La politique chinoise Zero Covid et le verrouillage échouent à Shanghai

0
110

Shanghai, la cosmopole chinoise animée de 26 millions d’habitants, est fermée depuis fin mars en vertu des protocoles nationaux stricts «Dynamique Zéro Covid», un système si mal géré que les résidents sont souvent incapables d’accéder aux nécessités de base comme la nourriture, les médicaments et les soins médicaux, incitant des manifestations spontanées assez répandues à la fois en ligne et dans la vie réelle.

Alors que le gouvernement a vanté la stratégie Zero Covid, le système de confinement du gouvernement utilisant des tests et un traçage intensifs, combinés à des verrouillages partiels ou complets lorsqu’un cas est détecté, comme le maintien du nombre de cas et de décès à un faible niveau au cours des deux dernières années, les rapports sortant de Shanghai suggèrent que le gouvernement local n’était pas préparé à une épidémie dans le centre économique du pays et mettent en doute la faisabilité de Zero Covid à ce stade de la pandémie. Cela se traduit par de sérieuses difficultés pour les résidents, notamment des temps d’attente d’ambulance de plusieurs heures, des économies en baisse et des approvisionnements alimentaires inadéquats ou pourris, entre autres. Bien que le gouvernement central intensifierait ses efforts pour approvisionner la ville, la politique globale pousse de nombreux habitants à critiquer la politique du gouvernement – ​​et sa mise en œuvre par Shanghai – malgré les risques potentiels graves pour leur sécurité et leur liberté.

« Même les gouvernements autoritaires doivent encore tenir compte de cette réaction de masse, sinon ils perdront la coopération de la société. On va s’attendre à ça [the central government] va améliorer la mise en œuvre de la politique, même si la politique elle-même ne va pas changer », a déclaré vendredi à Vox Yanzhong Huang, chercheur principal en santé mondiale au Council on Foreign Relations.

L’épidémie de Shanghai est jusqu’à présent la plus grave en Chine depuis le début de la pandémie ; 200 000 cas stupéfiants ont été signalés depuis le début de l’épidémie en mars, bien que cela soit probablement sous-déclaré, selon le New York Times. Ce qui a commencé comme un patchwork de verrouillages temporaires pour limiter la propagation de la maladie s’est rapidement transformé en un arrêt interminable à l’échelle de la ville avec des personnes uniquement autorisées à passer des tests PCR, comme l’a expliqué un article du New York Magazine plus tôt cette semaine. Le verrouillage de Shanghai, deux ans après le début de la pandémie, n’a d’égal que ceux de Wuhan en 2020 et de Xi’an à la fin de l’année dernière en termes de rigueur.

les résidents de Shanghai l’indignation – qu’ils ont exprimée en chantant et en scandant depuis leurs balcons et en cooptant des hashtags anti-américains utilisés par des responsables gouvernementaux pour critiquer les États-Unis – est née du fait que le gouvernement n’offre pas la stabilité qu’il promet en échange de libertés personnelles, selon Rui Zhong, associé de programme au Kissinger Institute du Wilson Center sur la Chine et les États-Unis. “Je pense que ce qui met les gens en colère à Shanghai, et ce qui les met en colère à Xi’an, c’est que Covid est un problème depuis des années”, a-t-elle déclaré à Vox. “Je pense qu’ils ont été vraiment stupéfaits de voir à quel point leurs responsables locaux ne se sont pas nécessairement préparés, y compris les problèmes non liés à la chaîne d’approvisionnement”, comme les admissions à l’hôpital.

Pourtant, le gouvernement demande aux citoyens de se sacrifier, sans avoir encore la capacité d’assurer l’accès à la nourriture et aux soins médicaux. Jeudi, des habitants du district de Pudong de la ville ont protesté contre la prise de contrôle de leur immeuble par le gouvernement local dans le but de mettre en quarantaine ceux qui avaient été testés positifs. Des images de l’incident ont circulé sur les réseaux sociaux chinois avant d’être censurées, montrant les autorités sanitaires en train de se disputer les manifestants au sol et de les emmener dans une camionnette blanche, tandis que d’autres criaient : « Ramenez-les ! La vidéo aussi des résidents capturés disant: «La police frappe des gens», alors qu’ils tentaient d’empêcher les autorités de prendre le contrôle de leur immeuble, selon NBC.

Il y a eu une rupture fondamentale de la politique Zero Covid

Le gouvernement local de Shanghai jouit d’une relative autonomie dans le contexte de la Chine du président Xi Jinping ; elle est techniquement directement sous le contrôle du gouvernement central, en tant que ville de niveau provincial, mais jouit d’un statut spécial en tant que centre financier du pays et vitrine pour le reste du monde. Jusqu’en mars, le gouvernement local avait bien géré la pandémie, sans épidémie majeure. Mais l’apparition rapide de la variante Omicron et les mesures gouvernementales draconiennes correspondantes poussent certains citoyens au bord du gouffre.

« Je n’ai plus d’argent… Que dois-je faire ? Je m’en fous », crie un homme à tout son immeuble dans une vidéo virale sur Weibo, la réponse chinoise à Twitter. “Laissez simplement le Parti communiste me prendre.”

Zhong a dit à Vox qu’elle avait entendu des histoires similaires de désespoir venant de Shanghai. “J’écoutais un enregistrement d’un homme âgé qui posait des questions sur ses médicaments pour le cœur à un cadre local, un responsable local du PCC”, a-t-elle déclaré. “Il disait essentiellement:” Nous avons des centaines de cas de ce type par jour, et je comprends, mais je ne peux rien faire. Une grande partie de la pression immédiate s’exerce aux niveaux les plus locaux – beaucoup de conversations émotionnelles, comme “Je meurs de faim” ou “Je viens de recevoir de la nourriture mais la nourriture est pourrie” ou “J’ai besoin de médicaments”. Ce sont donc tous des besoins matériels très, très basiques. Les gens sont donc très émus de ne pas pouvoir les acheter et ils n’ont pas de calendrier pour le moment où ils obtiendront à nouveau ces produits de première nécessité. »

La dépêche du New York Magazine de Shanghai de mercredi décrit des quartiers et des complexes résidentiels liés entre eux via WeChat (essentiellement, comme l’a dit Zhong, “un système d’exploitation” qui sert de plate-forme de messagerie, de système de paiement, etc., et est omniprésent en Chine) avec des bénévoles là où le gouvernement a échoué – organiser d’importantes commandes d’épicerie en gros pour leurs bâtiments, aider à administrer les tests Covid-19 et organiser des soins médicaux pour ceux qui en ont besoin. Le système de réponse Covid-19 de Shanghai s’est appuyé sur les efforts des bénévoles tout au long de la pandémie, pour soutenir la collecte de données, la recherche des contacts et les soins aux personnes âgées ; qui a fonctionné dans les jours précédant Omicron, la souche incroyablement virulente de la maladie, a commencé à déchirer les zones densément peuplées. Cela, combiné à des vaccins moins efficaces et à des taux de vaccination globaux inférieurs en raison de la politique Covid-19 du gouvernement, en particulier chez les personnes âgées, pour se protéger contre le virus, était trop lourd à supporter pour le système Zero Covid.

« De nombreux habitants de Shanghai reprochent aux responsables du gouvernement local d’avoir mal géré la crise, les problèmes de coordination, le manque de planification d’urgence, ces problèmes. Ce qui pourrait être vrai », a déclaré Huang. “Mais il est intéressant de voir comment, en un mois, Shanghai est passée d’une affiche du contrôle de la pandémie à un paria de la réponse Covid.”

Des agents de santé portant un équipement de protection individuelle (EPI) traversent un point de contrôle lors d’un verrouillage du coronavirus Covid-19 dans le district de Jing’an à Shanghai le 16 avril 2022.
Hector Retamal/AFP via Getty Images

Bien que les bureaucrates locaux aient supporté le poids de la frustration des gens, ont déclaré Zhong et Huang à Vox, ils ne sont peut-être pas nécessairement les responsables de la crise actuelle. “Je pense qu’à Shanghai, si vous mesurez la capacité de l’État en termes de capacité fiscale, en termes de qualité des fonctionnaires bureaucratiques, les capacités des fonctionnaires locaux, je pense que c’est encore relativement élevé”, a déclaré Huang. “Je pense que le problème fondamental reste la stratégie Zero Covid elle-même.”

Il est facile, et dans une certaine mesure, même logique, de blâmer la tension de la chaîne d’approvisionnement – un problème mondial tout au long de la pandémie – pour le manque d’accès à la nourriture et aux médicaments, mais cela ne fonctionne pas de la même manière lorsque le problème est d’amener une ambulance à venir répondre à une urgence ou avoir accès à un lit d’hôpital. “Le problème n’est pas le manque de capacité, mais la poursuite résolue de Zero Covid”, a déclaré Huang à Vox.

“Je pense que ce qui rend une partie du tollé à Shanghai distinctif, c’est que les griefs ne sont pas nouveaux”, selon Zhong. Les verrouillages précédents à Wuhan et à Xi’an ont produit certains des mêmes effets, bien qu’à une plus petite échelle, a-t-elle déclaré à Vox. «Vous aviez ces lacunes dans les soins, les services aux personnes, alors, assurez-vous que tout le monde reçoit ses médicaments sur ordonnance, assurez-vous que les lignes d’approvisionnement alimentaire sont correctes, assurez-vous que les personnes qui doivent se rendre à l’hôpital pour des urgences non liées à Covid ont des options. Certains de ces problèmes remontent à Wuhan en 2020. »

Les protestations attirent l’attention – mais feront-elles une différence?

Zhong et Huang ont tous deux déclaré à Vox que les protestations contre le verrouillage de Shanghai – à la fois en personne et en ligne – sont spontanées plutôt qu’un effort organisé. “En termes de manifestations, tout ce qui est vraiment organisé, centralisé ou qui a une sorte de leader ou de groupe clair, ce sont vraiment, vraiment difficiles à organiser en Chine parce que quiconque semble être un leader de la protestation, peint essentiellement une cible en termes de application de la loi », a déclaré Zhong. “Il est en quelque sorte tacitement connu en Chine continentale que quelque chose, même au degré des manifestations de 2014 ou 2019 à Hong Kong, est vraiment difficile à concrétiser en raison des réponses rapides des forces de l’ordre.”

Comme le montre la réponse des autorités à la manifestation de jeudi, la réaction des forces de l’ordre et du gouvernement à la dissidence est en effet rapide ; qu’il s’agisse de traîner des manifestants hurlants dans des camionnettes blanches, d’interdire des hashtags ou de censurer des vidéos, le gouvernement chinois a peu d’appétit pour la dissidence.

“Lorsque les gens se tournent vers les médias sociaux, ce n’est pas le premier recours qu’ils souhaitent, car les médias sociaux sont si facilement identifiables et les gens ne veulent pas que leurs comptes soient fermés”, a noté Zhong. Cependant, il y a des efforts en ligne pour utiliser les propres outils en ligne du gouvernement contre eux, a-t-elle déclaré à Vox : « Les gens font des choses vraiment peu orthodoxes, comme utiliser des hashtags que le gouvernement de l’État utilise généralement pour dire à quel point l’Amérique est mauvaise, sauf pour se plaindre de Shanghai.

Les médias sociaux constituent également une forme importante de tenue de registres, ce qui est important dans un État connu pour sa censure répressive. Le soi-disant “journal de confinement” en ligne fait partie de la réponse du public chinois à Covid-19 et à la politique de confinement du gouvernement depuis le tout début, a déclaré Zhong. C’est une forme de tenue de registres pour que les gens disent : “Voilà ce qui s’est passé”. C’est ce qui est arrivé à ma mère, ma grand-mère. Ou, “Ce fonctionnaire a été poussé si fort et a subi une pression si forte qu’il s’est suicidé”, a-t-elle déclaré.

Quant à savoir si cette explosion de désespoir et d’insatisfaction pourrait laisser présager de nouvelles protestations plus soutenues, Zhong est circonspect ; il est bien trop tôt pour dire quel effet les manifestations de Shanghai auront sur l’avenir de la ville, la politique Zero Covid ou la nation. Mais cela ouvre une fenêtre pour la critique de la politique, comme l’a noté Huang.

«Il y a déjà plus de 44 villes qui ont été fermées totalement ou partiellement, et de nombreuses autres villes ont commencé des tests PCR de masse qui imposent des limites aux mouvements des personnes. Il est juste de dire qu’un grand pourcentage de la population a été touché par cette politique », a-t-il déclaré. Et cette critique pousse au moins le gouvernement à améliorer la fourniture des biens et services de base, ne serait-ce que pour assurer la stabilité et la dissidence silencieuse, a déclaré Huang.

Mais en fin de compte, bien que des experts à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement – ​​ainsi que les propres citoyens chinois – disent que la politique Zero Covid ne fonctionne plus dans un paysage pandémique radicalement différent, les ajustements et les concessions du gouvernement ne modifieront pas la politique de base. C’est trop lié à la « supériorité du modèle chinois », comme l’a dit Huang. “C’est certainement une forte incitation à poursuivre ce succès, car l’échec signifierait que vous abandonniez essentiellement à mi-parcours, et tout cet héritage disparaîtra. Mais en attendant, je pense qu’il s’agit moins d’héritage, de politique, et plus de ne pas laisser l’échec perçu saper le leadership personnel ou la légitimité du régime.

La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire