La lutte contre le changement climatique passe désormais par le contrôle des dégâts – Mother Jones

0
115

Terre de Feu, Patagonie, Chili.Kike Calvo / ZUMA

Cette histoire a été initialement publiée par Blé à moudre et est reproduit ici dans le cadre du Bureau du climat collaboration.

Les scientifiques avertissent depuis longtemps qu’il est temps d’arrêter d’émettre des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Maintenant, dans un nouveau rapport international publié lundi, ils affirment que le temps presse également pour les efforts d’adaptation aux conséquences dévastatrices du changement climatique. La montée des mers, les incendies de forêt brûlants et les sécheresses dévastatrices mettent déjà en danger des milliards de personnes dans le monde – ces impacts, ainsi que d’autres impacts climatiques, devraient s’aggraver au cours des prochaines décennies.

“Tout retard supplémentaire” dans l’action mondiale, indique le rapport, “fera passer à côté une fenêtre d’opportunité brève et qui se referme rapidement pour assurer un avenir vivable et durable pour tous”.

Le nouveau rapport est la deuxième des trois parties de la dernière évaluation mondiale du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, ou GIEC, un organe d’éminents experts du climat du monde entier. Le premier rapport, que le secrétaire général des Nations Unies a qualifié de “code rouge pour l’humanité”, a été publié l’été dernier et abordait la science physique du changement climatique, avertissant que le réchauffement climatique était “étendu, rapide et intensifié”. Le rapport de cette semaine met en évidence les impacts climatiques et les moyens de s’y adapter, et le troisième, dont la publication est prévue en avril, se concentrera sur les moyens de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Si le premier rapport de la série évoquait une vision poignante d’un monde au bord de la catastrophe climatique, l’analyse de cette semaine apporte ce monde plus en détail. Région par région, le document décrit les « impacts généralisés et généralisés » sur les écosystèmes, les personnes, les établissements humains et les infrastructures.

Dans de nombreuses régions, la hausse des températures a déjà causé des dommages plus importants et plus étendus au monde naturel que ne le suggéraient les évaluations précédentes. La moitié des espèces évaluées par le GIEC ont été forcées de migrer vers les pôles ou vers des altitudes plus élevées, indique le rapport, tandis que la fonte des glaciers et le dégel du pergélisol provoquent probablement des changements « irréversibles » sur les terres et les mers.

Pendant ce temps, le changement climatique amplifie les conflits humains et cause des dommages considérables à la santé physique et mentale des populations. Selon le rapport, les maladies animales et humaines font leur apparition dans de nouvelles régions, tandis que des incendies de forêt et d’autres catastrophes plus extrêmes provoquent une détresse respiratoire accrue, des traumatismes et l’érosion des moyens de subsistance et des cultures. Ces impacts ne sont pas uniformément répartis dans le monde et sont “fortement concentrés parmi les populations vulnérables les plus pauvres”, selon le rapport.

Selon le rapport, il est encore temps de protéger les personnes et les écosystèmes de certains des pires impacts du changement climatique, mais le temps file. Les auteurs exhortent les dirigeants mondiaux à se préparer à l’aggravation des conditions, entre autres, en conservant au moins un tiers des habitats naturels du monde. La conservation et la gestion des forêts, par exemple, peuvent limiter les risques d’escalade dus aux maladies et aux incendies de forêt, tandis que la restauration des zones humides et des rivières ressemblant à des éponges peut limiter les inondations. La préservation des forêts riches en biodiversité et des tourbières détrempées présente l’avantage supplémentaire de conserver intacts certains des plus grands puits de carbone au monde.

Les changements apportés aux infrastructures physiques, comme la construction de digues pour se prémunir contre la montée du niveau de la mer, peuvent également aider à protéger les 3,6 milliards de personnes qui vivent dans des zones très vulnérables au changement climatique, indique le rapport. D’autres options incluent la réinstallation planifiée – “alignée sur les valeurs socioculturelles et les priorités de développement, et étayée par des processus d’engagement communautaire inclusifs”.

Bien que de tels efforts d’adaptation soient devenus plus courants depuis le dernier rapport d’évaluation du GIEC, publié en 2014, les auteurs observent que les efforts de la plupart des pays sont encore à petite échelle et axés sur le court terme. Les pays doivent augmenter l’ambition de leurs plans, et vite : à chaque fraction de degré où la planète se réchauffe, il devient plus difficile de mettre en œuvre de nouvelles stratégies d’adaptation. À 1,5 degré Celsius, jusqu’à 14 % des espèces terrestres risquent de disparaître. À 2 °C, la disponibilité de la fonte des neiges pour l’irrigation et l’eau potable diminuera de 20 %, et les dommages causés par les inondations pourraient doubler, menaçant le milliard d’habitants des villes et des agglomérations basses. Les auteurs reconnaissent que même les adaptations les plus ambitieuses n’empêcheront pas tous les impacts ; à ce stade, l’adaptation consiste simplement à réduire autant de dégâts que possible.

Le rapport souligne également la nécessité d’approches qui atténuent les impacts disproportionnés du changement climatique sur les communautés les plus vulnérables. Entre 2010 et 2020, la mortalité humaine due aux inondations, aux sécheresses et aux tempêtes était 15 fois plus élevée dans les régions très vulnérables que dans les zones mieux isolées du changement climatique. Selon le rapport, les programmes de protection sociale tels que les transferts monétaires et les programmes de travaux publics peuvent contribuer à atténuer ces inégalités flagrantes tout en offrant de précieux co-avantages, tels que la promotion de l’égalité des sexes et la réduction de la pauvreté. Et l’intégration des connaissances autochtones et communautaires dans l’élaboration des politiques peut atténuer les risques climatiques tout en s’attaquant aux schémas d’oppression historiques et actuels.

“Placer les groupes et les pays vulnérables au cœur du processus décisionnel sur la manière dont nous répondons au changement climatique peut rendre les sociétés plus résilientes”, Edwin Castellanos, directeur de l’Observatoire économique durable à l’Université de la Vallée du Guatemala et auteur principal du rapport, a déclaré aux journalistes dimanche.

Les défenseurs de l’environnement ont salué l’accent mis par le rapport sur la justice sociale tout en soulignant les implications du rapport pour le sujet controversé des “pertes et dommages”, qui décrit l’idée que les pays les plus responsables du changement climatique devraient aider à payer ses effets dévastateurs sur le monde en développement. Selon Preety Bhandari, conseiller principal en financement mondial et climatique pour le World Resources Institute, l’accent mis par le GIEC sur les pays du Sud place les pertes et les dommages « carrément sur la table » pour que les négociateurs et les politiciens les traitent.

Bhandari et d’autres ont salué le rapport comme un appel urgent aux dirigeants mondiaux pour centrer la justice lors de la prochaine conférence des Nations Unies sur le climat, qui aura lieu en novembre en Égypte. Cette conférence, connue sous le nom de COP27, fournira des informations clés sur la manière dont les pays riches soutiendront les pays en développement dans leurs efforts pour s’adapter à un monde qui se réchauffe et se détourner des combustibles fossiles.

“Nous espérons un résultat plus positif”, a déclaré Bhandari, “en termes de reconnaissance des besoins des pays vulnérables et de recherche d’une solution pour les soutenir”.

L’écrivain de Grist, Zoya Teirstein, a contribué au reportage de cette histoire.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire