La police indienne fouette les musulmans pour “violation grave des droits”: Amnesty | Actualités sur les droits de l’homme

0
64

Le groupe de défense des droits humains Amnesty International a qualifié la flagellation d’hommes musulmans par la police dans l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, de “grave violation des droits humains” qui montre “un manque total de respect envers la loi”.

Une vidéo de l’incident qui s’est produit mardi dans le village d’Udhela, dans le district de Kheda du Gujarat, est devenue virale sur les réseaux sociaux. Elle montrait plusieurs hommes musulmans attachés à un poteau et battus avec un bâton par des policiers en civil, sous les acclamations d’une foule composée de femmes et d’enfants.

Les hommes, accusés par la police d’avoir jeté des pierres lors d’un événement religieux hindou, ont reçu l’ordre de s’excuser auprès de la foule après la flagellation, puis ont été regroupés dans un fourgon de police.

“L’utilisation par la police du Gujarat d’engins de frappe tels que des lathis [sticks] battre des hommes musulmans qui ont été attachés à un poteau par la police elle-même est une grave violation des droits humains et montre leur manque total de respect envers l’État de droit », a déclaré Amnesty dans un tweet mercredi.

“Nous rappelons à la police du Gujarat que la punition n’est jamais un objectif légitime pour une action d’application de la loi, même si elle utilise des armes moins létales. Dans ce cas, il a ignoré de manière flagrante les principes directeurs de la légalité, de la nécessité, de la proportionnalité et de la responsabilité. »

Le Gujarat est l’un des États les plus polarisés de l’Inde, avec des émeutes religieuses en 2002 qui ont tué ce que certaines sources estiment à plus de 2 000 personnes, pour la plupart des musulmans.

Les tensions religieuses en Inde se sont intensifiées depuis que le parti Bharatiya Janata (BJP) du Premier ministre Narendra Modi est arrivé au pouvoir dans le pays en 2014.

Le BJP dirige le Gujarat depuis plus de 25 ans et les prochaines élections d’État sont prévues en décembre.

Amnesty a déclaré qu’un nouveau gouvernement d’État “a une chance de briser ce cycle d’impunité généralisée et incontrôlée et de traduire en justice les responsables de cet usage illégal et excessif de la force”.

Le surintendant principal de la police de Kheda, Rajesh Gadhiya, a déclaré à Al Jazeera que les hommes musulmans de la vidéo auraient jeté des pierres sur des fidèles alors qu’ils participaient à Garba, une danse traditionnelle généralement organisée pendant Navratri, un festival hindou annuel de neuf jours.

Gadhiya a déclaré que les musulmans de la région s’étaient opposés à ce que l’événement se déroule près d’une mosquée, ce qui a déclenché des tensions avec la communauté hindoue.

Il a déclaré que les tensions avaient conduit des hommes musulmans à jeter des pierres lors de l’événement lundi soir, blessant au moins sept hindous, dont deux grièvement.

“Nous avons déposé une plainte contre 43 personnes et arrêté 18 personnes jusqu’à présent”, a-t-il déclaré à Al Jazeera, ajoutant que tous les accusés étaient musulmans.

Lorsqu’on lui a demandé si les policiers flagellaient publiquement des musulmans étaient légaux, Gadhiya a déclaré qu’une enquête avait été ouverte sur l’agression.

“Les hommes musulmans qui ont perturbé l’événement ont été battus par la police et obligés de s’excuser auprès du public”, a déclaré à Al Jazeera Shobna Patel, une villageoise qui se trouvait dans la foule lors de l’incident.

“Violences ciblées”

Les politiciens et militants musulmans disent que la flagellation est “un nouveau bas” dans le traitement que l’Inde réserve à sa minorité musulmane.

Imran Khedawala, un législateur de l’État appartenant au parti d’opposition du Congrès, a déclaré à Al Jazeera que le BJP créait délibérément des tensions religieuses avant les élections de l’État et que les officiers impliqués dans la flagellation devraient être tenus responsables.

“Il devrait y avoir une enquête sur l’incident. Il y a une loi en place. Nous exigeons que la police soit punie pour cette flagellation », a déclaré Khedawala.

Depuis que Navratri a commencé fin septembre, les musulmans ont été interdits de participer à des événements religieux dans plusieurs endroits. Des groupes hindous allèguent que les musulmans se livrent à un “djihad amoureux” – une théorie du complot non prouvée qui accuse les hommes musulmans de séduire les femmes hindoues pour les convertir à l’islam – lors de tels événements.

Les médias indiens ont rapporté la semaine dernière que certains groupes hindous avaient vérifié l’identité des personnes entrant dans les événements religieux. Dans certains cas, des hommes musulmans qui ne faisaient que passer dans la région ont également été agressés.

Dans le Madhya Pradesh, un autre État dirigé par le BJP, les autorités ont démoli mardi les maisons d’au moins trois musulmans accusés d’avoir jeté des pierres lors d’événements hindous, selon les médias locaux.

L’éminent parlementaire musulman Asaduddin Owaisi a condamné la flagellation par la police au Gujarat.

«Chaque jour, il y a plus de preuves de radicalisation de masse. Les flagellations et la violence de la foule par les flics sont devenues courantes. La violence ciblée contre les musulmans est traitée comme de la “justice” », a-t-il déclaré dans un tweet.

Apoorvanand, universitaire et activiste basé à New Delhi, a déclaré à Al Jazeera que “l’appareil d’État est complice de cibler” les musulmans.

« La police est impliquée dans la flagellation et la police rase les maisons des musulmans, ce qui est totalement illégal. L’Inde n’est plus un pays gouverné par la loi. C’est maintenant un pays gouverné par des voyous de rue liés à l’idéologie de l’Hindutva », a-t-il dit, en utilisant le mot hindi pour le mouvement suprématiste hindou de l’Inde.

Apoorvanand a déclaré que l’appareil d’État indien servait la cause des “crétins hindous” et que les musulmans “ne peuvent pas s’attendre à la justice dans ce pays”.

“Ils [Muslims] ne sont pas confrontés à une violence étatique supplémentaire, mais l’État s’est fusionné avec le réseau non étatique Hindutva. Cela a prouvé que toutes les fêtes hindoues sont devenues une cause de misère pour les non-hindous », a-t-il déclaré.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/10/6/india-police-flogging-muslims-serious-rights-violation-amnesty

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire