La promesse d’un avenir plus vert de Justin Trudeau s’effondre face à son inaction climatique

0
139

Le Canada est sur la bonne voie pour rater une autre de ses cibles climatiques. Près de sept ans au pouvoir, les libéraux de Justin Trudeau se sont éloignés du triomphalisme climatique de leurs premiers jours au pouvoir. Bien sûr, ils sont meilleurs que leurs rivaux conservateurs — ils font au moins un effort. Mais ce n’est pas assez. Quel que soit le récit d’état préféré, les données suggèrent de mauvaises nouvelles à venir.

Un scoop de la journaliste Marieke Walsh dans le Globe et Courrier décrit comment le plan du gouvernement Trudeau visant à réduire les émissions de l’industrie pétrolière et gazière d’ici 2030 est sur la bonne voie pour un échec ignominieux. Le plan devrait atteindre environ la moitié de la réduction promise de 81 mégatonnes. Le rapport du gouvernement cité par le Globe suggère que bien que l’objectif puisse être atteint, c’est un long plan. Comme l’écrit Walsh, le rapport note que l’objectif est “techniquement réalisable”, mais seulement avec des “efforts extraordinaires”. Efforts par qui, on se demande. La réponse, évidemment, est le gouvernement et l’industrie – exactement les mêmes parties qui, jusqu’à présent, se sont révélées incapables de fournir efforts ordinaires sur les objectifs climatiques.

Le gouvernement Trudeau parie que l’industrie se mobilisera pour atteindre l’objectif de réduction. Il semble croire qu’il peut surmonter tout contrecoup des provinces pétrolières et gazières comme l’Alberta. Il est également heureux de faire confiance à des technologies coûteuses et non éprouvées telles que la capture et le stockage du carbone afin de combler tout écart entre la volonté de promettre et la capacité de livrer. Aucune de ces stratégies n’a fonctionné dans le passé. Le plan directeur semble moins viser à atteindre les objectifs climatiques et plus à remettre en question le vieil adage selon lequel la définition de la folie consiste à faire la même chose encore et encore et à s’attendre à un résultat différent.

Cependant, une cible manquée vaut mieux que pas de cible, et le Canada n’est certainement pas le seul pays au monde à faire trop de promesses et à ne pas livrer. En effet, ce jeu est la norme mondiale. Le Climate Action Tracker montre que les efforts de la plupart des États sont en deçà – ou bien en deçà – des objectifs de l’Accord de Paris. En fait, pas un seul pays n’est sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’accord. Les efforts du Canada se distinguent toutefois par leur cote « très insuffisant ». Malheureusement, pour un pays qui n’atteint jamais ses objectifs climatiques, ce n’est guère surprenant.

Les Canadiens sont des émetteurs de carbone notoires. Certains des pires au monde, en fait. En 2018, la moyenne mondiale de tonnes métriques par habitant était de 4,5 — les Canadiens, quant à eux, ont émis 15,5 tonnes. Le secteur pétrolier et gazier du Canada, dont les émissions ont augmenté de 74 % de 1990 à 2020, est un pollueur majeur. Selon Environnement et Changement climatique Canada, le secteur était le plus grand émetteur en 2020, « représentant 27 % des émissions nationales totales avec 179 mégatonnes ou équivalent de dioxyde de carbone (Mt CO2 eq) émis.

Parler d’un grand jeu sur le climat est de la bonne politique pour la plupart. Au printemps, au milieu des difficultés économiques et d’une pandémie qui ne s’arrêtera tout simplement pas, l’environnement est resté une préoccupation publique de premier plan. Les phénomènes météorologiques extrêmes, comme une tempête dévastatrice en Ontario en mai — la sixième catastrophe naturelle la plus coûteuse au pays — sont de plus en plus fréquents, et les gens sont de plus en plus disposés à accepter la nécessité de s’attaquer au changement climatique. Mais alors que les événements météorologiques extrêmes gardent la question à l’esprit, il ne semble pas encore y avoir beaucoup d’appétit pour punir les gouvernements qui ne font pas assez pour atténuer et s’adapter à ce qui s’en vient. Cela pourrait changer bientôt.

En 2020, Seth Klein a soutenu dans son livre Une bonne guerre que le Canada devrait mobiliser pour lutter contre les changements climatiques comme il l’a fait pendant la Seconde Guerre mondiale. La menace du changement climatique oblige le gouvernement et l’industrie à se comporter comme s’ils répondaient à une menace existentielle. Seules une mobilisation massive dans tous les secteurs et une volonté de changer notre façon de faire les choses peuvent nous amener là où nous devons être en matière de politique climatique. Cela signifie que des éléments qui sont normalement anathèmes, tels que le plein emploi et la refonte de l’économie, doivent être sur la table. Ce n’est qu’avec des mesures normalement prises en temps de guerre que les énormes exigences nécessaires à une transition rapide ne se traduiront pas par des douleurs et des souffrances massives.

Le Canada et le monde sont encore aux prises avec une idée qui devrait être simple, voire intuitive : pour relever le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, nous devons apporter des changements extraordinaires. Et ces changements signifieront vivre, bouger, manger, boire, produire et consommer différemment de ce à quoi nous sommes habitués, en particulier dans les États riches. Cependant, ces changements n’ont pas besoin d’être les mesures de répression néfastes qu’ils seront si nous attendons trop longtemps. Nous pouvons parer à cette menace existentielle en transformant la main-d’œuvre, en créant des emplois et en réduisant les inégalités dans l’acte même de remplir nos obligations climatiques.

Dans les années qui se sont écoulées depuis que Klein a écrit le livre, les choses ne se sont pas améliorées et aucune mobilisation généralisée ne semble se profiler à l’horizon. Le rapport 2022 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a une fois de plus tiré la sonnette d’alarme sur le péril mondial à venir. Malgré les engagements et les promesses, les émissions mondiales sont en hausse. Le secrétaire général de l’ONU a récemment averti que le moment était « maintenant ou jamais » de maintenir le réchauffement à 1,5 degré. Alors que le Canada est sur la bonne voie pour rater une autre cible, il semble que les libéraux de Trudeau aient choisi de ne jamais le faire.

Le dernier plan climatique du gouvernement Trudeau vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 45 % d’ici 2030, avec un objectif final de zéro émission nette d’ici 2050. Cette fois-ci, il y aura des vérifications et des évaluations indépendantes. Mais à quelle fin ? Persuasion morale? Punition par les électeurs si les objectifs sont manqués ? Encore un rappel que le pays n’en fait pas assez assez vite ? À ce stade, alors que le monde se dirige vers trois degrés de réchauffement, il est difficile d’être autre chose que pessimiste – aussi contre-productif que cela puisse être.

Les Canadiens devraient exiger mieux de leur gouvernement en matière de climat, tout comme ils devraient se préparer à travailler pour une cause mondiale qui nécessite des efforts extraordinaires. Mais le cœur de ces efforts doit être un changement sectoriel structurel et une mobilisation massive pour prévenir la catastrophe climatique.

Avec une telle approche, nous pouvons maintenir un bon niveau de vie tout en veillant à ce que chaque Canadien puisse en profiter, mais seulement si nous agissons maintenant — et agissons comme s’il n’y avait pas de lendemain. Ce changement ne devrait pas être payé uniquement par les États – via les revenus des contribuables – mais par les entreprises qui, pendant des années, ont extrait de la valeur du travail et de l’environnement sans payer le véritable coût de cette extraction.

Le gouvernement canadien devrait être impitoyable dans sa poursuite des réductions d’émissions dans le secteur pétrolier et gazier. Et les citoyens devraient lui demander des comptes à la fois pour ses échecs à fixer des objectifs adéquats et à atteindre ceux qui sont inadéquats. Nos vies en dépendent.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire