La politique des villes | Drapeau rouge

0
13

Il était une fois un petit pub à Carlton appelé le Corkman. Construit en 1854, c’était l’un des plus anciens édifices du faubourg. Ce n’était pas particulièrement charmant – la mission brune avait été recouverte de partout dans les années 1970 – et elle n’avait pas de fonction sociale particulièrement intéressante, principalement utilisée comme point d’eau par les étudiants en droit de l’Université de Melbourne.

Mais en 2016, lorsque ses propriétaires – des promoteurs qui avaient acheté le bâtiment quelques années plus tôt – l’ont illégalement rasé, ne laissant qu’un tas de briques et des nuages ​​de poussière d’amiante, il semblait que tout Melbourne était en émoi.

Le Corkman n’était pas aimé; il ne leur appartenait pas non plus de détruire. C’était la nôtre ; donc le sentiment est allé. Le voir se transformer en décombres, en pleine journée et au mépris des règles destinées à empêcher de telles choses, était une insulte.

L’incident a brièvement donné un visage et un nom aux forces anonymes et apparemment irrésistibles qui façonnent nos villes : les propriétaires et les promoteurs qui voient le profit là où nous autres voyons le potentiel d’abri, de répit, de connexion ou de loisirs. Il a souligné le manque abject de contrôle que la plupart d’entre nous ont sur notre environnement physique. Il n’en a pas toujours été ainsi.

Les villes ont toujours été des sites de lutte et de conflit social parce que les villes sont le lieu où se concentrent à la fois le capital et la classe ouvrière. Mais les villes ont souvent été objet de cette lutte aussi.

L’exemple le plus connu est celui des interdictions vertes, qui impliquaient des travailleurs de la construction organisés au sein de la Fédération des ouvriers du bâtiment (BLF) refusant de démolir ou de construire des choses qu’ils jugeaient contraires aux intérêts des travailleurs ou au bien social. Leurs actions ont sauvé de nombreux bâtiments patrimoniaux, des espaces verts et des lotissements publics, et ont saboté des délits d’urbanisme comme la proposition de mettre un parking et un restaurant ouvert 24 heures sur 24 dans les jardins botaniques de Melbourne.

Le NSW BLF en est venu à être considéré comme, selon les mots d’un journaliste, “l’agence d’urbanisme la plus puissante opérant en NSW”. Une victoire notable du syndicat a été de sauver les logements sociaux de Millers Point et des Rocks à Sydney dans les années 1970. Un plan visant à éliminer ces populations ouvrières du centre de Sydney et à réaménager la zone, qui se trouve juste contre le port, a été contrecarré par les mesures prises par la BLF et les résidents. Mais 40 ans plus tard, et dans le contexte d’un mouvement syndical beaucoup plus faible, le plan a été mené à bien. La parodie des travailleurs, des nouveaux migrants et des pauvres occupant des biens immobiliers de premier ordre au bord du port était tout simplement trop difficile à supporter pour le gouvernement de l’État, et le milliard de dollars qu’il a empoché de la dépossession des habitants de Millers Point et du bâtiment Sirius voisin était trop beau pour y renoncer. .

Loin d’accepter docilement la « rénovation urbaine » – c’est-à-dire l’évacuation des pauvres pour faire place aux riches – comme inévitable, la BLF a construit un mouvement fondé sur l’idée que la ville est construite et habitée par les travailleurs, et qu’ils devraient avoir un mot à dire sur son apparence et son fonctionnement.

Comme l’a dit le dirigeant du syndicat NSW, Jack Mundey, les travailleurs ne sont pas “juste des robots dirigés par des développeurs-constructeurs… de plus en plus, nous allons déterminer quels bâtiments nous allons construire”. La BLF a compris que la bataille pour améliorer les conditions de la classe ouvrière était aussi une bataille pour la ville.

Il doit y avoir, dans toute cette zone urbaine, des dispositions permettant aux personnes de la classe ouvrière, aux personnes à revenu faible et moyen, de pouvoir résider dans la zone », a déclaré Mundey. “Ce n’est pas très bien de gagner une semaine de 35 heures si nous allons mourir étouffés dans des villes sans plan et polluées, où les loyers sont trop élevés, où les gens ordinaires ne peuvent pas vivre.”

L’ère de l’interdiction verte a été l’apogée de la lutte des travailleurs pour les villes en Australie. Et ce ne sont pas seulement les syndicats qui revendiquent la ville. Alors que les étudiants et les intellectuels descendaient dans les centres-villes dans les années 1960 et 1970, attirés par l’enseignement supérieur de masse et le foment politique de l’époque, des groupes d’action des résidents ont émergé. C’était une époque de batailles rangées pour les autoroutes, les parcs et les « bidonvilles ».

L’existence et le caractère continus de la banlieue de Melbourne de Carlton, par exemple, sont en grande partie dus à ces combats. En 1969, la Housing Commission Victoria avait l’intention de « rénover » près d’un kilomètre carré de Carlton – la moitié de toute la banlieue – qu’elle avait déclarée bidonville. Cela impliquait bien sûr de démolir les logements existants et de reloger les occupants. De nombreux habitants pauvres et de la classe ouvrière ne voulaient pas y aller, ont rejeté la déclaration des bidonvilles et se sont battus – au moins une fois avec un fusil de chasse à la main – pour empêcher la commission d’entrer. Ils ont été rejoints par les étudiants et les universitaires qui n’aimaient pas les banlieues granuleuses et bohémiennes qui les avaient attirés et qui se sont tournés vers «le modernisme brutal» des logements en béton préfabriqués et des immenses tours d’appartements. C’est à Carlton que s’est terminée la longue campagne de réhabilitation des bidonvilles de la Commission.

Comme tout ce qui est dicté par le marché, le développement urbain est chaotique et hautement irrationnel. Nulle part cette irrationalité n’est plus évidente que par rapport à la façon dont nos villes ont réagi à la crise climatique.

Le long de la côte australienne, de toutes nouvelles maisons sont construites dans des zones qui, selon toute science sensée, seront inondées par la montée de la mer d’ici la fin de ce siècle, et bien avant cela, elles seront vulnérables aux ondes de tempête et aux inondations.

Les chercheurs ont demandé à un groupe de promoteurs et d’investisseurs immobiliers d’expliquer pourquoi. Leurs réponses ont été publiées dans un article de 2021 dans la revue Gestion des risques climatiques.

“Le changement [catastrophic sea level rises] ne va pas se concrétiser maintenant, ou dans les deux, trois, quatre, cinq prochaines années – cela va se concrétiser progressivement au cours des 50 à 100 prochaines années et si tel est le cas, dois-je vraiment m’en soucier ? Je veux dire que c’est une chose terriblement égoïste à dire, mais en tant que propriétaire, ai-je besoin de m’en soucier ? », a demandé un répondant.

De nombreuses zones de croissance de Sydney se trouvent dans des plaines inondables. Les règles actuelles permettent aux promoteurs de construire des domaines dans ces zones tant qu’elles ne sont considérées comme susceptibles d’être inondées qu’une fois tous les 100 ans. Mais certains ont eu deux événements de ce genre au cours des cinq dernières années.

À Melbourne – jusqu’à récemment, la croissance la plus rapide de toutes les villes d’Australie – la plupart de la croissance se produit en périphérie, où environ 100 000 personnes s’installent chaque année. La frontière urbaine s’est élargie trois fois au cours des deux dernières décennies, deux fois sous les gouvernements travaillistes à la demande des promoteurs et des propriétaires fonciers qui récoltent d’énormes bénéfices exceptionnels lorsque les prairies et les terres agricoles indigènes sont rezonées résidentielles.

Les lotissements qui sont ensuite construits dans ces zones sont un patchwork de communautés “planifiées” déconnectées – à des kilomètres du réseau de transport public – avec peu d’emplois, de magasins, d’hôpitaux ou d’autres infrastructures vitales.

Moins de 5 % des emplois sont accessibles à ceux qui vivent à la périphérie urbaine de Melbourne, ce qui signifie qu’ils sont à moins de 60 minutes en transports en commun ou à 30 minutes en voiture. Si vous avez un emploi, vous conduirez longtemps pour y accéder dans la plupart des cas – la dépendance à la voiture est intégrée à la conception de ces développements.

Ensuite, il y a les maisons elles-mêmes. Les prix sont à des niveaux record, mais les blocs deviennent plus petits afin que les promoteurs puissent en tirer davantage de chaque parcelle de terrain. La taille moyenne des blocs dans de nombreuses banlieues en croissance est à peu près la même que celle de certaines des ceintures intérieures les plus densément peuplées, mais les maisons sont de plus en plus grandes. La zone d’empreinte du bâtiment à certains endroits atteint 90% du pâté de maisons, tandis que dans les banlieues plus anciennes, elle a tendance à se situer entre 45 et 70%. Cela signifie qu’il y a peu d’espace pour une arrière-cour, des arbres ou du sol pour absorber l’eau de pluie. Cela rend également ces zones beaucoup plus chaudes que d’autres parties de Melbourne.

Un effet d’entraînement est que les climatiseurs sont nécessaires pour que de nombreuses nouvelles maisons soient habitables, mais l’effet d’îlot de chaleur de ces banlieues densément peuplées peut altérer les climatiseurs. Sans parler des conséquences environnementales de la poursuite de la construction de nouvelles maisons qui dépendent de la climatisation pour être adaptées à l’habitation humaine.

Tout cela compte car même si ce n’est pas toujours évident, l’environnement bâti a un impact énorme sur notre bien-être. Des études montrent que vivre à moins d’un kilomètre d’un supermarché est associé à une meilleure santé et à moins de maladies, et que cette relation est plus forte dans les quartiers populaires. Pourtant, dans les zones de gouvernement local en croissance urbaine à Victoria, seulement environ un quart des maisons se trouvent dans ce rayon, bien que l’objectif soit de 80 à 90 %.

L’accès et la proximité des espaces verts ouverts sont également associés à une meilleure connexion sociale, un meilleur sommeil, une meilleure santé physique et mentale et moins de maladies. Même la présence ou l’absence d’arbres dans les rues a un impact – des études montrent que les gens sont plus susceptibles de marcher lorsqu’il y a des arbres et qu’ils sont plus susceptibles de parler à leurs voisins. Pourtant, les données sur la canopée montrent que les parcs de la banlieue ouest de Melbourne ont moins de couvert arboré (6,2 %) que les parcs de la banlieue ouest de Melbourne. industriel les quartiers de la banlieue est (7,7 %) et que les parcs des quartiers populaires ont moins d’infrastructures pour encourager leur utilisation, comme des terrains de jeux, des bancs et de l’ombre.

C’est la même histoire en ce qui concerne l’accès aux équipements publics tels que les bibliothèques. Pour les personnes vivant dans le riche quartier du gouvernement local de Stonnington à Melbourne, il y a une bibliothèque pour 40 000 personnes. Dans les zones de conseil les plus populaires de Melton (ouest extérieur) et Dandenong (sud-est extérieur), il y a actuellement une bibliothèque pour 90 000 personnes. Dans dix ans, il y aura une bibliothèque pour 160 000 habitants à Melton. À cette époque, il y aura quatre fois plus d’enfants vivant à Melton qu’à Stonnington, et la moitié du nombre de bibliothèques.

À Melton, les bibliothèques sont remplacées par des «points d’accès», qui sont des distributeurs automatiques exploités par Lendlease où vous pouvez collecter des livres précommandés sans jamais parler à une seule personne, et encore moins établir un lien social. Il n’y a pas de bâtiment ou d’espace public associé aux machines, pas d’étagères à parcourir et aucune perspective de faire une découverte fortuite qui donne aux bibliothèques une partie de leur magie.

Il n’a pas à être de cette façon. Comparez les distributeurs automatiques de livres Lendlease à l’approche brièvement privilégiée par Enrique Peñalosa, un maire réformateur de Bogota, en Colombie, à la fin des années 1990. Le gouvernement local a construit de grands et beaux bâtiments dans certains des quartiers les plus pauvres de la ville. Les bibliothèques sont devenues plus que des exercices utilitaires de distribution de matériel de lecture.

“L’accent était mis non seulement sur le fait que les bibliothèques étaient fonctionnelles, mais aussi sur le fait qu’elles devaient être majestueuses, en hommage à chaque enfant, à chaque citoyen qui y entrerait”, écrit Charles Montgomery dans son livre Ville heureuse. Il est peu probable qu’un enfant se sente soulevé par la majesté du distributeur automatique Lendlease.

Il y a des défis auxquels l’humanité est confrontée et qui n’ont pas de réponses faciles, même dans un système socialiste contrôlé par la majorité. Mais comment créer des villes adaptées aux personnes qui y vivent et qui les font vivre n’en fait pas partie. Il est stupéfiant de voir tout ce que l’on sait sur la façon dont nos bâtiments, nos villes, nos parcs et la nature peuvent améliorer ou diminuer nos vies. Dans le tout premier plan stratégique préparé pour la ville de Melbourne en 1929 il y a près de 100 ans, les auteurs savaient que les enfants avaient besoin de parcs pour être en bonne santé. De plus, ils connaissaient l’espace de parc minimum dont chaque enfant avait besoin et la distance maximale qu’un enfant pouvait parcourir à pied pour s’y rendre.

Les gens qui étudient les villes savent quelle est la profondeur idéale d’un jardin de devant pour favoriser la convivialité entre voisins mais qui permet aussi de se retirer quand on le souhaite. Ils savent quelle est la largeur idéale du sentier pour encourager la marche et quel type de signalisation de rue pourrait aider les personnes atteintes de démence à se déplacer dans leur quartier. Mais cette immense connaissance n’est pas valorisée à moins qu’elle ne soit également rentable.

Faire des villes véritablement vivables pour tous, des lieux qui aident les gens à vivre heureux et en bonne santé, est avant tout une question politique et non technique. Le capitalisme, et les priorités avides de profit qui le sous-tendent, est l’obstacle à la réalisation de cet objectif. Gagner un contrôle collectif et démocratique sur les vastes ressources qui font fonctionner les villes est la solution dont nous avons besoin.

Source: https://redflag.org.au/article/politics-cities

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire