La première attaque contre les indépendants : Albanese entrave le Crossbench

0
209

Albanese assermenté en tant que Premier ministre par le gouverneur général David Hurley. Source de la photographie : Gouverneur général d’Australie – CC BY 3.0

Il n’a pas fallu longtemps pour que le nouveau gouvernement travailliste australien montre bêtement ses muscles en réponse au large éventail d’indépendants et de députés de petits partis au Parlement. Malgré la promesse d’une nouvelle ère de transparence et de responsabilité après les élections du 21 mai, l’un des premiers actes notables du gouvernement albanais a été d’attaquer les personnes mêmes qui ont donné la parole à ce mouvement. Dangereusement, l’ancienne règle du parti, aussi mince soit-elle, se retrouve à nouveau entêtée et déficiente.

La décision, rendue avec une désinvolture arrogante avant un autre séjour international du Premier ministre Anthony Albanese, était centrée sur les dispositions relatives au personnel pour les députés indépendants nouvellement élus. Avant de monter dans un avion, Albanese a envoyé une lettre aux membres indépendants promettant de réduire l’allocation de personnel pour les députés et les sénateurs de huit à cinq chacun. Sur les cinq, il y aurait également un conseiller, contre quatre dans le précédent gouvernement Morrison.

À première vue, le gouvernement n’y voyait pas de problème, car les membres du gouvernement ont tendance à considérer l’absurde comme tout à fait normal. Albanese lui-même a été trouvé en train de défendre une série de positions fallacieuses, invoquant « la justice et l’équité » et le manque de durabilité. Dans un malentendu conceptuel classique, le premier ministre a semblé penser qu’un député d’arrière-ban du gouvernement équivalait en quelque sorte à un représentant indépendant. Il n’était pas juste, par exemple, que le député indépendant Zali Steggall « ait le double de la représentation en termes de personnel des électeurs dans la même région ».

En effet, Albanese est allé jusqu’à enrober les nouveaux arrangements. Les indépendants, a-t-il dit à Sabra Lane de Radio National, « auront plus de personnel que les représentants des principaux partis. Et le personnel supplémentaire aura des droits de voyage que les députés d’arrière-ban des principaux partis n’auront pas. Ils auront des salaires plus élevés.

Puis, comme s’il suggérait quelque chose de sinistre, le Premier ministre a noté : « une circonstance par laquelle je ne savais pas, et je ne trouve aucun grand dossier de publicité, pour le fait que certains députés croisés avaient le double du personnel que d’autres députés d’arrière-ban avaient. ” Si Albanese avait pris la peine de consulter les documents déposés au Parlement, a fait remarquer Steggall, il aurait pu facilement voir ce qu’étaient réellement ces arrangements.

Il semble avoir échappé au député de Grayndler que les députés travaillistes, et ceux des libéraux et des nationaux, n’ont pas besoin d’autant de membres du personnel parce que le parti lui-même décide des diverses positions et arguments politiques. Les indépendants, précisément parce qu’ils ne font pas appel à un tel appareil, doivent exercer un jugement plus éclairé et, le cas échéant, sceptique. Ils ne peuvent pas non plus, n’étant ni membres du gouvernement ni membres de l’opposition officielle, solliciter l’avis des départements ministériels.

Ce que Albanese et ses ministres ont également suggéré, c’est que davantage de ressources seront accordées à la Bibliothèque du Parlement fédéral, comme si cela résolvait d’une manière ou d’une autre les pénuries de personnel. Il y aura également accès à des greffiers chargés de rédiger la législation, “en plus du personnel personnel”.

La pensée de groupe, ou la non-pensée, ne sont pas des impératifs du député indépendant responsable. En tant que sénateur indépendant nouvellement élu pour l’ACT, David Pocock a c’est noté, doit traverser un certain nombre de domaines d’une complexité et d’un détail énormes, nécessitant des recherches, des consultations avec des experts et des personnes que la législation affecterait. “Il ne s’agit pas de parlementaires ou de personnel”, a-t-il insiste, “il s’agit d’écouter et de respecter nos communautés.” Pour ce faire, il fallait être accessible, consulter largement et faire « de la politique sur les gens ».

Le sénateur nouvellement élu du United Australia Party, Ralph Babet, est également d’avis que les coupes ont mis “un frein à notre capacité à examiner le gouvernement et la législation qu’il peut proposer”. Un porte-parole de One Nation a également senti un rat se cacher derrière la décision. “Si vous n’êtes pas suffisamment doté en personnel, cela signifie que ce gouvernement s’attend à ce que la législation soit adoptée à toute vapeur sans examen approprié.”

Laissant de côté les besoins de ces représentants, les membres du personnel eux-mêmes, notamment ceux attachés aux petits partis et les parlementaires non alignés, supporter un travail décrit par l’un comme “sanglant” et “atrocement dur”. Un tel membre du personnel fait face à un certain nombre de menaces pour sa vie et son intégrité physique en plus de affronter des dizaines d’amendements du gouvernement à de longs projets de loi, soutenus par l’opposition, avec un préavis d’un jour seulement.

Après avoir créé une tempête inutilement suicidaire, le gouvernement est maintenant confronté à la perspective d’approches « lentes » pour l’adoption de lois, notamment au Sénat. Un autre point de vue, exprimé par One Nation, est d’adopter une position par défaut consistant à rejeter une législation qui n’a pas été correctement examinée. Le gouvernement albanais a fait des merveilles pour revenir à l’orthodoxie d’un système brisé en tentant de consolider le pouvoir du duopole bipartite.

Au-delà de l’immédiateté des travaux parlementaires imminents, les travaillistes pourraient avoir des conséquences plus graves, avec la tueuse de géants fraîchement victorieuse, la députée de Kooyong Monique Ryan, promettant une deuxième vague d’indépendants pour cibler les sièges marginaux travaillistes à Melbourne lors des élections de 2025.

Après leur avoir donné un coup de pied dans les dents proverbiales, la ministre des Finances Katy Gallagher espère qu’un «engagement respectueux et constructif» sera possible avec le crossbench fraîchement enragé. Avant même la première séance du Parlement, les choses promettent d’être tapageuses.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/30/the-first-attack-on-the-independents-albanese-hobbles-the-crossbench/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire