La grève à Columbia est toujours en cours et les tensions sont élevées

0
312

Le 2 décembre, le vice-président des ressources humaines de l’Université de Columbia, Daniel Driscoll, a envoyé un e-mail indiquant que si les travailleurs qui avaient fait une grève pour pratiques déloyales de travail (ULP) ne retournaient pas au travail d’ici le 10 décembre, leurs postes seraient remplacés. Les travailleurs sont trois mille membres des Student Workers of Columbia (SWC), qui font partie de la section locale 2110 de l’UAW, et sont en grève depuis le 3 novembre.

« Ce qu’ils menacent est illégal », déclare Becca Roskill, membre de premier cycle du comité de négociation de CFC et assistante de cours au département d’informatique. Alors que CFC continue de négocier son premier contrat, l’arrêt de travail actuel fait suite au dépôt par des membres d’accusations d’ULP auprès du National Labor Relations Board (NLRB). Bien qu’il soit légal de remplacer les travailleurs en grève économique – bien que même Joe Biden s’oppose maintenant à une telle décision alors que Kellogg’s menace de remplacer ses propres travailleurs en grève – il est illégal en vertu de la loi nationale sur les relations de travail de remplacer définitivement les travailleurs qui font grève pratiques de travail déloyales.

« Nous avons des ULP depuis le début du semestre », explique Roskill, « l’un, basé sur le fait qu’ils ont donné 0 % d’augmentation alors que le précédent était de 3 % d’augmentation chaque année, et l’autre basé sur le fait qu’ils ont restructuré le calendrier de versement des allocations afin qu’ils aient la possibilité de retenir les salaires des instructeurs grévistes.

Bien que les nominations à l’université changent d’un semestre à l’autre, les membres de SWC se voient garantir un emploi, et c’est cette garantie qui est révoquée. La menace affecte tous les étudiants travailleurs, éliminant une source de revenus et mettant en péril leur réputation dans leurs programmes. Mais cela laisse les étudiants internationaux dans un dilemme particulier, car beaucoup d’entre eux dépendent exclusivement du travail universitaire pour leur revenu pendant leur séjour aux États-Unis.

Comme Wilma B. Liebman, une ancienne présidente du NLRB, l’a dit au New York Times, l’e-mail de l’université est “un moyen de créer la peur et le doute et de les contraindre, essentiellement, à cause de cette peur et de ce doute, à abandonner la grève”. Alors que le Conseil pourrait décider que l’action de Columbia est une violation de la loi, les travailleurs disent que la lenteur de l’obtention de cette décision ne leur laisse d’autre choix que de se préparer au pire. En effet, c’est un artefact d’une application terne du droit du travail que des employeurs comme Columbia peuvent jurer publiquement de prendre des mesures illégales.

En réponse à la menace, les membres de SWC organisé une démonstration de force le 8 décembre, piquetant le campus aux côtés des professeurs, des étudiants et d’autres syndicats – y compris les Teamsters, qui ont apporté un gros chat gonflable géant.

« Le fait que des gens soient venus à notre ligne de piquetage comme ils l’ont fait mercredi nous a clairement indiqué que non seulement vous êtes syndiqué, mais que vous avez le plein soutien de la communauté syndicale », a déclaré Dominic Walker, un candidat au doctorat en sociologie qui a été membre du comité de négociation de CFC jusqu’à l’an dernier. «Les gens vont rejoindre la ligne de piquetage avec vous, chanter avec vous, vous faire don de milliers de dollars et préparer de la nourriture pour vous. C’est convaincre les gens qu’ils appartiennent à un syndicat et qu’ils sont vraiment heureux d’en faire partie.

L’université a depuis allégué que des piqueteurs se sont livrés à des violences pendant l’action, une affirmation que le syndicat conteste. Interrogé sur le courriel de la prévôtée de l’université Mary C. Boyce alléguant de la violence, qui déclaré que les membres de l’administration « dénoncent ces actions dans les termes les plus forts possibles », Walker a énuméré les incidents d’individus antisyndicaux se comportant violemment envers les piqueteurs.

“Un étudiant supposé avoir craché au visage d’une femme piqueteur”, a raconté Walker. “Un cycliste a intentionnellement écrasé le pied d’un piqueteur et a crié:” Si c’était mon pays, je vous aurais fait fracasser le visage. “”

L’arrêt de travail est actuellement la plus grande grève active aux États-Unis et survient au milieu d’une vague de syndicalisation dans l’enseignement supérieur. Le syndicat des étudiants diplômés de l’Université Harvard a récemment fait grève pendant trois jours, concluant finalement un accord de principe avec l’administration que les membres ont ratifié le mois dernier, non sans contestation.

L’une des faiblesses du contrat de Harvard est qu’il s’agit en fait d’une « boutique ouverte », ce qui signifie que les membres ne sont pas tenus de payer des cotisations. Les membres de SWC disent que Columbia, elle aussi, refuse d’inclure la sécurité syndicale dans ses propositions.

«Nous pensons que notre grève est importante non seulement pour Columbia, mais pour le mouvement ouvrier plus large et le mouvement ouvrier en général, car nous avons vu comment les négociations contractuelles d’un magasin affectent directement un autre», explique Roskill.

Lorsque le syndicat des diplômés de la NYU négociait son propre contrat cette année, l’administration de la NYU observait ce qui se passait à Columbia. Le rejet par SWC d’un accord de principe en avril 2021 a été un facteur dans lequel les travailleurs de NYU ont finalement remporté un contrat solide – l’administration de NYU ne voulait pas se retrouver dans une situation similaire à celle de son homologue du centre-ville. Aujourd’hui, le contrat plus faible de Harvard joue un rôle similaire pour la direction de Columbia, fournissant un précédent à l’administration auquel se référer lorsqu’elle rejette des normes de base telles que la sécurité syndicale et un système d’arbitrage efficace pour les cas de harcèlement et de discrimination.

Alors que les membres du comité de négociation de SWC affirment que des progrès ont été réalisés dans le domaine des soins dentaires, qui était une question clé dans les négociations, la distance demeure sur les salaires et certaines demandes non économiques.

Dans l’offre la plus récente de l’université, « il n’y a eu aucune amélioration dans l’arbitrage auquel nous sommes autorisés à accéder pour harcèlement et discrimination, et il y a eu des augmentations de salaire marginales équivalentes à 5 % pour les travailleurs en nomination et à 3 % pour les travailleurs en congé. nomination, qui après l’inflation, se traduit par une baisse de salaire réel », explique Roskill. Elle ajoute:

Je ne sais pas comment nous pouvons être plus clairs sur le fait qu’il n’est pas acceptable que notre contrat comprenne une baisse de salaire pour les travailleurs. Il est déraisonnable pour eux de présenter cela comme leur dernière offre et de demander à notre unité de voter sur un contrat qui constituerait une réduction de salaire efficace, tout en n’incluant pas non plus nos exigences non économiques de base, comme la sécurité syndicale, l’arbitrage et la pleine reconnaissance de notre unité.

Les travailleurs veulent un salaire minimum de 45 000 $, un chiffre qui, selon eux, provient de calculs modestes de ce qui se rapproche d’un salaire vital à New York. L’université, qui a enregistré un rendement de 32,3% sur sa dotation en 2021 (cette dotation est désormais évaluée à 14,35 milliards de dollars) reste résistante à ce chiffre.

«Pour beaucoup d’entre nous, l’université est une ville d’entreprise», explique Walker. « Ils sont notre assureur. Ils sont notre propriétaire. Ils sont notre école. Ils sont notre patron. Quand ils ne nous paient pas assez, à qui puis-je ne pas payer de loyer ? Colombie. L’argent leur revient, donc cela n’a pas de sens que nous passions autant de temps là-dessus alors qu’ils savent qu’ils vont récupérer l’argent. Faisant référence à la dotation de l’université, Walker ajoute : « La logique qu’un milliardaire ne peut pas se permettre » pour répondre aux demandes des travailleurs « n’a pas de sens ».

La date limite fixée par Columbia pour les travailleurs mettant fin à leur grève est maintenant dépassée, et l’administration espère parvenir à un accord de principe avec les travailleurs avant Noël, permettant au semestre de printemps de se dérouler sans heurts. Le syndicat se concentre sur le renforcement du soutien parmi les professeurs, les étudiants et la communauté au sens large pour empêcher le plan de l’université de trouver des briseurs de grève et, espérons-le, de faire pression sur l’administration pour qu’elle propose des propositions qui répondent aux besoins des travailleurs.

“L’université est dans une impasse car elle espère désespérément que nous pourrons tout arranger avec un arc avant le prochain semestre”, a déclaré Roskill. «Mais ils vont devoir faire une bien meilleure offre si cela doit se produire. Sinon, nous allons continuer à nous battre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire