La ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush limogée : sources | Actualités politiques

0
144

La ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush, critiquée pour sa rencontre avec son homologue israélien, a été limogée, selon de hautes sources au sein du gouvernement.

Depuis Tripoli, Malik Traina d’Al Jazeera a déclaré que des sources proches du Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah avaient fait état du limogeage d’al-Mangoush après l’annonce antérieure d’une enquête sur sa rencontre avec le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen la semaine dernière à Rome.

Al-Mangoush a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis l’annonce faite hier par Cohen, qui a déclenché de vastes manifestations dans toute la Libye, y compris des rumeurs selon lesquelles elle aurait quitté le pays.

Les services de sécurité intérieure libyens ont répondu en démentant les informations selon lesquelles ils auraient autorisé ou facilité son départ et en annonçant qu’elle figurait sur la liste des personnes interdites de voyage.

Cette annonce a provoqué la colère des Israéliens

La querelle politique a éclaté dimanche après que le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré que les plus hauts diplomates des deux pays s’étaient rencontrés la semaine précédente lors d’une réunion organisée par le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani.

“J’ai parlé avec le ministre des Affaires étrangères du grand potentiel de leurs relations entre les deux pays”, a déclaré le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen dans un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères, ajoutant qu’il s’agissait de la première initiative diplomatique de ce type entre les deux pays.

La nouvelle n’a pas été bien accueillie en Israël, les commentateurs faisant remarquer que le comportement de Cohen constituait une violation des pratiques diplomatiques acceptables.

La Douzième chaîne israélienne a déclaré que l’annonce de Cohen avait sérieusement porté atteinte à la crédibilité d’Israël.

Le politicien de l’opposition Yair Lapid a partagé cet avis, affirmant sur X, la plateforme anciennement connue sous le nom de Twitter, que l’action de Cohen avait amené les pays à douter de l’adéquation d’Israël en tant que partenaire en matière de relations étrangères.

Traduction : 1/3 des pays du monde regardent ce matin la fuite irresponsable de la réunion des ministres des Affaires étrangères Israël – Libye, et se demandent : est-ce un pays avec lequel nous pouvons mener des relations extérieures ? Est-ce un pays en qui vous pouvez avoir confiance ? C’est ce qui arrive lorsqu’on nomme Eli Cohen, une personne sans expérience dans le domaine, au poste de ministre des Affaires étrangères pour un an seulement.

Dans un reportage depuis Jérusalem-Ouest, Harry Fawcett d’Al Jazeera a déclaré : «[An Israeli] Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’il s’agissait d’une réunion coordonnée, qu’il ne s’agissait pas d’un incident accidentel, mais d’une séance de pourparlers délibérée et directe avec la participation du ministre italien des Affaires étrangères.

Il a ajouté que le ministère israélien des Affaires étrangères a également déclaré qu’il y avait eu une coordination entre les deux parties sur le contenu d’une annonce, mais que le moment n’avait pas été convenu, ce qui a surpris la partie libyenne lorsque Cohen a fait sa déclaration.

Le ministère libyen des Affaires étrangères a déclaré qu’al-Mangoush avait « refusé de rencontrer une quelconque partie » représentant Israël, et que la réunion était « une rencontre fortuite et non officielle… qui n’impliquait aucune discussion, accord ou consultation ». Il accuse également Israël d’avoir tenté de « présenter cet incident » comme une « réunion ou des pourparlers ».

Le pays d’Afrique du Nord ne reconnaît pas Israël et n’entretient pas de relations diplomatiques avec Tel Aviv. En vertu d’une loi libyenne de 1957, toute relation avec Israël est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à neuf ans de prison.

Vers une normalisation ?

Selon l’Associated Press, un responsable anonyme du gouvernement libyen a déclaré que la normalisation des relations entre la Libye et Israël avait été discutée pour la première fois lors d’une réunion avec Dbeibah et le directeur de la CIA, William Burns, en visite dans la capitale libyenne en janvier.

Selon le responsable, Burns a proposé que le gouvernement de Dbeibah, qui est reconnu comme le gouvernement libyen soutenu au niveau international, rejoigne le groupe de quatre pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis en 2020.

Le Premier ministre libyen a donné son accord initial mais s’est dit préoccupé par les réactions négatives de l’opinion publique dans un pays connu pour son soutien à la cause palestinienne, a indiqué le responsable.

Lundi, un responsable israélien a déclaré à l’agence de presse Reuters que la rencontre entre al-Mangoush et Cohen avait été convenue à l’avance « aux plus hauts niveaux » en Libye et avait duré plus d’une heure.

Par ailleurs, l’ancien ministre des Affaires étrangères et Premier ministre israélien, Yair Lapid, a critiqué Cohen pour avoir rendu public cette réunion sensible.

« Ce matin, les pays du monde entier regardent la fuite irresponsable de la rencontre des ministres des Affaires étrangères israélien et libyen et se demandent : est-il possible de gérer les relations extérieures avec ce pays ? Est-il possible de faire confiance à ce pays ? Lapid a déclaré dans un communiqué.

Israël a normalisé ses relations avec certains pays arabes ces dernières années dans le cadre d’accords soutenus par les États-Unis et connus sous le nom d’accords d’Abraham.

Cependant, le gouvernement radical du Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait l’objet de vives critiques de la part des États arabes en raison de la montée de la violence en Cisjordanie occupée et de son soutien à l’expansion des colonies juives dans le territoire occupé.

Manifestations nocturnes

Dbeibeh avait remplacé al-Mangoush par Fathallah al-Zani, l’actuel ministre de la Jeunesse, au poste de ministre des Affaires étrangères par intérim.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient des manifestations devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Tripoli dimanche soir, appelant au limogeage d’al-Mangoush. Certains manifestants ont également appelé à la démission de Dbeibah, incendiant sa résidence à Tripoli.

Malik Traina d’Al Jazeera a déclaré : « Les manifestants à al-Zawiya appelaient à la chute de l’ensemble du gouvernement à cause de cette réunion, et les gens fermaient les routes et brûlaient les pneus à Tajoura et Soug al-Jumaa. Nous avons assisté à d’autres manifestations à Misrata.

Traina a déclaré que les deux organes législatifs, le Haut Conseil d’État basé à Tripoli et la Chambre des représentants basée à Tobrouk, ont condamné la réunion et appelé à une session d’urgence pour en discuter, la Chambre des représentants qualifiant la réunion de « crime ». commis contre le peuple libyen ».

Plus tôt dimanche soir, le Conseil présidentiel libyen a demandé des « éclaircissements » au gouvernement, selon la chaîne de télévision libyenne Al Ahrar, citant la porte-parole Najwa Wheba.

Le Conseil présidentiel, qui dispose de certains pouvoirs exécutifs et est issu du processus politique soutenu par l’ONU, comprend trois membres représentant les trois régions libyennes.

Leur demande indique que la réunion « ne reflète pas la politique étrangère de l’État libyen, ne représente pas les constantes nationales libyennes et est considérée comme une violation des lois libyennes qui criminalisent la normalisation avec « l’entité sioniste » ».

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/8/28/libya-protests-after-foreign-minister-reportedly-met-with-israeli-official

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire