La revanche des koalas au barbecue – Mother Jones

0
98

Freder/Getty

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

C’était un massacre de koalas. Il y a deux ans, la pire crise des incendies de forêt en Australie a laissé un nombre sans précédent d’animaux sauvages chéris du pays carbonisés ou morts, parmi lesquels des dizaines de milliers de koalas. Les photos de notre marsupial emblématique aux pattes grillées ont choqué le monde. Dans de grandes parties de l’est de l’Australie, les koalas sont désormais en voie de disparition.

Samedi, alors que le pays se rendait aux urnes pour une élection nationale, je ne pouvais pas ébranler ces images indélébiles de destruction et ce qu’elles prédisaient pour un pays de plus en plus balayé par des catastrophes climatiques extrêmes. Je n’étais pas seul.

L’Australie a renversé de manière retentissante son gouvernement conservateur samedi après que la coalition au pouvoir dirigée par Scott Morrison a subi des pertes brutales dans un large éventail de districts. Alors que les votes étaient encore comptés jusqu’aux premières heures du dimanche matin en Australie, il est devenu clair que “ScoMo”, comme il est connu, n’avait tout simplement pas les chiffres pour former un gouvernement, même en minorité. Cet honneur reviendra au parti travailliste de centre-gauche et à son chef, Anthony Albanese, qui deviendra le 31e Premier ministre du pays. L’élection met fin à neuf ans de gouvernements conservateurs qui ont pris des engagements climatiques bas et ont minimisé l’urgence d’un continent particulièrement vulnérable au réchauffement climatique.

Il reste à voir quel type de gouvernement albanais, surnommé “Albo” par les Australiens, peut rassembler, mais une majorité parlementaire absolue reste une possibilité. Alors qu’une victoire travailliste était prédite depuis longtemps par les sondages nationaux, la bataille allait toujours se dérouler dans une série de districts oscillants sur des questions économiques essentielles comme l’inflation et la croissance des salaires. Les travaillistes ont saisi les districts des conservateurs à travers le pays, surfant sur une forte vague anti-Morrison. Mais il y a eu un gros rebondissement dans ce cycle électoral: un groupe de candidats indépendants soi-disant «sarcelles» axés sur le changement climatique semblait sur le point de renverser une série de hauts conservateurs dans les principales circonscriptions de Sydney et de Melbourne, contribuant à éroder les chiffres du gouvernement. et positionner les travaillistes pour la victoire. Ces « sarcelles » ont placé l’action climatique et la réforme anti-corruption en tête de leur ordre du jour, et leurs efforts ont été soutenus par un effort de base inhabituellement actif. C’est un résultat potentiellement révolutionnaire qui pourrait ouvrir un chapitre inhabituellement prometteur dans les drames en cours en Australie sur l’action climatique, qui a contribué à une crise vertigineuse du leadership politique au cours de la dernière décennie.

“Ensemble, nous pouvons mettre fin aux guerres climatiques”, a déclaré Albanese dans son discours de victoire à Sydney. “Ensemble, nous pouvons profiter de l’opportunité pour l’Australie d’être une superpuissance des énergies renouvelables.”

On se souviendra probablement de Scott Morrison comme d’un spin-docteur à la peau fine qui n’a pas réussi à faire tourner ses erreurs assez fort pour remporter une autre élection. Il a avoué avoir gâché le déploiement du vaccin en Australie, ce qui a eu pour effet d’étendre les mesures de prévention strictes de Covid, et a promis de réformer son style de leadership “bulldozer” s’il était réélu. Tout au long de son mandat, ScoMo et ses collègues conservateurs sont restés insensibles, tant dans la politique que dans le ton, à une série brutale de catastrophes extrêmes qui ont assailli le pays. Sa promesse de fin de campagne de permettre aux nouveaux propriétaires d’utiliser leurs fonds de retraite pour acheter sur le marché immobilier australien en surchauffe n’a pas suffi à séduire les électeurs. L’analyse des pertes dans certains cœurs conservateurs traditionnels présentera le parti de ScoMo, qui s’est incliné encore plus à droite ces dernières années, un douloureux post-mortem.

Ce fut tout sauf une saison de campagne inspirante. Les Australiens ont reçu un régime régulier de partisanerie négative et de dénigrement pendant six semaines d’apparat électoral morne. Mais s’il y a un message que je retiens des premiers résultats : les guerres climatiques qui ont dominé la politique australienne viennent d’être réinitialisées. Il y a deux semaines, je me suis demandé si l’image des koalas brûlés pendant la crise des incendies de forêt en Australie suffirait à inciter les Australiens à faire des choix différents.

Il y a plus de votes à compter et plus de tendances à analyser. Mais, pour l’instant, je suis prêt à l’appeler : Celui-ci est pour les koalas.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire