La rébellion en Équateur se termine par une victoire partielle

0
51

Après dix-huit jours de manifestations de masse, un « accord pour la paix » a été conclu entre le gouvernement équatorien et les principales organisations sociales le 30 juin pour rétablir la stabilité dans le pays. Les manifestations répondaient au plan du président Guillermo Lasso de réduire les subventions aux carburants et étaient dirigées par la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE), une organisation faîtière de divers groupes ayant une histoire de rébellions dirigeantes qui ont renversé plusieurs présidents.

La hausse du carburant proposée par Lasso, un ancien banquier élu l’an dernier, faisait partie d’un plan d’austérité plus large alors qu’il négocie un nouveau prêt avec le Fonds monétaire international. Mais au cours de la troisième année d’une pandémie qui a tué plus de 35 000 personnes, et au milieu d’une profonde crise du coût de la vie, le peuple équatorien a répondu avec force à l’appel de la CONAIE à une mobilisation illimitée pour vaincre le plan d’austérité.

Les protestations se sont rapidement propagées à travers le pays, y compris dans la capitale, Quito. Le mouvement a bloqué des routes, dont l’une des principales autoroutes, organisé de grandes manifestations et même arrêté et détenu des policiers. Dans certains domaines, c’est même allé plus loin. Dans les provinces de Tungurahua et Cotopaxi, les manifestants ont occupé les principaux bâtiments gouvernementaux, tandis que dans la ville de Puyo, ils ont incendié un poste de police. Pour cela, ils ont été confrontés à une répression sévère qui a coûté la vie à au moins six personnes.

Malgré le militantisme des protestations, une faiblesse était le manque de participation de la classe ouvrière organisée. La principale confédération syndicale du pays, le Front uni des travailleurs, est restée largement absente, rejetant les appels à la grève générale. Il y avait cependant des formes limitées d’action revendicative, comme celles des travailleurs des transports et des universités à Quito et dans d’autres villes. Cette absence d’action industrielle coordonnée à grande échelle contraste fortement avec une vague de protestation similaire en 2019, alors qu’elle était une caractéristique importante.

La rébellion de 2019 a commencé dans des circonstances presque identiques. Le président de l’époque, Lenín Moreno, a annoncé une hausse du prix du carburant dans le cadre des négociations d’un prêt du FMI, provoquant un véritable soulèvement populaire. Bien qu’elle soit à nouveau dirigée par la CONAIE, la classe ouvrière de Quito a joué le rôle clé en paralysant le pays par une grève générale. Le mouvement a ensuite atteint des niveaux presque insurrectionnels lorsque les manifestants ont pris d’assaut et occupé l’Assemblée nationale, obligeant le gouvernement à abandonner la capitale et à s’installer dans la ville côtière de Guayaquil.

Malgré la défaite des hausses de carburant, la rébellion de 2019 n’était qu’une victoire partielle. Tandis qu’il atteignait son objectif immédiat, à mesure que les manifestants gagnaient en confiance, leurs revendications se sont accrues pour inclure le renversement du gouvernement et l’installation d’une « Assemblée du peuple ».

Mais les dirigeants conservateurs des syndicats et surtout de la CONAIE ont reculé. Juste au moment où les revendications les plus radicales étaient soulevées, la CONAIE n’a pas tardé à conclure un accord avec le gouvernement pour mettre fin aux manifestations et déclarer la victoire. Ayant littéralement abandonné le siège du gouvernement et se trouvant dans une position extrêmement faible, Moreno n’a pas tardé à satisfaire les exigences plus conservatrices de la CONAIE. Les dirigeants de la CONAIE, réalisant que si le mouvement devait continuer à se radicaliser, ils pourraient en perdre le contrôle, étaient également enclins à ramener le gouvernement du bord du gouffre.

Bien que la rébellion de 2022 ait suivi un chemin très similaire, elle n’allait jamais atteindre le même niveau sans la participation de la classe ouvrière urbaine. Aussi, les dirigeants de la CONAIE ont voulu mettre un terme au mouvement bien plus tôt qu’en 2019. Cette fois, ils n’avaient aucune envie de voir se répéter des manifestants occupant l’Assemblée nationale et un gouvernement au bord de l’effondrement. Au lieu de cela, ils se sont contentés d’une réduction de 0,15 $ US sur le prix du carburant.

Les rébellions de 2019 et 2022 font partie d’une longue histoire en Équateur de la classe ouvrière et des peuples indigènes défendant leurs droits et leur niveau de vie contre l’austérité. En fait, ces rébellions ont été plus la règle que l’exception. Entre 1997 et 2005, trois présidents ont été évincés par des manifestations sociales de masse en réponse aux mesures d’austérité proposées.

Le pays a connu une brève accalmie après l’élection du président de gauche Rafael Correa en 2006 dans le cadre de la soi-disant marée rose – lorsqu’une série de gouvernements de gauche ont pris leurs fonctions en Amérique latine et ont supervisé divers degrés de redistribution des richesses vers la classe ouvrière.

Cependant, dans presque tous les pays de la marée rose, lorsque le boom des matières premières des années 2000 a pris fin, la redistribution a été remplacée par l’austérité et la répression et a conduit au retour de gouvernements de droite. En Equateur, la CONAIE est rapidement passée d’amie à ennemie de Correa. Depuis lors, la classe ouvrière et le mouvement indigène ont fait échouer deux tentatives d’austérité des gouvernements successifs.

Aujourd’hui, la classe dirigeante et la classe ouvrière de l’Équateur se trouvent dans une sorte d’impasse. Pendant des décennies, la classe dirigeante a été incapable de vaincre le mouvement indigène et les travailleurs urbains. Il veut le faire pour relancer son économie d’extraction de ressources. La classe ouvrière, pour sa part, fait preuve d’un militantisme, d’un radicalisme et d’une persévérance rarement égalés, mais est finalement paralysée par sa direction réformiste.

Un résultat bienvenu de la rébellion de 2022 est que l’aile gauche de la CONAIE a été renforcée et l’aile droite affaiblie. La CONAIE a un parti politique affilié appelé Pachakutik, avec 27 membres à l’Assemblée nationale. Les divisions à gauche entre le bloc de Correa et Pachakutik, qui représente l’aile droite de la CONAIE, ont conduit Pachakutik à former une alliance pour aider à élire Lasso au lieu du candidat préféré de Correa au second tour des élections de l’année dernière.

Tout au long de la rébellion, les politiciens Pachakutik sont restés fermement attachés aux procédures parlementaires pour mettre fin à la crise. Même lorsqu’un vote parlementaire a eu lieu le 28 juin pour évincer Lasso, deux des membres du parti se sont abstenus. Cela contrastait fortement avec le rôle de l’aile gauche de la CONAIE, qui n’a pas tardé à appeler à des manifestations de masse et les a soutenues pendant près de trois semaines.

Mais même l’aile gauche de la CONAIE s’est révélée pleine de conciliateurs. Pour faire avancer les choses, lorsque le prochain paquet d’austérité arrivera inévitablement, les modérés devront être mis à l’écart.

Source: https://redflag.org.au/article/rebellion-ecuador-ends-partial-victory

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire