La guerre de la Turquie contre les Kurdes révèle l’agression de l’OTAN

0
57

Cela se produit encore. Enhardis par le silence des États membres de l’OTAN, Recep Tayyip Erdoğan et son gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) pourraient transformer les menaces de guerre turques contre l’administration démocratique du nord du Rojava syrien en une invasion à part entière. Lors d’une apparition publique le lundi 23 mai dans un chantier naval militaire de la mer de Marmara, Erdoğan a annoncé son intention d’occuper une bande de terre de trente kilomètres de large le long de la frontière nord de la Syrie. Selon des sources turques, les préparatifs de l’invasion seraient terminés le lendemain.

Ailleurs au Kurdistan, la guerre fait rage depuis des semaines – malgré le manque d’attention ou l’indignation du public. Le 17 avril, l’armée turque a lancé une invasion de la région de Zab au sud du Kurdistan. C’était le premier point culminant d’une série d’interventions dans le nord de l’Irak en violation du droit international. Depuis lors, les montagnes du Kurdistan – où se trouvent de nombreux villages et vivent des civils – ont connu de violents combats, des soldats et des guérilleros mourant chaque jour. Au Rojava également, une guerre de faible intensité contre la population civile et son administration est en cours depuis des mois. Comme l’a documenté le Centre d’information du Rojava, au moins trente-cinq frappes de drones turcs ont tué plus de treize personnes et en ont blessé trente-quatre.

Jusqu’à présent, Erdoğan a pu poursuivre cette politique de guerre sans entrave. La critique de l’alliance de l’OTAN, dont la Turquie est membre depuis 1952, est restée absente. Au lieu de cela, la guerre en Ukraine a donné un pouvoir de négociation et une influence encore plus destructeurs à Erdoğan, qui se présente comme un médiateur ostensible entre la Russie et l’Ukraine en organisant des négociations sur le sol turc.

Aujourd’hui, Erdoğan joue un rôle supplémentaire en bloquant l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN. Du point de vue du gouvernement AKP, ces pays soutiennent le terrorisme et abritent des terroristes. Ces prétendues “organisations terroristes” sont des projets d’aide au Rojava engagés dans des activités telles que la construction d’infrastructures hydrauliques et l’hébergement de femmes qui ont subi des violences aux mains de la milice terroriste ISIS – c’est-à-dire qu’il s’agit de projets d’aide humanitaire que la Suède aide à financer. Les «terroristes» ciblés par Erdoğan sont des Kurdes de Suède et de Finlande qui ont été libres de s’organiser politiquement dans ces pays sans faire face à l’oppression.

Pourtant, la Turquie a également pointé du doigt des politiciens d’origine kurde, comme le député suédois indépendant de gauche Amineh Kakabaveh, originaire du Kurdistan oriental. Récemment, l’ambassadeur de Turquie à Stockholm est même allé jusqu’à demander son extradition (ce qui a ensuite été interprété comme un “malentendu”). Pour sa part, Kakabeveh s’oppose également à l’adhésion de la Suède à l’OTAN et a retiré son soutien au Premier ministre social-démocrate de son pays. Elle a fait remarquer que les Kurdes risquaient une fois de plus d’être sacrifiés sur l’autel des superpuissances – cette fois avec le soutien de la Suède.

Dans le passé, Erdoğan a exploité les réfugiés à des fins politiques. Il a accepté de les empêcher d’entrer dans l’Union européenne (ou, au contraire, a menacé de les faire passer la frontière) en échange de concessions politiques de la part des gouvernements de l’UE. Maintenant, il essaie également d’utiliser les Kurdes pour réaliser ses rêves de faire de la Turquie une superpuissance impériale régionale. Cela montre clairement que la question kurde est un véritable problème international.

Maintenant que la Turquie a temporairement bloqué l’expansion de l’OTAN, elle est finalement sous le feu des critiques qui prétendent que son intransigeance devrait la disqualifier de la communauté de l’OTAN. Pourtant, comme l’a souligné Dilar Dirik, cette rhétorique est confuse : la Turquie est un élément essentiel de l’alliance militaire depuis plus de soixante-dix ans, et la politique de guerre turque va de pair avec les diverses guerres d’agression de l’OTAN ces dernières années qui ont brisé la communauté internationale. droit. L’OTAN peut se qualifier de « communauté de valeurs partagées », tout comme son document fondateur de 1949 peut affirmer que ses membres sont attachés à la Charte des Nations Unies et aux « principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de l’État de droit ». .” Il s’agit pourtant d’une idéologie destinée à occulter le caractère belliqueux de l’alliance. Les invasions de l’OTAN en Libye, en Irak, en Afghanistan et en ex-Yougoslavie racontent une histoire différente. Il en va de même pour l’occupation du nord de Chypre par la Turquie, une violation du droit international qui dure depuis 1976, même si elle n’est même plus mentionnée.

Lundi dernier, Cemil Bayik, le coprésident du comité exécutif de l’Union des communautés du Kurdistan, a souligné le rôle de l’OTAN dans la guerre contre le Kurdistan : « Il peut sembler que la Turquie mène la guerre à Zab et Avaşîn, mais c’est en fait l’OTAN. . . . En tant qu’État membre, la Turquie reçoit un soutien extrêmement important de l’OTAN. Sans cette aide, la Turquie n’aurait pas pu continuer à se battre jusqu’à aujourd’hui. C’est l’OTAN qui a décidé d’entrer en guerre, et la Turquie met cette décision en pratique.

Pour la Turquie, une invasion du Rojava est également étroitement liée à la politique intérieure. Avec des élections prévues pour 2023, tous les sondages d’opinion suggèrent que l’AKP subira un coup dur dans les urnes. Le parti pourrait essayer de sauver sa fortune avec un autre conflit militaire, car la Turquie des invasions toujours récurrentes de Syrie se sont toujours accompagnés d’une cote de popularité en hausse pour l’AKP — de l’occupation d’une région du nord de la Syrie entre Azaz et l’Euphrate en août 2016 à l’invasion et l’occupation d’Afrin en 2018 et de Serê Kaniyê et Girê Spî en 2019 La guerre unifie des parties de la population derrière le gouvernement et son armée tout en repoussant des problèmes tels que le chômage et la pauvreté à l’arrière-plan, ne serait-ce que temporairement.

Début mai, Erdoğan a annoncé son intention d’envoyer progressivement un million de réfugiés syriens en Turquie pour vivre dans des « colonies » construites pour eux dans le nord de la Syrie occupée. Le plan, semble-t-il, est de prendre le contrôle d’un territoire géographique continu pour être successivement intégré au territoire des Turcs. Le paiement des salaires en livre turque dans les régions déjà occupées, ainsi que l’ouverture d’écoles de langue turque et l’installation de gouverneurs turcs, indiquent que l’objectif est la colonisation permanente. Les invasions ont également renforcé les milices djihadistes, qui ont contribué à sécuriser l’occupation aux côtés des soldats turcs. Beaucoup de leurs combattants sont d’anciens membres de l’Etat islamique, qui continue d’exister dans la clandestinité. L’Etat islamique est de plus en plus capable de mener à nouveau des attaques, comme l’a démontré en janvier sa prise d’assaut de la prison de l’Etat islamique à al-Hasakah.

Dans une interview au quotidien allemand Daily Mirror, Khaled Davrisch, le représentant berlinois de l’administration autonome du Rojava, a expliqué que « plier le genou devant Erdoğan torpillerait les efforts pour une solution pacifique en Syrie ». En fait, cela ferait beaucoup plus. Une guerre d’agression turque avec la bénédiction de l’OTAN montrerait clairement que le discours sur les valeurs partagées, la liberté et la démocratie ne s’applique que lorsqu’il sert les propres intérêts de l’OTAN.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire