La Hongrie a enfreint la loi avec sa politique en matière de demandeurs d’asile – Cour suprême de l’UE – RT World News

0
39

La plus haute juridiction de l’Union européenne a jugé que la loi hongroise de 2018 visant à criminaliser l’aide aux immigrants illégaux qui demandent l’asile violait les « droits protégés » par la législature du bloc.

La législation hongroise, adoptée en 2018, visait à punir quiconque « facilitation de l’immigration clandestine » avec un an de prison, en vertu d’un projet de loi “Arrêtez Soros” loi. Le gouvernement hongrois l’a justifié à l’époque en affirmant que les migrants entrant illégalement dans le pays menaçaient sa sécurité nationale.

Dans l’arrêt rendu mardi, la Cour européenne de justice a déclaré que « la criminalisation de telles activités empiète sur l’exercice des droits garantis par le législateur de l’UE en matière d’assistance aux demandeurs de protection internationale ».

L’avocat général de l’UE, Athanasios Rantos, avait exhorté le tribunal à rendre un tel jugement en février, affirmant que l’introduction de la législation signifiait que « La Hongrie n’a pas rempli ses obligations au titre de la [bloc’s] Directive sur les procédures.

Elle est devenue connue sous le nom de loi Stop Soros après que le milliardaire philanthrope George Soros est devenu un adversaire virulent de l’opposition du gouvernement hongrois à la migration. L’administration, à son tour, a accusé Soros d’avoir orchestré la migration vers l’Europe, avec l’Open Society Foundation, dirigée par le philanthrope, fermant ses opérations dans le pays en réponse.




La Hongrie, sous la direction du Premier ministre de droite Viktor Orban, s’est heurtée à plusieurs reprises à l’UE ces dernières années à cause de sa position ferme sur l’immigration et des inquiétudes du bloc concernant les menaces à l’État de droit dans le pays.

Fin 2020, un différend entre la Hongrie et la Pologne et l’UE risquait de faire dérailler le budget du bloc, car les deux États membres menaçaient d’y opposer leur veto car ils estimaient que l’UE tentait de s’ingérer dans leurs affaires intérieures. En fin de compte, l’UE a reculé, acceptant un compromis avec Budapest et Varsovie pour s’assurer que le budget sécurise le soutien des 27 États membres.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici