La révolte en Iran, un an après

0
170

Le meurtre de Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans, par la police iranienne des mœurs en septembre dernier a déclenché la plus grande révolte en Iran depuis la révolution de 1979. Ce qui a commencé comme une manifestation à Saqqez, la ville natale de Gina Mahsa Amini, s’est rapidement transformé en une révolte nationale contre l’État iranien. Pendant six mois, des centaines de milliers d’étudiants, de travailleurs, de jeunes et de personnes âgées sont descendus dans la rue au cri de guerre « Jin, Jiyan, Azadi ! (Les femmes, la vie, la liberté).

À la veille du premier anniversaire de la rébellion, il est important de réfléchir à l’une des luttes les plus inspirantes de ce siècle. Cela témoigne du potentiel des mouvements radicaux à lutter contre l’exploitation et l’oppression. Cela démontre comment la lutte accroît la confiance et la conscience des opprimés. Plus important encore, cela nous met en évidence le pouvoir potentiel de la classe ouvrière pour gagner un monde sans oppression.

Les femmes ont joué un rôle de premier plan dans le soulèvement. Elles ont été les premières à protester – lors des funérailles d’Amini à Saqqez – en agitant leur foulard dans leurs mains en scandant « Mort au dictateur ! ». Les écolières ont courageusement défié les directeurs qui refusaient de soutenir les manifestations, les chassant parfois de l’enceinte de l’école en scandant « »Bi Sharaf! » (disgrâce!).

Les minorités ethniques ont organisé les manifestations les plus importantes et les plus militantes. Dans la province du Sistan-Baloutchistan, les rassemblements hebdomadaires de milliers de personnes se poursuivent encore aujourd’hui, malgré la féroce répression étatique.

L’oppression n’est pas seulement quelque chose qui engendre l’angoisse et la souffrance. Cela peut aussi donner lieu à des résistances. En se levant et en ripostant, les opprimés peuvent acquérir la confiance nécessaire pour contester leur oppression. Un groupe de femmes Baloutches a décrit leur expérience du soulèvement comme transformatrice :

“Avant la lutte, nous essayions d’améliorer certains aspects de la loi, nous demandions au clergé de ne pas empêcher l’éducation des filles et à nos pères de ne pas nous forcer à nous marier lorsque nous étions enfants… mais après la mort de Mahsa, nous nous sommes retrouvés à l’avant-garde du combat. lutte. Tout d’un coup, avec une passion et une énergie indescriptibles, nous, les femmes Baloutches, exigeons la vie et la liberté. Une vie libre de toutes chaînes, de toute forme d’oppression.

Ces femmes ne plaidaient plus pour l’atténuation des pires aspects de leur oppression. Ils ont commencé à exiger, selon leurs propres mots, « rien de moins qu’une libération totale ».

La lutte a également transformé la manière dont les Iraniens interagissent les uns avec les autres, remettant en question les tactiques de division pour régner de la classe dirigeante. Le régime a tenté dès le départ de semer la division au sein du mouvement. Après les forces de sécurité massacré plus de 90 manifestants Au Sistan-Baloutchestan, les responsables ont affirmé que c’était la faute des milices sunnites soutenues par l’Arabie Saoudite.

Mais la tentative d’attiser les flammes du sectarisme s’est retournée contre lui lorsque des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue en solidarité avec les manifestants assassinés. Les chants « Vive les Kurdes, les Arabes, les Baloutches ! » et « Du Kurdistan à Téhéran ! s’est généralisé à mesure que le mouvement a pris un caractère explicitement anti-sectaire.

La rébellion témoigne également de la capacité des étudiants à agir comme un détonateur social. Les jeunes constituent souvent la force la plus créative et la plus dynamique des mouvements de masse. Dans les jours qui ont suivi le meurtre d’Amini, les étudiants ont éclaté en révolte. Les universités étaient transformé en centres de résistance et d’organisation. Les étudiants ont défié les règles de ségrégation entre les sexes, organisé de vastes occupations et exhorté leurs enseignants à soutenir le mouvement en se mettant en grève. L’État s’est mobilisé pour écraser les étudiants, mais cela n’a fait qu’attiser leur colère.

À la suite d’une attaque contre l’Université Sharif, les étudiants de Téhéran ont appelé à l’occupation des campus à l’échelle nationale. Ils ont prévenu que la répression gouvernementale ne les arrêterait pas : « Nous continuerons à nous battre… même lorsque vous nous tirez les cheveux et que vous nous frappez la tête par terre, c’est vous qui avez peur de nous !

Les étudiants étaient au centre de la rébellion. Mais en tant que couche sociale, les étudiants n’ont pas la capacité de renverser la République islamique. Seule la classe ouvrière a le pouvoir de frapper au cœur des profits capitalistes et de mettre à genoux les responsables de toutes les formes d’oppression.

C’était donc inspirant de voir cela commencer à se produire à travers le pays. Syndicats d’enseignants indépendants a lancé une série de grèves à l’échelle nationale en réponse à la persécution des étudiants universitaires par le régime. Les travailleurs du pétrole, du gaz et de la pétrochimie ont suivi, annonçant des grèves continues dans les raffineries du sud du pays. Ils criaient « Nous sommes tous Mahsa ! » alors qu’ils abandonnaient leurs outils et rejoignaient le mouvement. Les travailleurs ont fait monter les enjeux de la lutte en combinant les revendications politiques du soulèvement avec des revendications économiques de longue date.

La minorité des travailleurs révolutionnaires a soutenu que la lutte contre l’oppression est indissociable de la lutte contre l’exploitation. Pour que la libération soit réalisée, les racines économiques de l’oppression doivent être détruites. Selon les mots des travailleurs de la canne à sucre, « Pour avoir du pain et de la liberté, ne laissons pas seules les femmes de la révolution ».

À l’approche de la Journée internationale de la femme, les travailleurs du pétrole appellent à une mobilisation totale. « Nous savons à quel point la religion et la discrimination sexuelle ont toujours été des outils entre les mains du gouvernement pour opprimer la société tout entière », écrivent-ils. « Le 8 mars est le jour pour lutter contre cette injustice. Le Conseil d’organisation appelle tous les travailleurs du secteur pétrolier et de tous les autres centres de travail à cette manifestation nationale. Le 8 mars est la journée de la femme, de la vie et de la liberté.

Malheureusement, la participation des travailleurs s’est limitée aux sections les plus politiquement conscientes et les plus organisées, en particulier les enseignants et les travailleurs du secteur pétrolier. Même si beaucoup ont participé individuellement aux manifestations, des couches plus larges de travailleurs n’ont pas rejoint le soulèvement en tant que classe. Cela a limité la capacité de la lutte pour défier le régime. Comme dans la plupart des mouvements de masse récents, les idées et stratégies libérales et réformistes prédominaient, tandis que les forces de la gauche révolutionnaire étaient trop faibles pour influencer les événements. La lutte était dans une impasse. Finalement, le gouvernement a repris le contrôle et a vaincu le soulèvement.

Cela ne veut pas dire que la lutte est terminée. Au contraire, la rébellion des femmes, de la vie et de la liberté a aggravé la crise économique et politique actuelle qui frappe la République islamique. Il faut le comprendre comme la dernière rupture dans un processus révolutionnaire en cours.

En Iran, des périodes récurrentes de révolte sociale depuis 2018 ont contribué à une radicalisation continue parmi les couches d’étudiants et de travailleurs. La réponse de plus en plus répressive du régime aux rébellions n’a fait qu’alimenter sa crise de légitimité croissante. Et les nouvelles formes d’organisation nées de cette rébellion, notamment les comités de quartier et les syndicats d’enseignants, contribueront à jeter les bases d’un approfondissement des luttes futures.

Cela a des implications au-delà de l’Iran. Le régime est une force de contre-révolution dans la région : les mouvements qui menacent l’ordre régional sont massacrés à coups de balles et de bombes. Cela signifie que tout défi sérieux lancé à la République islamique ébranlerait également les fondations de nombreux dictateurs arabes despotiques et des factions soutenues par le régime.

Espérons que grâce à tout cela, une gauche socialiste pourra se construire pour les luttes du futur. A la veille du premier anniversaire de la mort d’Amini, un groupe de comités de quartier a publié une déclaration déclarant leur engagement à reconstruire un courant politique marxiste en Iran :

« Notre vision est de construire une société où la production est motivée non pas par la recherche du profit de quelques privilégiés, mais par les besoins collectifs de la communauté… en substance, une société libre et socialiste où chaque individu contribue selon ses capacités. et reçoit selon ses besoins.

Ce sont tous des signes d’espoir dans la lutte pour les femmes, la vie et la liberté à venir.

Source: https://redflag.org.au/article/revolt-iran-one-year

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire