La parabole de l’Américain moyen et la bouteille de vin à 90 $ – Mother Jones

0
54

Il est temps de faire la fête comme si c’était en 1979 ? Fotostorm / Getty

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Cela commence à ressembler beaucoup à la fin des années 1970, lorsque la hausse des prix a frappé les ménages américains. Du moins, selon la presse financière.

« Le taux d’inflation annuel le plus élevé des États-Unis depuis près de 31 ans s’est répercuté sur les marchés financiers et dans l’esprit des Américains cette semaine, nuisant à la confiance des consommateurs, laissant de nombreux commerçants déconcertés et poussant une entreprise financière à avertir que le « génie proverbial est sorti de la bouteille ». ,’ », a rapporté un samedi matin Surveillance du marché pièce.

Pour étayer son argument selon lequel nous sommes entrés dans la première véritable crise d’inflation aux États-Unis depuis les jours de gloire du disco et d’un président en cardigan, la journaliste Vivien Lou Chen a déclaré que « les Américains moyens paient jusqu’à 100 $ à 200 $ pour un seul billet de concert. , 90 $ pour une bouteille de vin et 5 $ le gallon pour l’essence.

Bouge, panique du lait. Unissons-nous tous par la main et paniquons pour le vin. En fait, respirons une minute avant de plonger dans un malaise à la Jimmy Carter face au fléau de l’inflation.

Les billets de concert coûtent incroyablement cher depuis un certain temps, poussés par la domination d’une seule entreprise géante sur le marché, et non par une force mystérieuse faisant monter tous les prix. En tant que personne qui, il y a à peine deux jours, a décroché un rouge français parfaitement délicieux pour 11 $, je suis amusé par l’idée qu’il existe un « Américain moyen » (une construction que Lou Chen utilise trois fois) qui se sent obligé de débourser près de trois- chiffrer des sommes pour le plaisir d’une bouteille.

Les prix de l’essence sont en effet élevés, et contrairement à la musique live et à l’alcool, des millions d’Américains ne peuvent pas refuser de conduire parce que c’est trop cher ; les gens doivent se rendre au travail et faire leurs courses, et notre système de transport en commun est généralement une blague. Mais comme New YorkEric Levitz a récemment soutenu que ce phénomène découle d’un enchevêtrement de facteurs, notamment la saga boom-bust de la fracturation hydraulique des années 2010 et la demande de bénéfices exceptionnels de la part d’États pétroliers comme l’Arabie saoudite et la Russie.

En d’autres termes, pour évoquer le spectre d’une inflation galopante, le Surveillance du marché pièce s’appuie sur deux exemples fantômes et un qui ne peut pas être corrigé facilement par les outils gouvernementaux conventionnels pour faire baisser les prix à la consommation. Dans les années 1970, le président de l’époque Carter a montré comment procéder : il a mené avec zèle une politique de hausse des taux d’intérêt et de réduction des dépenses fédérales, qui étouffent les salaires et mettent les gens au chômage. Quand les gens ont moins d’argent, ils dépensent moins, et le tour est joué, les prix baissent. Le programme de Carter n’a que trop bien fonctionné : il a finalement tué l’inflation, mais il a également déclenché la pire récession depuis la Grande Dépression.

Le sous-texte qui parcourt des articles comme le Surveillance du marché l’une est que le moment est venu pour le gouvernement de faire quelque chose de similaire. Lou Chen a reproché à la Réserve fédérale américaine de “s’en tenir à son point de vue dans sa déclaration de politique du 3 novembre selon laquelle les pressions inflationnistes devraient s’avérer transitoires”. Traduction : La Fed devrait augmenter ses taux d’intérêt. Un thème similaire sous-tend la dernière raison du sénateur Joe Manchin de s’opposer au projet de loi Build Back Better qui a récemment été adopté par la Maison des États-Unis, celui qui comprend « 400 milliards de dollars pour la prématernelle universelle et la garde d’enfants, 166 milliards de dollars pour le logement abordable et plus de 550 milliards de dollars pour faire face à la crise climatique », comme l’a rapporté Kara Voght. Manchin a récemment déclaré qu’il répugnait à soutenir BBB car cela pourrait ajouter à “l’inflation galopante”. En d’autres termes : il est temps d’étouffer les dépenses, même pour des besoins urgents comme la lutte contre la crise climatique et la réduction de la pression sur les parents qui travaillent.

Mais comme l’a noté Zach Carter, auteur d’une excellente biographie de l’économiste John Maynard Keynes (mon avis ici), « un moyen plus précis de lutter contre les ravages de l’inflation serait de se concentrer sur la poignée de coûts qui ont tendance à vraiment ruiner familles, au lieu d’aspirer la demande de l’ensemble de l’économie par des taux d’intérêt plus élevés. Carter note que, vins et billets de concert mis à part, « nous savons quelles augmentations de prix sont absolument très mauvais pour les familles qui travaillent.

La dépense la plus importante pour la plupart des ménages est le logement, qui représente environ 37 % de ce que la famille moyenne gagne à la maison. La deuxième dépense la plus importante est le transport, qui représente environ 16 % du budget moyen d’une famille. Les parents mariés consacrent environ 10 pour cent de leur budget à la garde d’enfants, tandis que les parents célibataires dépensent 34 pour cent. L’épicerie, en revanche, représente environ 5 % du budget. Vous devez presque doubler les prix des supermarchés pour générer le même impact sur le bilan d’un ménage en raison d’une augmentation de 10 % du loyer.

Carter appelle à « une sorte de filet de sécurité contre l’inflation pour les travailleurs » — des subventions ou un contrôle des loyers pour amortir le choc de l’escalade des prix du logement, par exemple ; et le type exact de subventions pour la garde d’enfants inclus dans le projet de loi Reconstruire en mieux. On peut aussi imaginer un investissement sérieux dans les transports en commun qui libère les gens de leur voiture et des caprices des marchés pétroliers. Le projet de loi BBB contient également des mesures pour accélérer la transition vers les voitures électriques, ce qui aiderait également.

Alors ouvrez une bouteille de vin (peut-être pas à 90 $). Il y a beaucoup de choses à craindre, mais l’inflation n’en fait pas partie. En revanche, des réponses hystériques à celui-ci…



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici