La pression américaine sur l’Inde oblige New Delhi à réévaluer ses options

0
184

L’approche des États-Unis envers l’Inde depuis le déclenchement de la crise ukrainienne a ravivé les griefs historiques de l’Inde envers Washington. Mais l’ouverture d’autres grandes puissances, telles que la Russie et la Chine, à New Delhi illustre l’influence croissante de l’Inde dans les affaires internationales.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine en février, la Maison Blanche a tenté de rallier le soutien aux sanctions contre la Russie et de l’isoler diplomatiquement. Alors que l’administration Biden avait peu d’espoir que l’Inde adhère à l’imposition de ces sanctions, New Delhi a ouvertement exploré les moyens de les contourner et s’est également abstenue de condamner la Russie aux Nations Unies.

Mais l’Inde a fait preuve de prudence, refusant de montrer tout soutien à l’invasion russe et, au lieu de cela, a appelé au dialogue entre la Russie et l’Ukraine pour résoudre le conflit. En plus de ne pas vouloir offenser l’Ukraine, un pays avec lequel l’Inde entretient également de bonnes relations, New Delhi ne veut pas être considérée comme approuvant les actions de la Russie ou s’écartant de la politique étrangère traditionnelle de non-alignement de l’Inde.

Néanmoins, l’approche équilibrée de l’Inde a provoqué l’ire de Washington. Les États-Unis ont tenté de présenter le conflit en Ukraine comme un conflit entre un front uni d’États démocratiques et une Russie autoritaire isolée. La coopération prudente et soutenue de New Delhi avec Moscou a sapé cette représentation, parallèlement à l’assistance diplomatique de la Chine à la Russie et au soutien plus large de la Russie dans l’ensemble du Sud.

Le 11 avril, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a critiqué l’Inde pour les violations des droits de l’homme par des fonctionnaires du gouvernement lors d’un point de presse conjoint avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, le ministre indien de la Défense Rajnath Singh et le ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar. Les commentaires ont suscité des critiques immédiates dans les cercles politiques et sociaux indiens, d’autant plus qu’il n’y avait aucun avertissement de la part des responsables américains que la question serait discutée.

Les remarques de Blinken font suite à des critiques croissantes en Occident ces dernières années concernant le recul démocratique perçu de l’Inde sous le Premier ministre Narendra Modi, arrivé au pouvoir en 2014. Cela a accentué l’animosité de nombreux partisans de Modi envers le rôle historique de l’Occident en Inde. au cours des derniers siècles.

Sentant des frictions, d’autres grandes puissances ont cherché à capitaliser sur les divisions entre les États-Unis et l’Inde. La Russie a été particulièrement réceptive à la neutralité de l’Inde sur l’Ukraine et a rapidement augmenté ses exportations de pétrole vers l’Inde ces derniers mois à des prix fortement réduits. Cela a encore complété des années de liens énergétiques croissants entre l’Inde et la Russie grâce à la coopération dans les domaines du pétrole, du gaz naturel, du charbon et de l’énergie nucléaire, ainsi que l’augmentation des importations de matières premières entre les deux pays en dehors du secteur de l’énergie.

L’Inde est également depuis des années la principale destination des exportations d’armes de la Russie, ce qui a stimulé la coopération militaire. Le soutien traditionnel de la Russie à l’Inde à l’ONU se poursuivra également sans aucun doute grâce à l’adhésion du gouvernement indien au maintien du commerce.

L’UE, comme les États-Unis, a tenté de persuader l’Inde de prendre une position plus dure contre la Russie, et elle a noté le 28 mars qu’elle n’était «pas satisfaite» du refus de l’Inde de condamner la Russie pour avoir envahi l’Ukraine. Mais l’UE a largement limité ses critiques et s’est plutôt concentrée sur une stratégie de poursuite de relations plus constructives avec l’Inde.

En 2020, le partenariat stratégique UE-Inde: une feuille de route jusqu’en 2025 a été adopté pour améliorer les relations, tandis qu’en avril 2021, la stratégie de l’UE pour la coopération dans l’Indo-Pacifique a été dévoilée, avec un accent majeur sur l’augmentation de l’engagement avec l’Inde. Un mois plus tard, l’Inde et l’UE ont tenu une réunion virtuelle pour relancer les efforts visant à forger un accord de libre-échange et à renforcer les relations économiques.

Et début mai de cette année, Modi a effectué une tournée européenne dans trois pays. Le 2 mai, les sixièmes consultations intergouvernementales germano-indiennes ont eu lieu à Berlin, où la sécurité mondiale et l’expansion des relations bilatérales ont été discutées. Le 4 mai, le deuxième sommet Inde-Nord a eu lieu à Copenhague, avec des dirigeants du Danemark, d’Islande, de Finlande, de Suède et de Norvège. Plus tard dans la journée, Modi s’est envolé pour Paris pour rencontrer le président français nouvellement réélu Emmanuel Macron.

L’établissement de liens avec les États européens par le biais de forums bilatéraux et plurilatéraux, ainsi que d’initiatives plus larges avec l’UE, a aidé l’Inde à faire face à la pression accrue à laquelle elle est actuellement confrontée de la part des États-Unis, et cela montre également la volonté de l’Europe de s’engager avec l’Inde malgré les désaccords sur Russie.

L’opportunité la plus importante pour l’Inde sera sans doute la manière dont le conflit en Ukraine modifiera ses relations avec la Chine. Les critiques des États-Unis à l’égard de l’Inde ces dernières semaines ne sont pas passées inaperçues à Pékin, qui connaît divers affrontements frontaliers avec l’Inde depuis plus de 80 ans. Depuis 2020, les armées chinoise et indienne se sont engagées dans une confrontation tendue et meurtrière à travers certaines parties de leur frontière contestée.

De plus, le soutien de la Chine au Pakistan, qui a ses propres différends territoriaux avec l’Inde, ainsi que le refuge de l’Inde pour le chef spirituel du Tibet, le Dalaï Lama – la Chine a annexé le Tibet en 1951 et a depuis conservé le contrôle de la région – a traditionnellement causé des frictions entre Pékin et New Delhi. Alors que la Chine et l’Inde ont gagné en puissance depuis le début du siècle, leurs sphères d’intérêts qui se chevauchent en Asie sont également devenues plus prononcées.

Mais les deux pays ont gardé l’option de la diplomatie ouverte, et la flambée en cours à leur frontière n’a fait que cimenter le statu quo. L’Inde a prouvé qu’elle ne sera pas bousculée par l’armée chinoise, même si la montée en puissance et l’influence de la Chine au cours des dernières décennies ont été plus substantielles à l’échelle mondiale.

Les tensions se sont quelque peu apaisées depuis la période la plus violente de l’affrontement frontalier sino-indien de 2020 à 2021. Cela a conduit à la perception que la “diplomatie de voisinage” de la Chine, qui cherche à attirer l’Inde par des initiatives économiques, a pris le pas sur la “diplomatie de voisinage” de la Chine. stratégie de diplomatie des grandes puissances », qui cherche à utiliser des mesures plus énergiques pour faire accepter à l’Inde l’hégémonie régionale de la Chine.

Toute politique chinoise visant à désamorcer les tensions avec l’Inde découle de la crainte de Pékin que l’Inde entre dans une alliance de sécurité formelle avec les États-Unis, ce qui saperait gravement les ambitions chinoises dans la région Asie-Pacifique. Le dialogue quadrilatéral sur la sécurité (Quad en abrégé), qui comprend également le Japon et l’Australie, en plus de l’Inde et des États-Unis, n’a jusqu’à présent pas abouti à cela. Mais la création relativement soudaine de l’alliance de sécurité AUKUS en 2021 entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie a montré qu’une remise en cause des plans de la Chine dans la région est toujours possible.

Le choc de l’annonce d’AUKUS a clairement incité la Chine à rechercher une relation plus cordiale avec l’Inde. Le Pakistan reste la principale préoccupation de l’Inde, tandis que la Chine se concentre davantage sur la lutte contre les États-Unis dans la région Asie-Pacifique. Une trêve entre New Delhi et Pékin leur permettrait de réorienter leur politique étrangère pour faire face à leurs préoccupations les plus importantes, alors que les conséquences de l’invasion de l’Ukraine inaugurent un nouvel ordre mondial.

S’il sera difficile pour l’Inde et la Chine d’aplanir leurs différends, plusieurs pistes existent qui pourraient faciliter une amélioration de leurs relations. Encourager l’Inde à jouer un rôle plus important dans l’initiative chinoise Belt and Road (BRI) contribuera à créer des incitations économiques constructives pour cimenter des relations plus positives entre les deux pays.

L’Inde et la Chine font également partie de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) (aux côtés du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Pakistan, de la Russie, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan), un bloc politique, économique et sécuritaire international. La Russie, qui entretient des relations positives avec l’Inde et la Chine, apprécierait l’opportunité de montrer sa puissance diplomatique en arbitrant les différends entre New Delhi et Pékin dans une institution internationale sans implication occidentale.

De toute évidence, les grandes puissances sont de plus en plus disposées à courtiser l’Inde grâce au profil croissant du pays dans les affaires internationales. Pour la deuxième année consécutive, l’Inde devrait devenir la grande économie à la croissance la plus rapide au monde.

Mais la pression de Washington sur la réponse de New Delhi à la crise ukrainienne a également montré les limites de l’approche chaude et froide des États-Unis vis-à-vis de l’Inde. Les forces militaires américaines ont menacé l’Inde pendant la guerre indo-pakistanaise de 1971 et ont sanctionné l’Inde et le Pakistan à la suite de leurs essais nucléaires en 1998. En outre, le soutien et l’aide des États-Unis au Pakistan pendant sa guerre en Afghanistan et la guerre contre le terrorisme au sens large ont suscité de vives inquiétudes en Inde.

Cependant, l’Inde et les États-Unis ont également accru leur coopération bilatérale au cours des 30 dernières années, motivés par leur soutien au processus démocratique, leur méfiance à l’égard de la stratégie chinoise en Asie et leurs efforts pour lutter contre l’extrémisme islamique dans la région. Le partenariat croissant de l’Inde avec la Russie sur la sécurité, l’assistance diplomatique, l’énergie et une coopération commerciale plus large explique pourquoi New Delhi ne bougera pas de son engagement envers le non-alignement. Au lieu de reconnaître ces réalités, Washington a doublé sa critique des politiques adoptées par l’Inde.

La politique étrangère de l’Inde continuera à lui permettre d’attirer la coopération de toutes les autres grandes puissances. Bien que cela comprenne le maintien d’une relation naissante avec les États-Unis, l’absence de toute incitation supplémentaire pour l’Inde signifie que les efforts de l’administration Biden pour modifier la politique étrangère de l’Inde continueront d’être vains.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/u-s-pressure-on-india-forces-new-delhi-to-reassess-its-options/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire