La police brésilienne trouve des restes, des suspects avouent à la recherche d’hommes | Nouvelles sur la criminalité

0
45

La disparition du journaliste Dom Phillips et du guide Bruno Pereira dans la forêt amazonienne du Brésil avait déclenché une alarme mondiale.

La police brésilienne a retrouvé des restes humains dans sa recherche du journaliste britannique disparu Dom Phillips et de l’expert indigène brésilien Bruno Pereira après qu’un suspect a avoué les avoir tués dans la forêt amazonienne et a emmené les enquêteurs là où les corps ont été enterrés.

Le suspect, un pêcheur qui aurait affronté Pereira au sujet de ses efforts pour lutter contre la pêche illégale en territoire indigène, a conduit la police vers un lieu de sépulture isolé où les restes ont été déterrés, a déclaré le détective Eduardo Fontes lors d’une conférence de presse.

“Nous avons trouvé les corps à trois kilomètres (près de deux miles) dans les bois”, a déclaré Fontes.

Le ministre brésilien de la Justice a déclaré plus tôt mercredi que la police avait signalé avoir trouvé des restes humains dans la zone où les deux hommes avaient disparu, et qu’ils seraient “soumis à la médecine légale”.

Cette annonce marque la sombre conclusion d’une affaire qui avait déclenché l’alarme mondiale, planant sur le président brésilien Jair Bolsonaro lors d’un sommet régional la semaine dernière et suscitant l’inquiétude au parlement britannique mercredi.

Bolsonaro a déclaré mercredi après-midi qu’il s’attendait à ce que l’affaire soit résolue “dans les prochaines heures”.

Phillips, un journaliste indépendant qui avait écrit pour le journal britannique Guardian ainsi que pour le Washington Post basé aux États-Unis, faisait des recherches pour un livre sur le voyage avec Pereira, un ancien chef de tribus isolées et récemment contacté à l’agence fédérale brésilienne des affaires autochtones Funai. .

Ils se trouvaient dans une jungle isolée près de la frontière avec la Colombie et le Pérou appelée la vallée de Javari, qui abrite le plus grand nombre d’Autochtones isolés au monde. La région a été envahie par des pêcheurs, des chasseurs, des bûcherons et des mineurs illégaux, et la police affirme qu’il s’agit d’une route clé pour le trafic de drogue.

La police avait précédemment identifié deux suspects dans l’enquête : le pêcheur Amarildo da Costa de Oliveira, dit “Pelado”, et son frère Oseney da Costa de Oliveira, 41 ans, ou “Dos Santos”.

Les frères ont été vus en train de se rencontrer sur la rivière Itacoai quelques instants après le passage de Phillips et Pereira le 5 juin, a déclaré un témoin à la police dans un rapport vu par l’agence de presse Reuters.

Amarildo a été arrêté la semaine dernière pour possession d’armes et est détenu pendant que la police enquête sur son implication dans l’affaire. Oseney a été placé en garde à vue mardi soir.

La famille des suspects a nié avoir joué un rôle dans la disparition des hommes. Les défenseurs publics représentant les frères n’ont pas pu être contactés dans l’immédiat par Reuters pour commenter.

Des employés de la Fondation nationale indigène protestent contre la disparition du journaliste britannique Dom Phillips et du spécialiste brésilien des affaires indigènes Bruno Pereira, à Brasilia, le 13 juin [File: Evaristo Sa/AFP]

Des groupes de défense des droits et des défenseurs de la liberté de la presse ont appelé les autorités brésiliennes à intensifier leur recherche de Phillips et Pereira.

Carlos Martinez de la Serna, directeur des programmes du Comité de surveillance pour la protection des journalistes, a exhorté la semaine dernière le Brésil à « redoubler » d’efforts pour retrouver les deux hommes.

« Il existe une série claire de menaces et d’attaques contre les journalistes et les militants au Brésil qui documentent les problèmes environnementaux et les violations des droits des peuples autochtones, et les autorités doivent encore mettre en place des mécanismes efficaces pour leur protection », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Dans un éditorial publié le 8 juin, le Guardian a également déclaré que “la réponse des autorités brésiliennes a été au mieux lente et décevante”.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/15/suspects-confess-to-killing-uk-reporter-guide-in-brazil-report

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire