affirmer que le Premier ministre Mitsotakis a fait plus pour améliorer le réseau d’alliance de la Grèce et ses capacités militaires que tout autre dirigeant au cours des dernières décennies. Ce n’est pas un accomplissement insignifiant mais doit être vu dans le contexte d’une course aux armements potentielle avec la Turquie, quelque chose qu’aucun des deux pays ne peut se permettre. La diplomatie navale plus agressive de la Russie, se concentrant pour l’instant sur les eaux autour de la Syrie, ne devrait pas non plus être annulée.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici