La police d’Uvalde n’a pas sauvé des vies parce que ce n’est pas ce que fait la police

0
38

Les autorités chargées de l’application des lois et d’autres responsables assistent à une conférence de presse le 26 mai 2022 à Uvalde, au Texas.

Photo : Eric Thayer/Getty Images

Plus de détails qui émergent sur la façon dont la police a réagi au massacre dans une école primaire à Uvalde, au Texas, mardi, plus il est clair que les agents des forces de l’ordre déjà bien financés, lourdement armés et amplement formés sur les lieux n’ont pas réussi à sauver la vie de 19 enfants et deux de leurs professeurs.

Voici ce que nous savons jusqu’à présent, sur la base de vidéos obsédantes de la scène à l’extérieur de l’école élémentaire Robb et des déclarations des policiers eux-mêmes. Salvador Ramos a assassiné 21 personnes. Malgré les affirmations antérieures trompeuses des responsables de l’application des lois, il semble qu’aucun policier n’ait interpellé le tireur avant qu’il n’entre dans l’école. Au lieu de se précipiter pour protéger les enfants et le personnel lorsque des informations faisant état d’un homme armé s’approchant de l’école ont été signalées à 11h30, la police a plutôt attendu à l’extérieur et a agressivement confronté les parents qui les suppliaient d’entrer. Les parents ont été menacés d’arrestation – un flic a brandi un Taser – alors qu’ils tentaient d’accéder à l’école pour sauver eux-mêmes leurs enfants.

La police sur les lieux a agi comme elle le fait habituellement, conformément à la pratique policière standard : plutôt que de risquer une pluie de coups de feu pour arrêter le tueur, ils se sont protégés.

Une mère qui exhortait la police à entrer dans le bâtiment, Angeli Rose Gomez, a été menotté. Lorsqu’elle a été libérée, elle a réussi à se précipiter dans l’école, à attraper ses enfants et à les mettre en sécurité, ce qui est le travail présumé de la police. Selon un lieutenant du département de la sécurité publique du Texas interviewé selon les nouvelles locales, certains officiers se sont précipités dans l’école – mais seulement pour attraper leurs propres enfants.

L’équipe SWAT de la patrouille frontalière qui s’est finalement engagée avec le tireur et l’a tué – 40 minutes à une heure après que les premiers coups de feu ont été signalés – n’a pas été en mesure de défoncer la porte de la salle de classe où le tueur était enfermé avec d’autres enfants. Un membre du personnel a dû le déverrouiller avec une clé. Selon le récit effrayant d’un élève de quatrième année dans la pièce, les flics ont dit aux enfants de crier « si vous avez besoin d’aide » ; quand une petite fille l’a fait, le tireur lui a immédiatement tiré dessus.

La police n’a pas réussi à protéger les écoliers, oui, mais il ne faut pas se faire l’illusion que c’est un exemple de flics qui échouent dans leur travail. D’après les rapports, la police sur les lieux a agi comme elle le fait habituellement, conformément à la pratique policière standard : plutôt que de risquer une pluie de coups de feu pour arrêter le tueur, ils se sont gardés en sécurité.

Comme Akela Lacy l’a noté mercredi dans The Intercept, l’approche n’est pas aberrante: «Comme le nombre d’agents de ressources scolaires a explosé au cours des deux dernières décennies, le nombre de fusillades dans les écoles a également augmenté. Il n’y a aucune preuve que la police ait la capacité d’empêcher ces fusillades de se produire.

Le comportement de la police de Robb Elementary n’est choquante que si vous êtes attaché à une notion mythique de ce que le maintien de l’ordre implique. La « fine ligne bleue » ne sépare pas, comme le voudraient les récits réactionnaires, la société du chaos violent. Cela n’a jamais été ce que la police a fait, depuis la naissance de la police municipale dans les patrouilles d’esclaves et les contre-insurrections coloniales. La « fine ligne bleue » sépare plutôt ceux qui sont habilités par l’État à maintenir le capitalisme racial avec violence et à le faire en toute impunité.

Il est dégoûtant, pas choquant, que des policiers harcèlent et menottent plutôt des parents – des parents les suppliant de sauver leurs enfants d’un massacre – plutôt qu’ils se précipitent et se mettent dans la ligne de mire. Ce qui est frappant, cependant, c’est à quel point il est inconcevable pour tant de gens que la police ne soit pas, en fait, ce qu’on leur a dit, c’est la police elle-même, par ceux au pouvoir et par la culture dominante construite autour de ceux qui s’entraident. renforçant les mythes.

Puisque la propagande policière repose sur la répétition de mensonges, certaines vérités correctives méritent également d’être répétées.

Être policier ne figure même pas parmi les 10 emplois les plus dangereux aux États-Unis. Les couvreurs, les bûcherons et les chauffeurs-livreurs sont tous confrontés à des risques plus importants pour leur vie au travail. Au cours des deux dernières années consécutives, la principale cause de décès chez les flics, prétendument dans l’exercice de leurs fonctions, est la pandémie de coronavirus.

Et les flics ne résolvent pas la plupart des crimes. Seulement environ 2% des crimes majeurs sont résolus par la police. La police n’empêche pas non plus le crime, elle criminalise : 90 % de la quasi-totalité des Noirs arrêtés en vertu de la politique d’arrêt et de fouille du département de police de New York n’ont commis aucun crime. Il y a peu de preuves que la surveillance policière réduit ou prévient la criminalité. Ce que fait la police, cependant, c’est criminaliser la pauvreté et les communautés de couleur forcées d’y vivre.

Au cours du dernier mois seulement, la vaste et riche armée qu’est le NYPD n’a pas réussi à appréhender deux tireurs dans le métro – un système qui grouille de flics et de surveillance. Lorsque le premier de ces tireurs a finalement été arrêté, grâce à l’intervention d’un civil qui l’a repéré, il se trouvait à quelques pâtés de maisons du site d’un campement de sans-abris, que la police était en train de détruire.

Alors que font les flics ? Katie May, écrivant sur la sous-pile All Cops Are Posters, a rassemblé les publications sur les réseaux sociaux du département de police d’Uvalde pour montrer que, plutôt que de sauver des vies et de risquer la leur, les flics du Texas passent une partie considérable de leur temps à arrêter et à mettre en cage des hommes désespérés. , des femmes et des enfants tentant d’entrer aux États-Unis par la frontière sud.

Même la Cour suprême a affirmé en 2005 que les services de police ne sont en fait pas tenus d’assurer la protection du public. Notre sécurité n’est tout simplement pas ce que paient nos impôts, sans fin investis dans des services de police saturés. Pendant ce temps, ce sont deux enseignants qui ont mis leurs corps dans la ligne de mire et sont morts en essayant de protéger des enfants lors du massacre de mardi.

Comme Patrick Blanchfield, auteur du prochain « Gunpower : The Structure of American Violence », c’est noté sur Twitter, “La police américaine est formée pour maximiser le contrôle sur les situations tout en minimisant ses risques personnels. Cela se traduit par battre les parents pendant qu’un tireur déchaîné exécute leurs enfants aussi facilement que lorsqu’ils roulent sur un enfant avec un jouet et l’exécutent quelques secondes plus tard.

Pour être clair, ce n’était pas une question de financement ou de formation : la police du district scolaire d’Uvalde avait les deux.

Ceux d’entre nous qui ont appelé au définancement des services de police – en fait à l’abolition de la police en faveur de pratiques réelles et collectives de sécurité publique – ont été traités par les dirigeants et les commentateurs démocrates et républicains comme des fanatiques. Face à des décennies, voire des siècles de preuves exposant ce que le travail de la police implique réellement – ​​et n’implique pas – les véritables idéologues sont ceux qui se sont engagés à faire de la police une solution sociale.

Il ne devrait pas falloir un événement aussi dévastateur – avec un comportement policier si contraire à la tâche de sauver des vies – pour briser le charme de la mythologie policière.

Il serait trop généreux envers ceux qui sont au pouvoir d’admettre qu’ils ont simplement été induits en erreur par la copaganda. En insistant pour que nous redoublions d’efforts sur le maintien de l’ordre, ils indiquent clairement qu’eux aussi défendent ce que défend l’institution du maintien de l’ordre : la propriété, le pouvoir et la hiérarchie raciale.

La réponse de la police à ce dernier massacre d’enfants suscite une colère légitime. Pourtant, il est peu probable que cela seul renverse la volonté politique lorsqu’il s’agit de briser le mythe du maintien de l’ordre. La lionisation de la police est aussi profondément enracinée que n’importe quelle idéologie américaine – résistante à se plier à ses propres contradictions et à ses faussetés évidentes. C’est un pays, après tout, fondé sur le génocide, le travail des esclaves et les revendications universalistes d’égalité pour tous. Les contradictions violentes ne devraient pas surprendre.

Ceux qui ont rejeté les appels au financement de la police comme étant trop radicaux devraient remettre en question leurs propres convictions sur le maintien de l’ordre. Il ne devrait pas falloir un événement aussi dévastateur – avec un comportement policier si contraire à la tâche de sauver des vies – pour briser le charme de la mythologie policière.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire