La liste riche est une liste des climats les plus recherchés

0
196

Comment les empreintes carbone des Revue financière australienne‘s Rich Listers se comparent-ils au reste d’entre nous ?

Prenez leur style de vie jetset pour commencer. Il y a quelques années, Andrew “Twiggy” Forrest, magnat des mines et numéro deux sur la liste, a acheté un jet privé de 98 millions de dollars. En creusant un peu, vous pouvez trouver le modèle, le numéro de queue et même où il a été.

Au cours des cinq premiers mois de cette année seulement, le Bombardier Global Express 7500 de Forrest (l’un des plus gros jets privés du marché) a effectué 59 vols. Selon un outil qui permet aux super-riches « soucieux du climat » de comparer les émissions de différents modèles de jets privésles émissions de Forrest dues à ces trajets s’élèvent à plus de 700 tonnes de CO2. Comparez cela à ce que la personne moyenne émet en un an : 4,7 tonnes. Les trajets gourmands en kérosène de Twiggy le placent dans l’échelon supérieur des 1 %, qui sont collectivement responsables de 50 % des émissions de l’aviation.

Ces émissions personnelles, cependant, ne sont qu’une goutte d’eau dans un océan de pétrole. Dans un rapport publié l’année dernière, Carbon Billionaires : les émissions d’investissement des personnes les plus riches du mondeOxfam a constaté qu’une fois les investissements en capital et les opérations de l’entreprise inclus, les émissions des milliardaires les plus riches sont 1 million de fois supérieures à celles d’une personne moyenne.

La consommation de luxe des milliardaires est la plus petite partie de leur contribution au réchauffement climatique. Pourtant, les empreintes carbone enregistrent généralement les émissions créées uniquement par la consommation personnelle. Cela a peut-être quelque chose à voir avec le fait que le concept même d’« empreinte carbone » était le invention d’une agence de publicité travaillant pour le géant pétrolier BPqui a tenté de rejeter la responsabilité de la pollution des grandes entreprises sur les gens ordinaires.

En concevant la population comme un ensemble d’individus producteurs d’émissions, il semble que nous devions tous « faire notre part » pour réduire les émissions. Certains devront peut-être en faire plus que d’autres, bien sûr, mais nous devons tous agir individuellement pour nous rapprocher le plus possible de zéro émission, que ce soit en installant des panneaux solaires sur nos maisons, en achetant des voitures plus chères économes en carburant ou électriques, en abandonnant le voiture pour un vélo ou renoncer à l’avion.

Cette vision du monde « empreinte carbone » occulte des questions importantes : qui choisit les produits disponibles ? Qui décide comment ils sont produits ? Qui contrôle les infrastructures énergétiques et de transport ? La Rich List n’est pas seulement un inventaire des plus gros consommateurs d’Australie ; c’est une liste des personnes qui contrôlent l’économie.

Quelle différence font quelques panneaux solaires sur le toit si Gina Rinehart, numéro un sur la Rich List, décide d’ouvrir une autre mine de charbon ? Quelle différence cela fait-il de rouler à vélo lorsque Lindsay Fox, numéro 23, met une autre flotte de camions Linfox sur la route et contrecarre les tentatives d’augmenter le fret ferroviaire ?

La liste riche est aussi la liste la plus recherchée du climat : les magnats qui gagnent des milliards en exploitant le charbon, les détaillants qui emballent tous nos produits dans du plastique, les magnats des médias qui les aident à s’en tirer.

Se couper les ailes serait un bon début, mais un capitaliste ambulant est tout aussi dangereux qu’un capitaliste volant : son empreinte carbone est si colossale qu’un seul pas peut noircir le globe.

Source: https://redflag.org.au/article/rich-list-climate-most-wanted-list

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire