La nouvelle constitution tunisienne ne fera qu’aggraver sa crise politique

0
73

Le 30 juin, le président tunisien Kais Saied a publié le projet d’une nouvelle constitution qui sera soumis à un référendum le 25 juillet, le premier anniversaire de son coup d’État présidentiel. Le document envisage un système autoritaire et hyper-présidentiel avec peu de contrôles sur le pouvoir de Saied. Même le professeur de droit Sadok Belaid, qui a rédigé la première version, a déclaré que la version finale de Saied “ouvrirait la voie à une dictature honteuse”.

À l’heure actuelle, la plupart des partis d’opposition prévoient de boycotter le référendum du 25 juillet, arguant que l’ensemble du processus de rédaction de la constitution a été illégitime. Aucune des deux parties ne montrant le moindre signe de compromis, la crise politique tunisienne se poursuivra, empêchant une action commune sur son économie en plein essor. Bien que Saied ait raison de dire que le système d’avant 2021 avait ses défauts, il a gâché une occasion de trouver un consensus autour de ses réformes politiques, ce qui rend peu probable que sa soi-disant « nouvelle république » ait la légitimité pour résister à l’épreuve du temps.

Un système hyper-présidentiel

La nouvelle constitution de Saied renforcera considérablement la présidence, libérant ce qu’il a appelé les “verrous” de son pouvoir dans la constitution de 2014. Au lieu d’un exécutif à deux têtes où le président devait partager le pouvoir avec un premier ministre choisi par le parlement, le président sera désormais l’autorité ultime, choisissant le premier ministre, présentant les lois au parlement et nommant les juges.

Mais la constitution de Saied va bien plus loin qu’un simple système présidentiel et supprime presque tous les contrôles législatifs et judiciaires sur le président. Le Parlement ne peut plus destituer le président, la nouvelle constitution supprimant l’article 88 de la constitution de 2014. La législature peut toujours forcer le Premier ministre à démissionner (article 115), mais seulement après un vote aux deux tiers (utilisé pour exiger une majorité simple) et une seule fois dans son mandat – si le parlement essaie une deuxième fois, le président peut dissoudre le parlement (article 116). La clause d’état d’urgence du président, qui a déclenché cette crise le 25 juillet, a été encore aggravée, le parlement et la cour constitutionnelle n’ayant plus le pouvoir de mettre fin à l’exercice des pouvoirs exceptionnels du président (article 96). Enfin, la constitution abandonne l’article 101 de la constitution de 2014, privant la cour constitutionnelle de la prérogative d’interpréter et de statuer sur les pouvoirs du président. Comme Saïd Benarbia de la Commission internationale des juristes a raison résumé: la constitution “prévoit un système présidentiel débridé, avec un Président omnipotent, un Parlement impuissant et un pouvoir judiciaire édenté”.

De plus, le parlement semble intentionnellement conçu pour être faible. Si le problème avec la constitution de 2014 était un exécutif divisé, la constitution de Saied crée une législature divisée. La constitution de Saied prévoit deux organes parlementaires : l’Assemblée traditionnelle des représentants du peuple est désormais accompagnée d’un nouveau Conseil national des régions et des districts – une tentative de mettre en œuvre la vision politique décentralisée et ascendante sur laquelle Saied s’est dirigée il y a trois ans. Les deux chambres auraient la responsabilité d’adopter le budget et d’exercer un contrôle parlementaire. En vertu de la nouvelle constitution, les membres de l’assemblée et du conseil n’auront qu’une immunité limitée et pourront être poursuivis pour calomnie ou diffamation (article 66). Au mieux, ce système sera divisé de la même manière, avec trop d’institutions qui se chevauchent pour gouverner efficacement. Au pire, les deux parlements approuveront simplement un président autoritaire.

L’identité de l’État

Il y a un certain nombre d’autres changements dans la constitution de Saied qui ne sont pas non plus de bon augure pour la démocratie. La constitution de 2014 avait codifié les forces militaires et de sécurité en tant qu’institutions indépendantes (« républicaines ») et impartiales (articles 18 et 19) ; cependant, la constitution de Saied supprime entièrement ces articles – une évolution inquiétante compte tenu de son utilisation des tribunaux militaires pour juger des civils et de la police pour réprimer les manifestants. Manquent également de nombreux organes indépendants créés dans la constitution de 2014, tels que l’autorité anti-corruption (INLUCC), la commission des droits de l’homme et la commission de la communication audiovisuelle (HAICA). La nouvelle constitution supprime également le droit de grève des juges, apparemment en réponse aux juges qui ont fait grève le mois dernier pour protester contre la purge de 57 juges par Saied le 1er juin.

Le changement le plus surprenant dans la constitution pourrait concerner le rôle de l’islam. Alors que les personnes impliquées dans la rédaction de la constitution avaient fait allusion à une constitution plus laïque, le projet final publié par Saied est résolument plus islamiste. L’article 5 note que la Tunisie fait « partie de la oumma islamique » et ordonne à l’État « d’œuvrer pour atteindre les objectifs (maqâsid) de l’islam pur », qu’il spécifie comme la vie, l’honneur, l’argent, la religion et la liberté. Une telle clause est quelque chose que les partis islamistes actuels en Tunisie n’ont jamais osé introduire. L’analyste tunisien Mohamed Dhia Hammami suggère la nouvelle constitution pourrait jeter « les bases d’un État islamique théocratique ». Politiquement, cette clause risque de blesser Saied parmi les rares partis et gouvernements étrangers encore alliés à lui, tous anti-islamistes. Pourtant, Saied pourrait calculer que ses principaux partisans, dont il a besoin pour se présenter aux urnes, pourraient être plus conservateurs sur le plan religieux – ils ont, après tout, soutenu son opposition à l’héritage égal et à l’homosexualité en 2019.

Évaluation et pronostic

Aussi important que la substance d’une constitution est le processus par lequel elle a été rédigée – si elle est faite de manière inclusive et consensuelle, elle peut garantir une adhésion et une légitimité généralisées qui lui permettent de survivre à son créateur. À cet égard, l’approche de Saied a lamentablement échoué, ayant été rédigée presque unilatéralement et à huis clos. Tous les grands partis politiques, ainsi que la puissante Union générale tunisienne du travail, ont été exclus ou ont refusé d’y participer.

Chacun des principaux partis politiques prévoit désormais de boycotter le prochain référendum, ne voulant pas lui conférer une légitimité par une participation plus élevée. Ahmed Nejib Chebbi, leader du Front de salut national, a ainsi expliqué sa décision de boycotter : « C’est un coup d’État… Le processus a été qualifié par la Commission de Venise de contraire à toutes les normes internationales, à tous les principes constitutionnels. C’est une tentative de donner une fausse légitimité à quelque chose qui est et sera un pouvoir personnel et absolu.

Alors que l’opposition pourrait être en mesure de bloquer la constitution s’ils acceptaient tous de voter non, ils ne croient pas que le référendum sera libre et équitable. « Nous ne croyons pas que ce sera un référendum propre », a observé Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahda et président du parlement dissous. « Pourquoi le président a-t-il changé la commission électorale ? Pourquoi a-t-il changé la loi électorale ? Pourquoi a-t-il interdit les observateurs étrangers ? Ce sont des indicateurs qu’il y a une intention de prendre le contrôle du processus électoral… Le résultat est déjà connu. Samira Chaouachi, leader du parti laïc Qalb Tounes et vice-présidente du parlement dissous, a souligné le manque de liberté d’expression : « La justice est intimidée aujourd’hui… [Saied] a arrêté de nombreux blogueurs tunisiens, il pourra donc faire taire toute voix contre le référendum. C’est illégitime. Nous ne participerons pas.

Avec le boycott de la majeure partie de l’opposition, la nouvelle constitution de Kais Saied devrait être adoptée le 25 juillet. Mais sa victoire à la Pyrrhus sera de courte durée : le processus d’élaboration d’une nouvelle constitution ne servira qu’à unir et à élargir l’opposition – pas à lui accorder nouvelle république toute légitimité. Les divisions politiques de la Tunisie ne feront que s’approfondir et sa crise s’aggravera.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire