La police tunisienne arrête le journaliste Salah Atiyah pour des propos télévisés | Nouvelles

0
208

Le journaliste Salah Atiyah est accusé d’avoir « porté atteinte à l’ordre public » après avoir déclaré que le président avait demandé à l’armée de fermer le siège du syndicat.

La police tunisienne a arrêté le journaliste Salah Atiyah pour avoir commenté dans une interview télévisée que le président Kais Saied avait demandé à l’armée de fermer le siège du puissant syndicat UGTT, a déclaré samedi un témoin à l’agence de presse Reuters.

“Des policiers en civil ont arrêté Atiyah dans un café de la banlieue d’Ibn Khaldoun dans la capitale”, a déclaré le témoin, qui était avec Attia, à Reuters par téléphone.

Il n’y a eu aucune confirmation officielle de l’arrestation et les autorités n’ont pas pu être jointes dans l’immédiat pour commenter.

Samedi, les procureurs militaires ont déclaré avoir ouvert une enquête sur Atiyah, soupçonné d’avoir « porté atteinte à l’ordre public et à l’impartialité de l’armée ».

Atiyah a déclaré samedi que le président Saied avait demandé à l’armée de fermer le siège de l’UGTT et de mettre les dirigeants politiques en résidence surveillée, mais que l’armée avait refusé.

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a nié les allégations d’Atiyah.

Saied fait face à des critiques croissantes selon lesquelles il cherche à consolider le pouvoir d’un seul homme depuis qu’il a pris le pouvoir en juillet dernier dans un mouvement que ses adversaires ont qualifié de coup d’État. Il a ensuite annulé la constitution de 2014 pour gouverner par décret et a révoqué le parlement élu.

Les opposants au président l’accusent de saper les acquis démocratiques de la révolution de 2011 qui a déclenché le printemps arabe, mais il affirme que ses actions étaient légales et nécessaires pour sauver la Tunisie d’une crise politique prolongée.

Le mois dernier, le président a appelé à un dialogue national pour préparer une « nouvelle constitution pour une nouvelle république » et a exclu les principaux partis politiques. D’autres acteurs majeurs tels que l’UGTT ont refusé de participer à ce qu’ils disaient être un dialogue avec un résultat prédéterminé.

Grève nationale le 16 juin

Le chef de l’UGTT, qui compte environ un million de membres, a déclaré jeudi qu’il était “ciblé” par les autorités après avoir refusé de participer aux pourparlers.

Le puissant syndicat a appelé à une grève nationale le 16 juin pour exiger une augmentation des salaires et s’opposer aux réductions de dépenses et à la privatisation proposées par le président Saied alors que le pays fait face à une crise économique.

La Tunisie fait face à sa pire crise financière et sollicite un prêt de 4 milliards de dollars du Fonds monétaire international (FMI) jugé nécessaire pour éviter la faillite nationale, en échange de réformes impopulaires, notamment des réductions des subventions alimentaires et énergétiques et des gels de salaires.

Une coalition de 10 groupes internationaux de défense des droits de l’homme a critiqué vendredi le président tunisien pour avoir porté “un coup dur à l’indépendance judiciaire” après avoir limogé des dizaines de juges.

Saied a publié un décret présidentiel le 1er juin dans lequel il s’est attribué le pouvoir de licencier les juges, puis en a renvoyé 57, les accusant de corruption et de protection des «terroristes» – des accusations selon l’Association des juges tunisiens étaient principalement motivées par des considérations politiques.

Cette décision a déclenché des protestations de la part des juges qui accusent Saied d’« ingérence » dans le système judiciaire.

La semaine dernière, le président du parlement dissous de la Tunisie et président du parti Ennahdha, a déclaré que le pays vivait sous “un état de tyrannie” alors que le président Saied faisait avancer les plans d’un référendum controversé sur le remplacement de la constitution post-révolutionnaire.

Le projet de Saied d’organiser un référendum le mois prochain – un an après sa prise de pouvoir – a suscité des protestations.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/tunisian-police-arrest-journalist-for-tv-remarks

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire