La loi PRO ne résoudra pas les problèmes du travail

0
111

En janvier, notre mouvement a reçu son coup de poing annuel dans le ventre du Bureau of Labor Statistics, dont le rapport 2021 montre 241 000 membres syndiqués de moins que l’année précédente. Seul un travailleur sur dix est membre d’un syndicat; dans le secteur privé, c’est un sur seize.

En vingt ans, le pays a gagné 14 millions de travailleurs, mais les syndicats ont perdu 2 millions de membres.

Sondage après sondage, la majorité soutient les syndicats ; “Striketober” a fait la une des journaux pendant des semaines. Et pourtant, nos chiffres continuent de baisser.

La loi est enfreinte, les employeurs résistent agressivement, les membres sont sur la défensive – tout cela est vrai, mais aucun n’est une réponse à la crise. En fin de compte, nos syndicats ne peuvent pas s’organiser ou ne le font pas.

Les Travailleurs unis de l’automobile ont perdu 275 000 membres – 40 % de leurs membres – depuis l’an 2000. Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus de fabrication automobile ici ; il y a près d’un million de travailleurs de l’automobile et des pièces automobiles, dont plus de 80 % ne sont pas syndiqués.

Il n’y a aucune raison de penser que ces travailleurs sont contre l’adhésion à une organisation ou le pouvoir au travail – pas plus que les travailleurs de l’automobile des années 1920, les employés des écoles publiques des années 1950 ou les travailleurs de Starbucks qui s’organisent aujourd’hui.

Cette épave de train au ralenti était autrefois un sujet dont parlaient beaucoup les dirigeants syndicaux.

Dans les années 1990, alors que la crise était déjà aiguë, il y a eu de grands changements au sommet de l’AFL-CIO, avec des campagnes publiques pour « 30 % d’ici l’an 2000 » – la proportion du budget à consacrer à la syndicalisation.

Le président John Sweeney exhortait encore les syndicats à atteindre cette barre des 30 % en 2001, lorsqu’il a qualifié la baisse du nombre de membres de « jugement le plus sévère que l’histoire puisse porter sur notre direction collective du mouvement ouvrier ».

En 2005, dépenser moins pour la politique électorale et plus pour les campagnes de syndicalisation est devenu le cri de ralliement des syndicats qui se sont séparés pour former une nouvelle fédération, Changer pour gagner.

Il y a beaucoup à dire sur la raison pour laquelle ces efforts ont pour la plupart échoué – comme Mike Parker et Martha Gruelle l’ont écrit en 1997, “La version de revitalisation de l’AFL-CIO n’ira pas loin sans démocratie, sans rang et déclarants s’organisant” – mais au moins ils avaient le problème dans leur ligne de mire.

Ces jours-ci, la plupart des dirigeants syndicaux ont qualifié la syndicalisation à grande échelle d’impossible en vertu des lois actuelles. Certains ont plutôt eu recours à des raccourcis désespérés.

L’essentiel de la réponse de l’AFL-CIO aux mauvaises nouvelles prévisibles de cette année était : « Nous avons besoin d’une réforme du droit du travail. Passez la loi PRO !” Ce communiqué de presse est sorti le lendemain de l’échec de la réforme du droit de vote du parti majoritaire, soutenu par le président, face à l’obstruction systématique.

Pas de grandes campagnes de syndicalisation à signaler, pas de plan pour renforcer la densité dans les industries de base, pas de réaffectation des budgets, pas de programmes d’éducation ou de sensibilisation de membre à membre – juste un souhait que la classe dirigeante modifie les règles.

Soyons réalistes : la loi PRO n’est pas près d’être adoptée. Nous avons besoin d’un plan B où nous trouverons comment nous organiser dans les conditions actuelles.

D’ailleurs, même si la loi PRO était promulguée demain, une relance syndicale ne serait pas automatique : il faudrait organiser des plans, des analyses, des campagnes, des budgets. Alors, où sont-ils ?

Le mouvement ouvrier n’est pas mort; ses 14 millions de membres sont une base à partir de laquelle construire. Mais ceux qui commandent les trésoreries syndicales ne peuvent pas se contenter de pleurnicher pour une législation – ils doivent remonter sur le cheval et essayer de s’organiser. Et ceux d’entre nous qui ont leur oreille (et qui paient leurs salaires) doivent les aider à trouver le courage.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire