La péninsule coréenne doit rester un problème de sécurité

0
110

Avec la Corée du Sud et les États-Unis concentrés sur les affaires intérieures – course présidentielle de 2022 et Élections de mi-mandat de 2022 respectivement, il sera extrêmement difficile pour les deux d’offrir des stratégies de sortie à la Corée du Nord imposer des menaces dans un avenir prévisible. Pour aggraver encore la situation, la Chine n’est en aucun cas une partie prenante réticente, mais plutôt intéressé, chef réticent.

Séoul ne peut pas dépendre de Pékin et ne doit pas s’attendre à ce que le président Xi Jinping change de cap sur Pyongyang. La Chine façonne la voie de ses relations internationales tout en abdiquant son rôle de véritable leader régional en réponse à une crise géopolitique telle que la crise nucléaire de la Corée du Nord. Les actions de la Chine révèlent son insécurité en politique intérieure et son rôle sur la scène internationale. Xi est devenu de plus en plus proactif dans la défense de ses intérêts, mais ambigu quant à ses intérêts réels en retardant le plus longtemps possible un conflit ouvert avec d’autres dirigeants.

L’histoire nous enseigne que la ligne de conduite passive de Xi à l’égard de Kim Jong-un peut être intentionnelle. Cela fonctionne depuis l’ère Kim Jong-il de 1994 à 2011, mais cela nous rappelle également que les régimes totalitaires proches de la disparition sont voués à se comporter de manière imprudente et que le petit Kim ne ferait pas exception à cette leçon d’histoire. Il est certainement possible que sans l’aide étrangère de Pékin, Pyongyang soit confronté à un effondrement du régime, qui fait allusion au pire cauchemar de tout leader. Simplement, plus la Corée du Nord s’affaiblit, plus elle devient dangereuse pour la Chine, la région indo-pacifique et, par extension, le reste du monde. Ainsi, si Pékin espère maintenir l’armistice et la stabilité à leurs frontières, ses décideurs n’ont d’autre choix que de maintenir son statu quo avec Pyongyang et Kim Jong-un, même face à des critiques plus sévères de la communauté internationale.

Comme je l’ai mentionné il y a plusieurs années, La Corée du Nord n’est pas l’Iran et c’est dans une impasse. P5+1 ne sera pas en mesure de négocier un accord avec Kim, Jong-un, et aucun pays, pas même les États-Unis, ne sera en mesure d’arrêter la politique nucléaire nord-coréenne. Par conséquent, les décideurs politiques sud-coréens doivent se concentrer sur ce qu’ils peuvent contrôler. Séoul doit continuer à s’appuyer sur le renforcement de l’alliance avec Washington et à travailler sur la modernisation de la défense orientée vers son Défense antimissile balistique (BMD). Un système de défense en couches robuste et intégré est essentiel pour contrer la menace croissante des missiles balistiques nord-coréens sur la péninsule coréenne.

Au cours des dernières années, les États-Unis ont déployé leurs batteries de missiles Patriot de troisième génération (PAC-3) et leur défense de zone terminale à haute altitude en Corée du Sud, ce qui augmente la capacité d’abattage des missiles balistiques ennemis grâce à des performances améliorées en portée, hauteur , la maniabilité et la détection. Le logiciel mis à niveau permet des recherches personnalisées pour Missiles balistiques de théâtre et une « altitude de non-accès » pour détruire les missiles dotés d’ogives chimiques ou de sous-munitions à libération anticipée à des altitudes spécifiées, minimisant ainsi les retombées au sol.

La Corée du Sud possède de vastes variétés de blindés, d’aviation, de défense aérienne, d’aviation et de missiles dans ses forces armées. Pour améliorer la couverture de l’empreinte pour BMD, le gouvernement sud-coréen amélioré ses PAC-2 à PAC-3 l’année dernière, combinés aux actuels PAC-3 américains, créeront un système de défense antimissile efficace dans toute la péninsule coréenne. Ces PAC-3 améliorés sont capables d’intercepter des missiles balistiques « hit-to-kill » comme les PAC-3 américains.

Alors que la capacité de l’Alliance Corée du Sud-États-Unis à s’adapter et à se moderniser pour faire face à la menace nord-coréenne a amélioré la sécurité régionale et mondiale, le succès ne se limite pas à des équipements tels que la mise à niveau Patriot. Washington et Séoul doivent continuer à améliorer l’interopérabilité et les opérations combinées institutionnelles. La force à toute épreuve de l’alliance se manifeste par sa capacité distinctive à intégrer de manière transparente les capacités du personnel et des systèmes. En travaillant ensemble, l’alliance peut gagner le «combat ce soir” et vaincre la menace ennemie.

Il est difficile, voire impossible, d’exagérer la menace que la Corée du Nord fait peser sur la péninsule coréenne et la région indo-pacifique. Avec la quatrième armée conventionnelle du monde située à seulement 35 miles de distance, l’Alliance Corée du Sud-États-Unis affronte et dissuade quotidiennement un conflit potentiellement dévastateur. Néanmoins, après le sixième essai nucléaire de Pyongyang, maintenant plus que jamais, il est essentiel que l’alliance fasse tout son possible pour rester prête à défendre la Corée du Sud à tout moment.

Forte de la modernisation fréquente des capacités et des efforts continus pour renforcer l’interopérabilité, l’alliance américano-coréenne pourrait éventuellement devenir un partenariat résilient et adaptable pour répondre au mieux à un environnement de sécurité en évolution. En bref, en améliorant et en modernisant son armée, la Corée du Sud continuera à se développer en tant que pays de puissance moyenne alors qu’elle remplit son rôle de force tampon et de déploiement rapide sur le théâtre indo-pacifique, contraignant la Corée du Nord.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire