La guerre de Moscou en Ukraine contre “l’opération militaire spéciale” de Washington

0
58

Source photo : Sgt. Meleesa E Gutierrez – Domaine public

Le président russe Vladimir Poutine a adopté l’expression « opération militaire spéciale » pour son invasion et sa guerre en Ukraine. La guerre brutale et insensée de Poutine ne peut être dissimulée derrière une expression aussi obtuse. En réponse à l’agression russe, ce sont les États-Unis qui ont monté une « opération militaire spéciale » contre la Russie, qui aura de graves conséquences stratégiques dans un avenir proche, voire lointain.

Le renforcement militaire américain en Europe et le nouveau cycle d’expansion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) rendront difficile la négociation d’importantes questions de fond avec la Russie telles que le contrôle des armements et le désarmement ; la non-prolifération des armements stratégiques ; terrorisme international; Contrôle du climat; et maintien de la paix dans le tiers monde.

Contrairement au premier cycle d’expansion de l’OTAN, que les présidents Bill Clinton et George W. Bush ont inutilement orchestré, Poutine est responsable du dernier cycle. Il a créé les conditions stratégiques pour l’expansion de l’OTAN dans la région nordique. La décision de Poutine d’envahir l’Ukraine supposait à tort que les États-Unis resteraient sur la touche ; que les membres européens de l’OTAN seraient sérieusement divisés ; et que l’Ukraine manquait de volonté et d’ingéniosité pour confondre les forces militaires russes. Les hypothèses de Poutine étaient fausses à tous les niveaux, et il s’est fait un paria dans la communauté européenne en particulier. Néanmoins, les efforts américains pour exploiter le statut de paria de Poutine créeront des problèmes stratégiques pour les relations bilatérales russo-américaines ainsi que pour les relations internationales en général.

Les États-Unis ont pris une série de mesures militaires qui seront difficiles à inverser et qui deviendront des obstacles aux futures relations russo-américaines. Les États-Unis ont établi un quartier général militaire permanent pour le 5e corps d’armée en Pologne ; créé des brigades de combat rotatives supplémentaires en Roumanie; déploiements par rotation améliorés dans les États baltes ; augmenté le nombre de combattants navals à Rota, en Espagne; et a envoyé deux escadrons F-35 supplémentaires au Royaume-Uni. Ces mesures ont été vigoureusement accueillies par les membres d’Europe de l’Est de l’OTAN, mais ont créé des inquiétudes parmi les membres d’Europe de l’Ouest, en particulier la France, l’Allemagne et l’Italie.

Le nouveau concept stratégique de l’OTAN remplace le document de 2010, qui qualifiait la Russie de « partenaire stratégique » et omettait de mentionner la Chine. Désormais, la Russie est une «menace stratégique» et la Chine apparaît comme un «défi stratégique». Les États-Unis ont en fait fait pression pour décrire la Chine comme une «menace stratégique», mais les États d’Europe occidentale ont remis en question la nécessité de faire même référence à la Chine et ont finalement prévalu avec un langage de compromis faisant référence à la Chine comme un «défi stratégique».

La campagne américaine pour s’attaquer à la fois à la Russie et à la Chine est contre-productive ; cela produira une focalisation sur deux guerres pour les planificateurs du Pentagone, ce qui aggravera l’environnement stratégique des États-Unis et créera des demandes pour des dépenses de défense même importantes. L’administration Biden exagère à tort la menace russe et chinoise pour les intérêts de sécurité américains afin de produire des investissements supplémentaires dans notre arsenal stratégique.

La position agressive des États-Unis envers la Russie produit des lignes de faille dans la structure de l’alliance de l’OTAN. Il existe des divergences sur les efforts des États-Unis pour humilier la Russie, qui ont été exprimés avec désinvolture par le président Joe Biden, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin. Il existe également des différences concernant l’imposition de prix plafonds sur le pétrole russe ; la volonté de poursuivre un cessez-le-feu en Ukraine ; et l’impact d’une augmentation des dépenses militaires sur les pressions inflationnistes dans toute l’Europe. Les membres européens de l’OTAN ne sont pas d’accord avec la sagesse conventionnelle des États-Unis selon laquelle seule une augmentation des dépenses de défense et des déploiements de forces américains peut préserver la paix et la prospérité du Pacifique occidental et éviter une attaque contre Taïwan dans un proche avenir.

La guerre d’usure actuelle dans l’est de l’Ukraine sera coûteuse à la fois pour l’Ukraine et la Russie, et pourrait conduire à une confrontation européenne plus large. Néanmoins, les majorités bipartites au Congrès américain ainsi que les grands médias semblent croire que l’Occident est capable de mettre une « impasse douloureuse » et un lourd tribut à la Russie ; que la dissidence et les luttes intestines peuvent se propager au Kremlin ; que des sanctions supplémentaires nuiront durablement à l’économie russe ; et que l’Occident peut recruter des dissidents en Russie parmi l’élite commerciale et politique.

Au début de la guerre, le président Biden a souligné que les États-Unis ne cherchaient pas une « guerre entre l’OTAN et la Russie ». Mais les décisions récentes de fournir une défense aérienne à longue portée et une artillerie lourde à l’Ukraine contribueront à faire croire à Poutine qu’il est déjà en guerre avec l’Occident. Au cours de leurs campagnes présidentielles, les présidents Woodrow Wilson et Lyndon B. Johnson ont souligné qu’ils ne cherchaient pas à rejoindre la guerre en Europe en 1916 ou la guerre au Vietnam en 1964, respectivement. En quelques mois, les États-Unis étaient en guerre.

L’histoire de couverture dans le courant Économiste est intitulé “Comment gagner la longue guerre”, suggérant que “l’Ukraine et ses partisans ont les hommes, l’argent et le matériel pour vaincre M. Poutine”, mais seulement si “ils ont tous la volonté”. J’ai enseigné au National War College pendant deux décennies et j’ai rencontré de nombreux officiers généraux qui croyaient sincèrement que les États-Unis avaient perdu leurs guerres au Vietnam, en Irak et en Afghanistan simplement parce qu’ils manquaient de volonté.

Les États-Unis et les principaux pays européens sont déjà confrontés à une opposition aux pressions inflationnistes causées en partie par la guerre de Poutine, qui pourraient être les premiers signes de fatigue de la guerre en Occident. L’Ukraine a peut-être la volonté de mener une longue guerre, mais il est difficile d’évoquer le scénario qui voit l’Ukraine reprendre une partie importante du territoire qu’elle a perdu au profit de la Russie. Les Russes sont fiers de leur capacité à faire des sacrifices face aux défis de sécurité. Le temps joue peut-être en faveur de Poutine.

Il doit y avoir une option diplomatique pour contenir les tensions actuelles avec la Russie et la Chine, mais le secrétaire d’État Antony Blinken est resté largement silencieux depuis les premiers jours de l’administration Biden. Nous devons mettre davantage l’accent sur un cessez-le-feu en Ukraine, une reconnaissance d’une éventuelle partition de l’Ukraine pour sauver des vies et des infrastructures ukrainiennes, et une discussion plus large sur la stabilité stratégique, en particulier la stabilité nucléaire, qui inclut les États-Unis, la Russie et la Chine. La poursuite de l’endiguement contre la Chine, qui a commencé sous l’administration Obama en 2011, est un non-démarrage. Winston Churchill avait raison lorsqu’il a dit que la « mâchoire de la mâchoire » valait mieux que la « guerre de la guerre ».

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/06/moscows-war-in-ukraine-vs-washingtons-special-military-operation/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire