La propriété publique des entreprises énergétiques est le seul moyen de résoudre la crise énergétique

0
222

Il n’y a jamais eu de pire moment pour gérer notre système énergétique entièrement autour des actionnaires. Et il n’y a jamais eu de meilleur moment pour gérer l’énergie en propriété publique – pour les gens et la planète, pas pour le profit.

Comme la plupart d’entre nous au Royaume-Uni ne le savent que trop bien, nos factures d’énergie augmenteront d’un montant étonnant de 693 £ en avril. Tout le monde ressentira l’impact, et pour certains, cela signifiera un choix entre se chauffer et manger. Six millions de foyers seront plongés dans la précarité énergétique.

Il est bon de voir les travaillistes et d’autres voix réclamer une taxe exceptionnelle exceptionnelle sur les sociétés pétrolières et gazières de 10 % pour réduire les factures des gens. Bien sûr, nous en avons besoin, mais le gouvernement doit aller beaucoup plus loin. La crise du coût de la vie et la crise climatique ne seront pas résolues sans propriété publique.

D’autres pays nous montrent déjà comment cela peut être fait : une taxe permanente sur les bénéfices exceptionnels de 56 %, faisant avancer les investissements publics dans les énergies renouvelables, la gestion du réseau énergétique entre les mains de l’État et la protection des ménages avec une société d’approvisionnement publique. Nous pouvons copier les politiques sensées de pays comme la Norvège, le Danemark, l’Allemagne et la France au lieu de nous mettre la tête dans le sable.

Jusqu’à présent, le chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak, a exclu même une taxe exceptionnelle sur les bénéfices exceptionnels, mais il a tout le temps de changer d’avis, car les dommages causés par la hausse des factures d’énergie deviennent de plus en plus clairs. D’ici le 1er avril, We Own It lui demande, ainsi qu’au secrétaire aux affaires Kwasi Kwarteng, de s’engager publiquement à suivre les quatre étapes suivantes.

Les ressources naturelles comme le pétrole et le gaz, le vent, le soleil et l’hydroélectricité nous appartiennent à tous si elles appartiennent à quelqu’un – mais en ce moment, une poignée d’actionnaires en profite tandis que les ménages ordinaires souffrent.

Les recherches de Common Wealth montrent que les sociétés pétrolières et gazières ont distribué près de 200 milliards de livres sterling à leurs actionnaires depuis 2010. 20 milliards de livres sterling sont nécessaires pour maintenir les factures énergétiques des ménages à leur niveau actuel alors que les prix sont élevés – et les bénéfices de Shell et BP depuis 2010 couvriraient ce montant plus de sept fois plus. Cette année, ils devraient réaliser 40 milliards de livres supplémentaires de bénéfices et, au cours des trois dernières années, ils n’ont payé aucun impôt sur les sociétés sur leurs opérations en mer du Nord.

Le Royaume-Uni a gagné la loterie de la nature avec le pétrole et le gaz en mer du Nord et un énorme potentiel pour l’éolien et l’hydroélectricité. Mais nous le gaspillons. Les sociétés pétrolières et gazières opérant en Norvège paient un impôt sur les sociétés de 22 % et une taxe spéciale de 56 %. En d’autres termes, il y a un impôt permanent sur les bénéfices exceptionnels. Pour chaque tranche de 100 £ que la Norvège perçoit en taxes sur les barils de pétrole en mer du Nord, au Royaume-Uni, nous ne collectons que 8 £.

La Norvège a d’abord investi dans le développement de son hydroélectricité, si bien qu’aujourd’hui 98 % de l’énergie du pays est renouvelable. Il a ensuite utilisé sa richesse pétrolière pour créer Statoil (maintenant Equinor, détenue à 67% par l’État norvégien) et pour créer un fonds souverain pour l’avenir d’une valeur de 1,4 billion de dollars. Cela signifie que dans la crise énergétique actuelle, il paiera 80% des factures des gens au-dessus d’un prix plafonné.

Le monde entier – y compris la Norvège – doit arrêter de forer et passer aux énergies renouvelables pour faire face à la crise climatique. Mais pendant que nous autorisons les entreprises pétrolières et gazières privées à opérer, nous devrions les taxer au même niveau que la Norvège et utiliser cet argent pour investir dans l’énergie propre, verte et abordable du futur.

Le Royaume-Uni devrait créer une entreprise publique pour ouvrir la voie aux énergies renouvelables et lutter contre la crise climatique. Cela réduirait notre dépendance aux combustibles fossiles comme le gaz et nous orienterait plus rapidement vers les énergies renouvelables comme le vent et l’eau.

Une entreprise publique d’énergie renouvelable travaillerait au niveau local, régional et national pour assurer une transition juste. Cela renforcerait les compétences des travailleurs, fournirait des emplois décents au Royaume-Uni et améliorerait les communautés. Les bénéfices peuvent être reversés au trésor public ici au Royaume-Uni au lieu de sortir du pays.

D’autres pays nous montrent que c’est possible. L’État norvégien possède Statkraft, le plus grand producteur d’énergies renouvelables en Europe (qui opère au Royaume-Uni). La Norvège envisage également de créer une entreprise publique d’hydrogène. Pendant ce temps, le Danemark détient 50% d’Ørsted (anciennement DONG Energy), qui est le plus grand développeur mondial d’énergie éolienne offshore.

Environ 50 % de l’éolien offshore britannique appartient actuellement à l’État, mais seulement 0,07 % de celui-ci appartient à l’État britannique. C’est une énorme opportunité manquée, surtout pour un pays avec notre géographie.

Une fois l’énergie produite, elle doit être transportée à travers le pays. Le Royaume-Uni est le seul pays d’Europe à avoir entièrement privatisé son réseau de transport (à l’exception du Portugal, qui a été contraint de privatiser son réseau après la crise financière).

National Grid est responsable du transport du gaz à travers le continent britannique et du transport de l’électricité en Angleterre. En tant que consommateur, vous n’avez pas le choix — c’est un monopole privé. En 2021, les actionnaires de National Grid ont reçu 1,4 milliard de livres sterling de dividendes – de l’argent qui aurait pu être réinvesti dans le système.

Une poignée de sociétés de distribution privatisées acheminent également l’énergie – gaz et électricité – des centrales électriques jusqu’à votre domicile. Les actionnaires du monde entier profitent de ces monopoles. Par exemple, si vous êtes dans le Nord-Est, votre électricité est livrée à votre domicile par Northern Powergrid. Cette société appartient au conglomérat américain Berkshire Hathaway, qui appartient au milliardaire américain Warren Buffett. Si vous êtes à Londres, dans le sud-est ou dans l’est de l’Angleterre, votre électricité vous est livrée par UK Power Networks. L’été dernier, il a versé à son propriétaire milliardaire hongkongais, Li Ka-shing, un dividende de 237 millions de livres sterling pour la deuxième année consécutive.

Si nous amenions nos réseaux d’énergie – transmission et distribution – dans la propriété publique, nous économiserions 3,7 milliards de livres sterling par an. Cet argent pourrait être utilisé pour réduire les factures d’énergie et/ou pour investir dans les énergies renouvelables. Le gouvernement devrait racheter les entreprises, mais cet investissement serait rentabilisé en sept ans environ. Cela n’a aucun sens de laisser ces monopoles privés travailler pour les actionnaires au lieu du peuple britannique.

C’est maintenant le moment idéal pour créer une entreprise d’approvisionnement publique sur laquelle les gens peuvent compter, travaillant pour le public et non pour les actionnaires. Cette entreprise peut s’assurer que les gens ne se font pas arnaquer, planifier les fluctuations des prix mondiaux de l’énergie et investir dans les énergies renouvelables.

C’est déjà normal dans d’autres pays. En Allemagne, en France et en Italie, la plupart des gens obtiennent déjà leur énergie d’une entreprise publique. Les recherches montrent que les prix sont inférieurs de 20 à 30 % dans les systèmes à propriété publique. En Allemagne, les deux tiers de la population disposent de l’électricité municipale. En France, deux tiers des personnes obtiennent leur énergie d’EDF (Électricité de France, Électricité de France), qui appartient à 80 % à l’État. Le gouvernement a décidé qu’EDF encaisserait un coup pour amortir les ménages, de sorte que les factures d’énergie n’augmenteront pas de plus de 4 %.

Au Royaume-Uni, quarante sociétés de fourniture d’énergie ont récemment fait faillite, affectant près de 6 millions de clients. Le marché est dans le chaos. À l’heure actuelle, le gouvernement les laisse simplement s’effondrer ou intervient pour les renflouer. Par exemple, le gouvernement a prêté au moins 1,7 milliard de livres sterling d’argent public pour maintenir à flot l’entreprise en faillite Bulb (l’équivalent de plus de 1 000 £ par client).

C’est un énorme gaspillage de dépenser de l’argent public pour sauver des entreprises privées et de ne rien récupérer. La création d’une entreprise publique d’approvisionnement en énergie est un moyen facile pour le gouvernement d’offrir une option publique aux personnes sans avoir à racheter les entreprises existantes. Si et quand les entreprises privées échouent, leurs clients seront transférés au fournisseur public.


La crise de l’énergie est complexe et les hausses de prix ont été causées par un certain nombre de facteurs différents. La propriété publique n’est pas une solution miracle, mais c’est un outil essentiel que le gouvernement pourrait utiliser pour réduire les factures d’énergie des gens maintenant et planifier un avenir plus vert.

Une action urgente est désespérément nécessaire à la fois pour rendre la vie des gens vivable et pour lutter contre la crise climatique. Le gouvernement veut ignorer le rôle de la propriété, mais il ne peut pas être ignoré. Il importe pour qui notre système énergétique fonctionne et qui en assume les coûts. Il est maintenant temps de se battre pour un avenir énergétique qui fonctionne pour nous tous.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire