La position pro-business de Keir Starmer rendra le travail inéligible

0
177

Le mois dernier, la dirigeante syndicale Unite Sharon Graham et le chef du Parti travailliste Keir Starmer se sont retrouvés dans une guerre des mots. La prise de bec était la conséquence du refus du conseil municipal dirigé par les travaillistes de Coventry d’accéder aux demandes des grévistes. Pour défendre les camionneurs qui se battent pour une amélioration de leur salaire, Graham a dénoncé les actions des dirigeants du conseil dans la grève en cours, les qualifiant d ‘«incompétents». Unite a accusé Coventry Labour d’ignorer le sort des travailleurs employés par l’autorité locale en ne participant pas aux réunions de négociation et en distribuant des tracts anti-grève affichant de fausses informations sur le salaire des grévistes.

Les actions des travaillistes à Coventry sont indéfendables. Le virage à droite mené par Starmer n’est pourtant pas nouveau. C’est un retour à une tradition conservatrice qui a dominé pendant une grande partie des années pré-Corbyn.

Dans une excoriation publique, Graham a menacé de réduire les dons au parti travailliste à la suite de la querelle de Coventry, ce qui aurait des conséquences financières considérables pour le parti, car Unite a longtemps été son principal donateur. L’ancien secrétaire général du syndicat, Len McCluskey, a fait don de 3 millions de livres sterling au trésor de guerre électoral de Jeremy Corbyn en 2019, suite au vœu de Corbyn de renforcer le pouvoir syndical s’il était élu Premier ministre.

Graham n’est clairement pas impressionné par la volte-face de Starmer. Son bureau a cependant doublé ses efforts en répondant qu’il ne prendrait pas les menaces d’un dirigeant syndical. Dans une interview pour le Gardien dans la foulée de sa victoire électorale l’été dernier, Graham a déjà pris ses distances avec le parti travailliste en déclarant que «mettre tous nos œufs dans le panier de Westminster ne sera pas à la hauteur». Son reproche n’est pas une anomalie, car plusieurs autres syndicats emboîtent le pas alors que l’hostilité de Starmer à leur cause devient plus évidente.

Au milieu de l’intense conférence annuelle du Labour en septembre dernier, où toutes les factions du parti se sont rassemblées sur le front de mer de Brighton, un syndicat centenaire affilié au Labour a décidé de se séparer de son partenaire politique. Le Syndicat des boulangers, de l’alimentation et des travailleurs connexes (BFAWU) a annoncé sa désaffiliation et a accusé les travaillistes de s’éloigner “des objectifs et des espoirs des organisations de la classe ouvrière”, et que la guerre des factions menée par la direction éclipsait les problèmes cruciaux auxquels ses membres étaient confrontés.

Conformément au thème, le syndicat des chemins de fer Société associée des ingénieurs et pompiers de locomotive (ASLEF) pourrait voter pour rompre son lien de longue date avec le parti travailliste lors de la prochaine conférence de l’organisation. Selon les rumeurs, son comité exécutif serait 5-3 en faveur de la désaffiliation, ce qui déclencherait une rupture notoire avec Starmerism.

Starmer cherche à adopter un programme similaire à celui des anciens chefs de parti Tony Blair et Neil Kinnock. Ce projet est de ceux qui affaiblissent considérablement l’influence des syndicats au sein de l’appareil parti travailliste. Les réformes de l’affiliation syndicale de Kinnock et Blair étaient une tentative de détruire la gauche au sein du Parti travailliste en menant ce qui était en fait une guerre civile. Son seul objectif était de renommer le parti pour le rendre moins hostile aux intérêts des entreprises.

Lors d’un dîner entre les dirigeants syndicaux puis le Premier ministre Blair en 2001, Downing Street a dû faire face à un échange tendu avec ses homologues industriels lorsqu’il a refusé de bouger sur ses plans visant à édulcorer les services publics pour générer davantage d’investissements privés. Blair était également le leader qui a sapé les pouvoirs de vote des délégués syndicaux lors de la conférence annuelle du parti, réduisant leur influence de 80% à 50%, à égalité avec les partis de circonscription locale. C’est aussi sous Blair que les membres du parti ont échangé le terme « camarade » pour « amis » ou « collègues » comme un terme qui s’adresse aux membres du parti ou à travers le monde.

Les réformes de modernisation de Blair reproduisaient celles de son prédécesseur, Kinnock, qui a lancé une réprimande cinglante des syndicats en grève tout au long des années 80. Il n’y avait certainement pas d’amour perdu entre Kinnock et le secrétaire du Syndicat national des mineurs, Arthur Scargill, lors de la grève des mineurs de 1984-1985. Réfléchissant au conflit industriel à grande échelle, Kinnock a critiqué la « vanité suicidaire » de Scargill qui, selon lui, avait offert au gouvernement de Margaret Thatcher un « cadeau » légitimant sa répression contre les syndicats.

Lors de la conférence du parti de 1985, Kinnock a réprimandé son prédécesseur Michael Foot et ses acolytes de gauche, les qualifiant de « dépassés » et de « chaos grotesque » au sein de la base. Une politique initiée par Kinnock a été utilisée par ses successeurs Blair et le regretté John Smith qui éviscèrent l’influence des blocs syndicaux et prônent le système un membre, un vote (OMOV). Ce passage à la participation directe des membres, sous couvert d’une plus grande démocratisation de la politique des partis, a été utilisé pour faire taire la gauche.

Une ligne claire relie la politique de Starmer et celles de ses prédécesseurs de droite. Son vide platitudes tout au long de la semaine HeartUnions, où il a exhorté les travailleurs à adhérer à des syndicats pour leur propre protection, est en contraste direct avec ses actions. Les travailleurs de tout le Royaume-Uni ont été confrontés à une pression sans précédent tout au long d’une pandémie de santé publique qui fait rage, d’une inflation galopante et d’une crise du coût de la vie qui devrait dévaluer les salaires stagnants.

Pendant la pandémie, alors que les enseignants travaillaient sans relâche pour ramener les enfants à l’école sous la direction calamiteuse du gouvernement, Starmer s’est opposé à toute discussion sur la grève. Soi-disant du côté des travailleurs, le chef du parti travailliste a refusé de se ranger du côté des enseignants et de condamner les mesures de retour à l’école du gouvernement.

Si Starmer souhaite que le parti réussisse avec lui comme chef, il devrait réfléchir sur ses fondements pour s’en inspirer. Le Parti travailliste indépendant, formé par des syndicalistes et des libéraux mécontents en tant que plate-forme de la classe ouvrière, a exposé la désillusion de la classe ouvrière à l’égard des principaux partis politiques. Le chef fondateur du parti, Keir Hardie, a utilisé ses références pour établir un syndicat des travailleurs dans les bassins houillers pour diriger le parti aux Communes. Cette position pro-ouvrière a porté ses fruits : entre 1900 et 1906, le Labour a augmenté ses sièges au Parlement de deux à vingt-six.

Les syndicats ont donné d’importantes incitations financières aux travaillistes au fil des ans, et en retour, ils veulent que leurs voix soient représentées à Westminster. Le travail était autrefois un parti uniquement pour les syndicats, et les membres individuels n’étaient pas admis jusqu’à une refonte des règles en 1918. Cela faisait partie d’un modèle de démocratie qui reconnaissait que les travailleurs étaient puissants lorsqu’ils pouvaient s’organiser par le biais d’institutions fortes qui avaient leur place. intérêts à cœur.

Comme Blair, qui s’est moqué de manière désobligeante de la relation historique de son parti avec les syndicats lorsqu’il a déclaré que l’approche du New Labour était «l’équité et non les faveurs», Starmer tourne également le dos au mouvement qui donne son nom à son parti. La position du leader travailliste a jusqu’à présent fait perdre au parti 1,6 million de livres sterling de contributions syndicales. Unite et le syndicat des boulangers étant les syndicats les plus en vue pour réduire leurs contributions au parti.

Déjà en difficulté financière avec des frais de justice imminents, le parti ne peut guère se permettre de perdre plus de ressources de campagne. Cette crise est aggravée par une perte de l’argent des contribuables et une réduction du nombre de membres du Labour après le départ de Corbyn. Une tempête parfaite se prépare, mais Starmer et la droite travailliste semblent complètement inconscients.

En 2021, l’affiliation syndicale a augmenté pour la quatrième année consécutive – un afflux de 228 000 travailleurs du secteur public, soit 4 millions au total. Selon un sondage de 2016 sur les attitudes sociales britanniques, la majorité des personnes interrogées se sont identifiées comme appartenant à la classe ouvrière. Ces travailleurs comptent actuellement uniquement sur le pouvoir de négociation supprimé des syndicats pour se faire entendre.

Récemment, le secrétaire d’État fantôme aux affaires, Jonathan Reynolds, a expliqué que le Labour est désormais un “parti pro-business”, un cliché de la droite qui ignore le dilemme auquel sont confrontés les travailleurs à travers le pays. Si Starmer n’inverse pas le cours de ses prédécesseurs et n’offre pas son soutien aux travailleurs et aux syndicats en grève, cela pourrait éviscérer l’attrait ouvrier de son parti pour des générations. Non seulement les décisions des dirigeants travaillistes sont erronées, mais elles sont imprudentes et irresponsables.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire