La rencontre de Biden avec MBS risque de devenir un cadeau à un autocrate

0
74

Source de la photographie : La Maison Blanche de Washington, DC – Domaine public

Le président Joe Biden fait venir le prince héritier saoudien du froid. Le bilan de Mohammed ben Salmane en matière de droits humains reste catastrophique, mais Biden semble avoir décidé que – pour faire baisser les prix du carburant et renforcer l’alliance contre l’invasion russe de l’Ukraine – il devait cesser de tenir le prince héritier à distance.

Mais la décision de rencontrer MBS, comme on l’appelle souvent, risque d’être profondément contre-productive.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie ne se limite pas à l’intégrité territoriale d’un État souverain. Cela reflète également une attaque du président autocratique russe, Vladimir Poutine, contre les aspirations démocratiques du peuple ukrainien, qui jette une lumière crue sur le régime de plus en plus répressif de Poutine.

C’est-à-dire que le conflit ukrainien représente non seulement un défi militaire à l’Ukraine, mais aussi un défi politique à la démocratie. Mais alors que la Russie aujourd’hui en Ukraine est confrontée aux limites géographiques de sa capacité militaire conventionnelle, la lutte mondiale entre l’autocratie et la démocratie est mondiale. C’est pourquoi Biden aurait dû résister à la pression de rencontrer le prince héritier autocratique.

Si Biden réduit la guerre en Ukraine à une simple lutte géopolitique, les autocrates du monde auront de quoi se réjouir. Ils diront que les démocraties proclament leurs valeurs mais les vendent ensuite pour un réservoir d’essence moins cher.

Le problème s’étend bien au-delà de Poutine, qui ne prend pas la peine de présenter sa kleptocratie répressive comme un modèle pour le monde.

Au contraire, l’adversaire le plus important dans la lutte entre l’autocratie et la démocratie est le gouvernement chinois, qui vante sa dictature comme un modèle de gouvernance supposément supérieur et semble savourer les occasions de présenter l’engagement du gouvernement américain en faveur de la démocratie et des droits de l’homme comme hypocritement sélectif.

MBS est un dictateur brutal. Les États-Unis ne devraient pas réhabiliter son image.

La principale raison de l’étreinte possible du prince héritier par Biden est la promesse saoudienne de pomper de modestes quantités de pétrole supplémentaire pour atténuer partiellement le manque à gagner causé par les sanctions imposées à la Russie pour son invasion. Les prix de l’énergie ont bondi dans le monde entier et Biden veut être vu en train de prendre des mesures pour endiguer l’inflation.

Pourtant, MBS reste un dictateur brutal. Il a durement réprimé toute dissidence dans le royaume. Une évaluation des services de renseignement américains attribue le meurtre par le gouvernement saoudien du journaliste indépendant Jamal Khashoggi à l’approbation directe de MBS.

Les modestes avancées pour les droits des femmes sous son règne – par exemple, laisser les femmes conduire – se sont accompagnées de l’emprisonnement et de la torture de militantes des droits des femmes. L’amélioration de la vie des femmes, selon Mohammed ben Salmane, doit être garantie par la prérogative monarchique, et non par la revendication de leurs droits par le peuple.

De plus, depuis 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a bombardé à plusieurs reprises des civils yéménites. Le gouvernement saoudien a accepté le 2 juin une prolongation de deux mois d’un cessez-le-feu de deux mois au Yémen. Mais Riyad n’a fait aucune tentative sérieuse pour rendre des comptes sur les crimes de guerre commis contre des civils yéménites, ce qui signifie que les meurtres de civils pourraient facilement augmenter à nouveau si les combats reprennent.

Biden avait raison de se tenir à distance d’un tel tyran. Rien ne justifie maintenant de l’admettre dans le royaume des dirigeants respectables.

Les efforts de Biden pour construire et maintenir une coalition mondiale en faveur de l’Ukraine ne justifient pas cette décision. Oui, la baisse des prix du pétrole peut aider à maintenir l’unité occidentale sur la Russie – et peut calmer les consommateurs américains. Mais si cela se produit au détriment des valeurs démocratiques également en jeu, la décision pourrait facilement se retourner contre elle.

Les exécutions sommaires par l’armée russe et les bombardements aveugles de zones peuplées d’Ukraine ont été épouvantables. Ils doivent être arrêtés et les hauts fonctionnaires qui les dirigent poursuivis.

Mais comme l’administration Biden l’a reconnu, le Kremlin n’est pas le principal défi à la démocratie aujourd’hui. Au contraire, le gouvernement qui a à la fois les moyens économiques et l’inclinaison politique pour promouvoir un régime autocratique comme alternative à la démocratie est la Chine.

Contrairement à la guerre brutale de la Russie, le soutien de la Chine à l’autocratie repose davantage sur la pression diplomatique et économique. Il affirme que les démocraties sont trop désordonnées, myopes et lentes contrairement aux impositions dictatoriales du Parti communiste chinois.

Pékin utilise des menaces de représailles économiques contre les gouvernements qui pourraient condamner sa répression brutale (par exemple, sa détention d’un million de Ouïghours et d’autres musulmans turcs pour les forcer à abandonner leur religion, leur culture et leur langue) ou ses politiques intéressées ou inefficaces ( comme ses premiers échecs à contenir le virus COVID-19, ou ses politiques extrêmes actuelles de « zéro-COVID », car Xi Jinping ne peut pas admettre l’erreur.)

Pendant ce temps, le gouvernement chinois cherche toutes les occasions de mettre en lumière les incohérences dans l’engagement des États-Unis envers la démocratie. C’est pourquoi il est si important que les États-Unis répondent au défi militaire de la Russie en Ukraine d’une manière qui embrasse les valeurs démocratiques en principe et en pratique.

Ce que Biden peut faire en Arabie saoudite

Biden ayant maintenant décidé de poursuivre et de rencontrer MBS, il devrait élever – et non abandonner – les valeurs démocratiques en jeu.

Premièrement, il devrait s’exprimer avec force et publiquement sur les horreurs continues des droits de l’homme sous le règne du prince héritier saoudien. Une simple mention que Biden a discuté des « droits de l’homme » en privé avec le prince héritier (comme Biden l’a fait après sa rencontre de juin 2021 avec Poutine) ne suffira pas. Le test est de savoir si le peuple saoudien entend les détails de ce qui a été discuté, car il a la plus grande capacité à faire pression pour une véritable réforme. Ils doivent se sentir enhardis, et non abandonnés, par la réunion.

Deuxièmement, Biden devrait résister à un nouveau chantage. Il est trop tôt pour reprendre la vente d’armes offensives à l’armée saoudienne, étant donné que peu de choses s’opposent à de nouveaux bombardements de civils yéménites, et qu’il n’y a eu aucune responsabilité pour les crimes de guerre passés.

Biden devrait également rejeter la demande saoudienne au gouvernement américain d’intervenir pour mettre fin aux poursuites civiles devant les tribunaux américains contre Mohammed bin Salman pour le meurtre de Khashoggi. Étant donné que le système judiciaire saoudien n’a fait aucun effort sérieux pour poursuivre ceux qui ont ordonné le meurtre brutal de Khashoggi, les poursuites civiles sont l’une des rares formes de responsabilité restantes. En outre, Biden devrait déclarer que son administration imposera des sanctions ciblées aux responsables saoudiens qui continuent de diriger de graves violations des droits.

Enfin, Biden devrait aller de l’avant avec une législation qui ferait pivoter les États-Unis vers une transition énergétique verte et s’éloignerait des combustibles fossiles qui autonomisent les pétro-autocrates comme MBS et Poutine tout en accélérant l’effondrement du climat.

Seule une adhésion publique aussi ferme aux droits de l’homme et à la démocratie aura une chance de défendre les valeurs démocratiques qui sont également au cœur de la guerre en Ukraine. Sinon, Biden risque de n’obtenir que des gains à court terme en fournissant un soutien militaire à l’Ukraine tout en sapant la lutte politique mondiale bien plus importante pour la démocratie avec la Chine.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/04/bidens-meeting-with-mbs-risks-becoming-a-gift-to-an-autocrat/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire