La nouvelle stratégie d’annexion d’Israël en Palestine

0
44

Une colonie israélienne en Cisjordanie. Source photo : Ralf Roletschek – GFDL 1.2

La Cour suprême israélienne a décidé que la région palestinienne de Masafer Yatta, située dans les collines du sud d’Hébron, devait être entièrement appropriée par l’armée israélienne et qu’une population de plus de 1 000 Palestiniens devait être expulsée.

La décision de la Cour israélienne, le 4 mai, n’était guère choquante. L’occupation militaire d’Israël ne consiste pas seulement en soldats armés, mais en structures politiques, militaires, économiques et juridiques élaborées, dédiées à l’expansion des colonies juives illégales et à l’expulsion lente – et parfois pas si lente – des Palestiniens.

Lorsque les Palestiniens déclarent que la Nakba, ou Catastrophe – qui a conduit au nettoyage ethnique de la Palestine en 1948 et à l’établissement de l’État d’Israël sur ses ruines – est un projet continu et inachevé, ils veulent dire exactement cela. Le nettoyage ethnique des Palestiniens de Jérusalem-Est et le tourment sans fin des Bédouins palestiniens dans le Naqab et, maintenant à Masafer Yatta, témoignent tous de cette réalité.

Cependant, Masafer Yatta est particulièrement unique. Dans le cas de Jérusalem-Est occupée, par exemple, Israël a fait une affirmation fallacieuse et anhistorique selon laquelle Jérusalem est la capitale éternelle et indivise du peuple juif. Il a combiné son récit non fondé avec une action militaire sur le terrain, suivie d’un processus systématique visant à augmenter la population juive et à expulser les premiers habitants de la ville. Des notions telles que le « Grand Jérusalem » et des structures juridiques et politiques, comme celle du Plan directeur de Jérusalem 2000, ont toutes contribué à transformer l’ancienne majorité palestinienne absolue à Jérusalem en une minorité en déclin.

Avec le Naqab, les objectifs similaires d’Israël ont été mis en mouvement dès 1948, puis à nouveau en 1951. Ce processus de nettoyage ethnique des indigènes est toujours en vigueur à ce jour.

Bien que Masafer Yatta fasse partie des mêmes conceptions coloniales, son caractère unique provient du fait qu’il est situé dans la zone C de la Cisjordanie occupée.

En juillet 2020, Israël aurait décidé de reporter son projet d’annexer près de 40 % de la Cisjordanie, craignant peut-être une rébellion palestinienne et une condamnation internationale non désirée. Cependant, le plan a continué dans la pratique.

De plus, une annexion saine des régions de Cisjordanie signifierait qu’Israël deviendrait responsable du bien-être de communautés palestiniennes entières. En tant qu’État colonisateur, Israël veut la terre, mais pas le peuple. Dans le calcul de Tel-Aviv, une annexion sans expulsion de la population pourrait conduire à un cauchemar démographique ; ainsi, le besoin d’Israël de réinventer son plan d’annexion.

Bien qu’Israël ait soi-disant retardé l’annexion de jure, il a continué avec une forme d’annexion de facto, qui a suscité peu d’attention dans les médias internationaux.

La décision de la Cour israélienne concernant Masafer Yatta, qui est déjà en cours d’exécution avec l’expulsion de la famille Najjar le 11 mai, est une étape importante vers l’annexion de la zone C. Si Israël peut expulser les habitants de douze villages, avec une population de plus de 1 000 Palestiniens, sans entrave, d’autres expulsions de ce type sont prévues, non seulement au sud d’Hébron, mais dans l’ensemble des territoires palestiniens occupés.

Les villageois palestiniens de Masafer Yatta et leur représentation légale savent très bien qu’aucune véritable « justice » ne peut être obtenue du système judiciaire israélien. Ils continuent de mener la guerre légale, quoi qu’il en soit, dans l’espoir qu’une combinaison de facteurs, y compris la solidarité en Palestine et la pression de l’extérieur, puisse finalement réussir à contraindre Israël à retarder sa destruction planifiée et la judaïsation de toute la région.

Cependant, il semble que les efforts palestiniens, qui sont en cours depuis 1997, échouent. La décision de la Cour suprême israélienne est fondée sur la notion erronée et tout à fait bizarre que les Palestiniens de cette zone ne pouvaient pas démontrer qu’ils y appartenaient avant 1980, lorsque le gouvernement israélien a décidé de transformer la zone en « zone de tir 918 ».

Malheureusement, la défense palestinienne était en partie basée sur des documents de l’époque jordanienne et des archives officielles des Nations Unies qui faisaient état d’attaques israéliennes contre plusieurs villages de Masafer Yatta en 1966. Le gouvernement jordanien, qui a administré la Cisjordanie jusqu’en 1967, a indemnisé certains des habitants pour la perte de leurs « maisons en pierre » – pas de tentes – d’animaux et d’autres biens qui ont été détruits par l’armée israélienne. Les Palestiniens ont essayé d’utiliser ces preuves pour montrer qu’ils ont existé, non pas en tant que peuple nomade mais en tant que communautés enracinées. Cela n’a pas convaincu le tribunal israélien, qui a favorisé l’argument de l’armée par rapport aux droits de la population indigène.

Les zones de tir israéliennes occupent près de 18 % de la superficie totale de la Cisjordanie. C’est l’un des nombreux stratagèmes utilisés par le gouvernement israélien pour revendiquer légalement la terre palestinienne et, éventuellement, des années plus tard, en revendiquer également la propriété légale. Beaucoup de ces zones de tir existent dans la zone C et sont utilisées comme l’une des méthodes israéliennes visant à s’approprier officiellement la terre palestinienne avec le soutien des tribunaux israéliens.

Maintenant que l’armée israélienne a réussi à acquérir Masafer Yatta – une région s’étendant sur 32 à 56 km² – sur la base d’excuses complètement futiles, il deviendra beaucoup plus facile d’assurer le nettoyage ethnique de nombreuses communautés similaires dans diverses parties de la Palestine occupée.

Alors que les discussions et la couverture médiatique du plan d’annexion d’Israël en Cisjordanie et dans la vallée du Jourdain se sont largement apaisées, Israël se prépare maintenant à un plan d’annexion progressif. Au lieu d’annexer 40% de la Cisjordanie d’un seul coup, Israël annexe maintenant de plus petites étendues de terre et de régions, comme Masafer Yatta, séparément. Tel-Aviv finira par relier toutes ces zones annexées par des routes de contournement réservées aux juifs à de plus grandes infrastructures de colonies juives en Cisjordanie.

Non seulement cette stratégie alternative permet à Israël d’éviter les critiques internationales, mais elle permettra également à Israël d’annexer éventuellement des terres palestiniennes tout en expulsant progressivement les Palestiniens, aidant Tel-Aviv à prévenir les déséquilibres démographiques avant qu’ils ne se produisent.

Ce qui se passe à Masafer Yatta n’est pas seulement le plus grand programme de nettoyage ethnique mené par Israël depuis 1967, mais cette décision doit être considérée comme la première étape d’un programme beaucoup plus vaste d’appropriation illégale de terres, de nettoyage ethnique et d’annexion massive officielle.

Israël ne doit pas réussir à Masafer Yatta, car s’il réussit, son plan original d’annexion massive deviendra une réalité en un rien de temps.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/israels-new-annexation-strategy-in-palestine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire