La hausse des prix du pétrole en Arabie saoudite est une surprise d’octobre contre Biden

0
68

Quand, juste un Un mois avant les élections de mi-mandat, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle réduirait sa production de pétrole de 2 millions de barils par jour, les responsables de la Maison Blanche l’ont qualifié d ‘”acte hostile” et ont déclaré que l’administration “réévaluait” les relations saoudiennes. C’était le genre de langage belliqueux que l’administration n’utilise pratiquement jamais pour décrire la monarchie riche en pétrole, dont l’immense richesse lui a valu une énorme influence à Washington.

Les démocrates du Congrès confrontés à une réélection au milieu de la flambée des prix de l’essence étaient également furieux. Habituellement, Capitol Hill débitera un langage exsangue de « profonde préoccupation » en réponse à la myriade de violations des droits de l’homme du royaume, mais cette fois, les démocrates du Congrès ont riposté, jurant de bloquer les ventes d’armes et prenant même la mesure sans précédent d’introduire une législation pour retirer les troupes américaines. d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Les parrains du projet de loi lié leurs efforts à la guerre en Ukraine, soulignant comment le maintien des prix du pétrole élevés se traduit par une manne de profit pour financer l’invasion sanglante du président russe Vladimir Poutine.

“Il ne fait aucun doute que les réductions de la production de pétrole de l’OPEP dirigées par l’Arabie saoudite sont un effort stratégique pour blesser les Américains à la pompe.”

Pourtant, les experts ont souligné que les hausses de prix étaient plus qu’un mouvement géopolitique. Ils ont déclaré qu’il s’agissait également d’une incursion du dirigeant de facto saoudien, le prince héritier Mohammed bin Salman, ou MBS, dans la politique électorale américaine : une décision du cartel pétrolier dominé par l’Arabie saoudite, l’OPEP, contre le président Joe Biden et en faveur de Donald Trump.

“Les Saoudiens travaillent pour que Trump soit réélu et pour que les républicains de MAGA remportent les élections de mi-mandat”, a déclaré Bruce Riedel, chercheur principal à la Brookings Institution, à The Intercept. “La hausse des prix du pétrole sapera les démocrates.”

Les prix du pétrole affectent non seulement le prix à la pompe, mais aussi le coût de pratiquement tout dans notre économie dépendante des combustibles fossiles – et sont un moteur majeur de l’inflation. “Il ne fait aucun doute que les réductions de la production de pétrole de l’OPEP dirigées par l’Arabie saoudite sont un effort stratégique pour blesser les Américains à la pompe et saper notre travail pour lutter contre la hausse des coûts”, a déclaré le représentant Ro Khanna, D-Californie, dans un e-mail.

L’affinité de MBS pour Trump n’est pas un secret. Trump a rompu avec la tradition présidentielle en effectuant sa première visite à l’étranger dans la capitale saoudienne, où il a signé une vente d’armes record de 350 milliards de dollars à l’autocratie. Il a également défendu à plusieurs reprises MBS au milieu de reportages, y compris de sa propre CIA, selon lesquels le prince héritier avait ordonné le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi. “Je lui ai sauvé le cul”, aurait déclaré Trump. “J’ai réussi à faire en sorte que le Congrès le laisse tranquille” – faisant référence à trois fois où il a opposé son veto à des résolutions du Congrès bloquant des milliards de ventes d’armes aux Saoudiens.

Le président Donald Trump passe devant Mohammed ben Salmane, prince héritier d’Arabie saoudite, à Osaka, au Japon, le 29 juin 2019.

Photo : Kazuhiro Nogi/Bloomberg via Getty Images

La relation chaleureuse entre les cercles de Trump et les Saoudiens a persisté après le départ du président. Six mois seulement après avoir quitté la Maison Blanche, Jared Kushner, gendre de Trump et ancien haut conseiller de la Maison Blanche, a remporté un investissement de 2 milliards de dollars du fonds souverain saoudien à la demande de MBS, qui a passé outre les objections des responsables saoudiens. Kushner affichera plus tard son influence auprès des Saoudiens dans un discours aux investisseurs pour sa société d’investissement Affinity Partners, selon un pitch deck obtenu par The Intercept en avril. Et la société du secrétaire au Trésor de Trump, Steven Mnuchin, Liberty Strategic Capital, a levé 1 milliard de dollars auprès du fonds souverain saoudien.

Les experts suggèrent que La réduction de la production pétrolière de MBS est une tentative ciblée de nuire aux perspectives électorales des démocrates. “C’est la surprise d’octobre de MBS”, a déclaré Trita Parsi, vice-présidente exécutive du Quincy Institute for Responsible Statecraft. “C’est son ingérence électorale. Cela oblige Biden à faire un choix : protégera-t-il la démocratie américaine et les législateurs démocrates au Congrès, ou triplera-t-il sur un pari erroné qui dit que les États-Unis n’ont d’autre choix que d’acquiescer à l’Arabie saoudite pour empêcher Riyad de s’aligner sur la Russie ? ”

Khalid Aljabri – fils de l’ancien chef du renseignement saoudien, Saad Aljabri, et commentateur fréquent des affaires saoudiennes – a également fait la comparaison avec la surprise d’octobre: ​​un terme pour un événement tardif et électrisant inventé pendant Ronald L’offre réussie de Reagan pour renverser Jimmy Carter. Aljabri a déclaré: “Enhardi par la politique sans conséquence de Biden et la rhétorique de campagne vide, MBS veut faire de Biden un Carter avec la surprise d’octobre de l’OPEP, sachant que les prix élevés du gaz et l’inflation influencent la politique intérieure américaine.”

À bien des égards, la décision de MBS de réduire la production de pétrole est un reproche à la rencontre controversée de Biden avec le prince héritier à Djeddah cet été au cours de laquelle les deux ont partagé un coup de poing. La réunion – à la suite d’une communication secrète avec Riyad par le directeur de la CIA, William Burns, au cours de laquelle le pétrole a été discuté – a volé à l’encontre de la promesse de campagne de Biden de faire de l’Arabie saoudite un « paria ».

« C’est la surprise d’octobre de MBS. C’est son ingérence électorale.

Il y avait plusieurs premiers signes que la réunion ne conduirait pas au dégel diplomatique que l’administration avait espéré. Lorsque Biden a atterri à Djeddah, il a été accueilli non pas par un haut responsable mais par un gouverneur de province – un camouflet diplomatique majeur. Et quelques minutes après la rencontre entre Biden et MBS, des responsables saoudiens ont divulgué aux médias, contestant l’affirmation de Biden d’avoir évoqué Khashoggi.

L’échec de la réunion à réparer les relations a créé des tensions entre la Maison Blanche et les démocrates du Congrès, qui ont le sentiment que les réductions de la production de pétrole les rendent vulnérables lors des prochaines élections et que l’administration ne fait pas assez pour obliger l’Arabie saoudite à rétablir la production.

Des sources proches de l’administration, qui ont requis l’anonymat parce qu’elles n’étaient pas autorisées à s’exprimer publiquement, imputent la visite saoudienne de Biden à son coordinateur pour le Moyen-Orient au Conseil de sécurité nationale, Brett McGurk. Incarnation du consensus de politique étrangère de Washington, imperméable au changement, McGurk a servi dans toutes les administrations depuis le président George W. Bush en tant que défenseur inébranlable de relations plus confortables avec Riyad.

“Le président Biden reçoit depuis longtemps de mauvais conseils sur la politique au Moyen-Orient, et cette décision de l’OPEP est vraiment un échec prévisible de son voyage dans la région cet été”, a déclaré à The Intercept un membre du personnel de la commission des affaires étrangères de la Chambre démocrate. «Le président reçoit de mauvais conseils de McGurk et d’autres, et cela devrait être un signal d’alarme. Ce serait négligent ne pas apporter des modifications au NSC.

Les défenseurs des droits travaillant sur le Moyen-Orient ont fait écho aux appels à un remaniement du NSC. «Ce n’est un secret pour personne que le conseiller de Biden au Moyen-Orient, Brett McGurk, était le principal champion pour avoir poussé Biden à capituler devant l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – sur les ventes d’armes, sur les forces et les armes américaines dans leurs pays, et bien sûr sur la rencontre directe avec MBS, sur la fiction qui ils serviraient les intérêts américains », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de DAWN, le groupe pro-démocratie fondé par Jamal Khashoggi. “Il est plus clair maintenant plus que jamais qu’il s’agissait simplement d’un très mauvais conseil, car toute cette capitulation n’a assuré rien d’autre que l’humiliation mondiale de Biden.”

Les démocrates disposent de plusieurs outils politiques qu’ils peuvent utiliser pour obliger l’Arabie saoudite à renoncer aux réductions de production. Lundi, le sénateur Bob Menendez, DN.J., président de la puissante commission sénatoriale des relations étrangères, a déclaré qu’il utiliserait son pouvoir pour bloquer toutes les ventes d’armes à l’Arabie saoudite à l’avenir.

Alors que Menendez a appelé l’administration Biden à suspendre toute coopération américaine avec les Saoudiens, l’administration n’a fait que vaguement dire qu’elle réévaluerait la relation. Répondant aux appels des démocrates du Congrès à bloquer le soutien militaire à l’Arabie saoudite, le département d’État rendu clair qu’il ne le ferait pas. Au lieu de cela, l’administration Biden est aurait discuter de l’annulation d’une prochaine réunion à Riyad concernant la coopération en matière de défense aérienne et antimissile.

“Je pense que c’est à peine une tape sur les doigts”, a déclaré une source proche de l’administration, soulignant que MBS et même de nombreux responsables de haut niveau n’allaient pas assister à la réunion. “Le fait qu’ils sautent cette réunion ne va pas faire perdre le sommeil à MBS.”



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire