La Hongrie attaquée “injustement” pour sanctions – ministre des Affaires étrangères – News 24

0
60

Peter Szijjarto a déclaré que l’économie de son pays ne pouvait pas fonctionner sans pétrole russe

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré que son pays avait reçu des attaques injustifiées pour avoir été honnête sur sa dépendance vis-à-vis de l’approvisionnement énergétique de la Russie.

« Nous examinons cette question uniquement du point de vue des intérêts nationaux hongrois. Nous ne sommes pas intéressés par ce que l’Est ou l’Ouest en pensent. Szijjarto a déclaré mardi lors d’une rencontre avec son homologue kazakh Mukhtar Tleuberdi.

“La véritable sécurité des approvisionnements est un problème pour nous car il est actuellement physiquement impossible de faire fonctionner l’économie hongroise sans le pétrole russe.”

Le ministre a souligné que la Hongrie obtient environ 65% de son pétrole de la Russie via l’oléoduc Druzhba (Amitié).

Budapest a confirmé plus tôt qu’il ne soutiendrait pas un embargo sur le pétrole et le gaz russes dans le cadre des sanctions de l’UE contre Moscou pour sa campagne militaire en Ukraine.

Szijjarto a déclaré que la Hongrie avait voté pour tous les ensembles de sanctions précédents mais recevait toujours “injuste et injuste” attaques.

L’une des raisons à cela, bien sûr, est peut-être que nous disons franchement que nous ne sommes pas prêts à renoncer à la sécurité de l’approvisionnement énergétique de notre pays.

L’UE a promis de supprimer les combustibles fossiles russes d’ici 2030, mais s’est abstenue d’interdire immédiatement le pétrole et le gaz, défiant les appels de Kiev à le faire.




Reuters a rapporté lundi que Bruxelles pourrait exempter la Hongrie et la Slovaquie voisine d’un embargo sur le pétrole russe, qui pourrait être inclus dans la dernière série de sanctions.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire