La mort glorieuse de l'Australia Day

0
69

Le PDG de Woolworths, Brad Banducci, a déclenché une petite guerre culturelle avec la décision de l'entreprise de ne pas stocker de produits dérivés de l'Australia Day avant le 26 janvier. Peter Dutton a appelé au boycott des Woollies, ce qui a incité Banducci à plaider qu'il n'était pas « anti-Australie » ni « réveillé ».

Mais de toute façon, qui s’approvisionnait en marchandises pour l’Australia Day ?

La génération Z n’aurait aucun souvenir du spectacle brandissant le drapeau de l’Australia Day. Les plages de Sydney étaient au centre de la frénésie de l'Australia Day dans les années 2000. La journaliste de News.com, Mary Madigan, a visité la plage de Bondi le 26 janvier de cette année et a remarqué “qu'il n'y avait ni drapeaux, ni chapeaux, ni visages peints pour la Journée de l'Australie… le manque de célébration a laissé les touristes confus et nécessitant des éclaircissements”.

En 2007, le festival Big Day Out avait été le pilier musical du 26 janvier et une orgie nationaliste notoire. Stephanie Ashworth, une artiste régulière du festival, a déclaré à Melbourne Âge journal en 2007 : « Des gens que je connais étaient dans le public l'année dernière et ont vu des gens obligés d'embrasser le drapeau australien et s'ils ne le faisaient pas, ils se faisaient cogner la tête ».

Cela fait maintenant sept ans que l'émission Triple J d'ABC a déplacé son « 100 le plus chaud » au 27 janvier. La tentative de Triple M de remplir l'espace avec un « Ozzest 100 » a été condamnée et a échoué peu de temps après.

Le Âge rapporte que 40 pour cent des conseils locaux de Victoria ont supprimé les cérémonies de citoyenneté le 26 janvier. La ville de Perth a récemment annulé les festivités de l'Australia Day.

L’Australia Day est donc mort, et la gauche l’a tué : au cours de la dernière décennie, l’événement majeur du 26 janvier a été les grandes manifestations de l’Invasion Day.

Il y a dix ans, Drapeau rouge célébré lorsque 400 personnes se sont rassemblées à Brisbane, qui a toujours organisé les plus grandes marches du jour de l'invasion du pays. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de personnes descendent chaque année dans les rues d’Australie.

Des années de protestation, initialement menées par une minorité de militants autochtones et soutenues par des socialistes et d’autres membres de la gauche radicale, ont renversé le scénario de ce qui avait été une tentative consciente de la droite conservatrice australienne d’attiser le nationalisme et la haine raciale. Le Premier ministre libéral John Howard a injecté des stéroïdes à l’Australia Day alors que les forces impériales occidentales lançaient des invasions sanglantes au Moyen-Orient. Les peuples autochtones ont été diabolisés de manière agressive par les politiciens, Howard popularisant le mythe selon lequel le mouvement pour les droits fonciers visait à voler les arrière-cours des Australiens qui travaillent dur.

Aujourd’hui, les guerriers de la culture conservatrice doivent manger de la merde.

Steve Price, l'un des commentateurs de droite les plus éminents de Victoria, a déploré dans le Héraut Soleil cette année : « J’abandonne. La gauche enragée et les jeunes Australiens ignorants et soumis à un lavage de cerveau qui croient que les fausses nouvelles des militants et leur vision sans fondement de l’histoire ont gagné ». Il a également saisi l'importance unique et internationale de la victoire de la gauche contre le patriotisme, en se plaignant : « Je ne peux penser à aucune autre nation sur terre où il y a une campagne aussi active de dégoût de soi et une exigence, nous nous excusons tous pour tout ce qui a été post-patriotique. -établissement colonial ».

Bien entendu, tout le monde n’est pas d’accord. Un récent sondage Ipsos a indiqué que près de la moitié de la population soutient le maintien de la Journée de l'Australie à la même date.

Mais c’est la mobilisation du pouvoir qui compte lorsqu’il s’agit de façonner la politique, et notre camp l’a. Le 26 janvier est irréversiblement associé au génocide, aux inégalités et à la colonisation. Les politiciens et les médias ne peuvent pas s'en prendre aux peuples autochtones qui demandent à juste titre ce qu'ils doivent célébrer en Australie. Les attitudes des jeunes sont les meilleures du pays. L’événement habituel du Jour de l’invasion, auquel participent des dizaines de milliers de personnes, n’est pas un barbecue ou un festival, mais une manifestation de rue contre le racisme.

Depuis quelques années, les manifestations du Jour de l’Invasion vont bien au-delà de la fête nationale, soulevant de nombreuses questions sur l’oppression autochtone. Lier cette journée de protestation à l’opposition à la guerre israélienne contre Gaza constitue un nouveau virage à gauche, s’opposant plus largement aux crimes du nationalisme australien.

Andrew Bolt, un autre droitier Héraut Soleil Le chroniqueur, notant comment un orateur palestinien lors d'une manifestation à Sydney a fait le lien entre la lutte des Palestiniens et celle des peuples autochtones, a déclaré qu'il était « effrayant » que les Australiens soient « inspirés par une guerre menée par des terroristes contre une démocratie comme Israël, et de penser que c'est la même guerre ici ».

Que la droite politique soit effrayée par le niveau de solidarité antiraciste le jour de l’invasion est quelque chose qu’il faut célébrer.

Source: https://redflag.org.au/article/glorious-death-australia-day

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire