La Palestine demande à la CPI d’enquêter sur le meurtre de Shireen Abu Akleh | Conflit israélo-palestinien

0
206

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a annoncé qu’il avait officiellement demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d’enquêter sur le meurtre de la journaliste chevronnée d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh.

Le 11 mai, Abu Akleh, 51 ans, couvrait un raid militaire israélien près du camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie occupée lorsqu’elle a été abattue. Des témoins oculaires et des collègues qui étaient présents sur les lieux ont déclaré qu’elle avait été tuée par les forces israéliennes.

« Nous avons documenté [the crime] et a soumis un dossier à ce sujet au procureur de la CPI parallèlement à d’autres violations israéliennes », a déclaré lundi le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki à l’agence Anadolu.

Al-Maliki a appelé le tribunal de La Haye à ajouter la mort d’Abu Akleh aux autres crimes commis par Israël contre les Palestiniens afin de faciliter une enquête officielle et de traduire Israël en justice.

« Les Palestiniens disent que le meurtre d’Abu Akleh est bel et bien un crime de guerre. Ils ont renvoyé l’affaire à la CPI en plus des dizaines d’autres affaires qui ont été déposées au cours de l’année dernière… », a déclaré Nida Ibrahim d’Al Jazeera, en reportage depuis Ramallah en Cisjordanie occupée.

Al Jazeera dit qu’Abu Akleh a été « assassiné de sang-froid » par les forces israéliennes. Le réseau d’information et les Palestiniens ont appelé à une enquête indépendante et impartiale sur le meurtre, qui a suscité une condamnation mondiale.

Mustafa Barghouti, secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne, a accusé la CPI de « deux poids deux mesures » dans son traitement des affaires soumises par les Palestiniens.

“Nous avons fourni des informations au cours des 13 dernières années, mais l’enquête n’a pas encore commencé. Et en moins de deux mois, la CPI a envoyé 42 enquêteurs en Ukraine », a déclaré Barghouti, un ancien ministre palestinien de l’Information.

Barghouti a déclaré qu’il était nécessaire d’exercer une forte pression internationale sur la CPI pour qu’elle entame ses travaux et enquête sur les crimes, y compris le crime d’avoir tué Shireen Abu Akleh.

“Ce dont nous avons également besoin ici, c’est d’une pression réelle sur l’establishment israélien, d’un effort sérieux pour établir des sanctions et des actes punitifs contre Israël, pour ne pas lui permettre de continuer à être au-dessus du droit international.”

En espérant obtenir justice de la CPI

Pendant ce temps, le procureur militaire israélien a appelé l’armée à mener une enquête approfondie.

Ibrahim d’Al Jazeera a déclaré que « cela signifie seulement que les cercles au sein de l’armée israélienne parlent de la possibilité d’ouvrir une enquête.

« D’après notre expérience, il est très rare que l’armée israélienne ouvre des enquêtes sur les meurtres de Palestiniens et dans les rares cas où elle le fait, cela ne mène presque jamais à une inculpation.

« Quand cela mène à une inculpation, la peine est généralement légère et les Palestiniens disent qu’elle est disproportionnée par rapport au crime. C’est pourquoi ils espèrent obtenir justice de la CPI », a déclaré Ibrahim.

Les médias israéliens ont rapporté la semaine dernière que l’armée n’envisageait pas d’ouvrir une enquête criminelle sur le meurtre du journaliste d’Al Jazeera.

Lundi, l’armée israélienne a déclaré que si un soldat israélien tirait le coup mortel, il n’apparaissait pas que le soldat était coupable d’inconduite criminelle.

“Étant donné que Mme Abu Akleh a été tuée au milieu d’une zone de combat active, il ne peut y avoir aucun soupçon immédiat d’activité criminelle en l’absence de preuves supplémentaires”, a déclaré lundi un communiqué citant l’avocat militaire Yifat Tomer-Yerushalmi.

Tomer-Yerushalmi sera en fin de compte responsable de déterminer si un soldat individuel fera l’objet de mesures disciplinaires. Elle a souligné qu’Israël ne sait pas encore si Abu Akleh, un Palestino-américain, a été tué par des tirs palestiniens perdus ou par une balle israélienne visant un combattant palestinien.

“L’impossibilité d’inspecter la balle, qui est détenue par l’Autorité palestinienne, continue de jeter le doute sur les circonstances de la mort de Mme Abu Akleh”, indique le communiqué. L’armée a déclaré qu’elle s’était concentrée sur un incident où un soldat israélien utilisant « une lunette télescopique » a tiré sur un « tireur palestinien ».

Cependant, une nouvelle vidéo qui commence quelques instants avant la fusillade montre un calme et une tranquillité relatifs sans aucun bruit de combat, corroborant les rapports de témoins selon lesquels il n’y avait pas d’affrontements ou de “zone de combat active” entre les forces israéliennes et les combattants palestiniens au moment de l’intervention du journaliste d’Al Jazeera. meurtre.

Israël doit être tenu responsable

Al-Maliki, le ministre palestinien des Affaires étrangères, a accusé Israël « d’exploiter le manque de responsabilité » de la communauté internationale pour commettre davantage de violations contre les Palestiniens.

« Israël doit être tenu responsable de ses crimes », a-t-il déclaré, poursuivant en fustigeant « la faiblesse et l’inaction de la communauté internationale » face aux violations israéliennes.

« La communauté internationale a contribué à créer la cause palestinienne, et elle doit contribuer à mettre fin à ces souffrances », a-t-il déclaré.

Al-Maliki a cité les projets israéliens de construction de milliers d’unités de colonies illégales dans la zone palestinienne de Masafer Yatta, dans le sud de la Cisjordanie occupée, comme exemple des dernières violations d’Israël contre les Palestiniens.

Il a dit que les Palestiniens là-bas “revivent la Nakba alors qu’Israël tente de les expulser de leurs maisons”.

La Nakba, ou “catastrophe”, fait référence à l’expulsion forcée en 1948 de près de 800 000 Palestiniens de leurs maisons dans la Palestine historique pour faire place à la création de l’État d’Israël.

S’exprimant lors du Forum économique mondial, l’émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a exhorté la communauté internationale à œuvrer pour résoudre les conflits ignorés dans le monde, soulignant en particulier le conflit israélo-palestinien, tout comme elle s’est efforcée de résoudre le problème de la guerre. en Ukraine.

“L’exemple le plus flagrant est celui de la Palestine, qui est une plaie ouverte depuis la création des Nations unies”, a-t-il déclaré lundi. « Ces familles ont été occupées pendant des décennies sans aucun soulagement en vue. L’escalade de l’agression contre les colonies illégales a été implacable et il en va de même pour les attaques continues contre le peuple palestinien.

L’émir du Qatar a également évoqué le meurtre d’Abu Akleh lors de son discours à Davos.

« Sa mort a été tout aussi horrible que les sept journalistes tués en Ukraine depuis mars de cette année, et les 18 autres journalistes tués en Palestine depuis 2000, et de nombreux autres journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions en Irak, en Syrie et au Yémen », dit l’émir.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/23/palestine-requests-icc-to-investigate-shireen-abu-akleh-killing

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire