La révolution haïtienne aujourd’hui et les limites de la solidarité symbolique

0
71

Manifestant en Haïti début mars 2004, protestant contre le coup d’État du 29 février. Il fait définitivement face au fusil d’assaut d’un soldat américain en levant les deux mains avec ses cinq doigts tendus pour symboliser le mandat de cinq ans mandaté par la constitution haïtienne que le président Aristide n’a pas été autorisé à terminer. – Photo : Projet d’information sur Haïti.

En 1826, le Congrès de Panama a été organisé par Simon Bolivar, comprenant des représentants du Pérou, du Mexique et de ce qui était alors la Grande Colombie (Colombie, Équateur, Panama et Venezuela) et les Provinces Unies d’Amérique centrale (Guatemala, El Salvador, Honduras , Nicaragua et Costa Rica). Bolivar, qui avait été réfugié deux fois en Haïti, a promis qu’Haïti serait invité à ce qui était sans doute le premier sommet panaméricain international dans le but d’unifier les Amériques contre les intérêts impériaux de l’Espagne. Le gouvernement américain a cependant reconnu une opportunité d’étendre son hégémonie dans la région en mettant en œuvre la doctrine Monroe. S’inscrivant comme le nouveau « protecteur » de la région, il a insisté pour qu’Haïti, nation exemplaire de la révolution noire anti-esclavagiste, soit exclue du Congrès. Même ceux qui étaient les plus attachés à l’unification anti-impérialiste ont accepté la condition – une trahison qui a établi un modèle non seulement contre Haïti mais contre d’autres pays qui tentent de suivre une voie indépendante de l’impérialisme nord-américain.

Depuis que le peuple haïtien a réussi à renverser l’esclavage et le colonialisme français en 1804, le gouvernement américain a refusé de reconnaître la république haïtienne indépendante ; au lieu de cela, les États-Unis se sont rangés du côté du gouvernement français pour isoler Haïti à l’échelle internationale et forcer le peuple haïtien à payer une “restitution” à ses anciens esclavagistes en France, un vol massif bien documenté dans le récent À PRÉSENT article « La racine de la misère d’Haïti : réparations aux esclavagistes ».

Faisant écho à cette histoire de l’exclusion américaine d’Haïti en 1826, l’administration Biden a convoqué un autre Sommet des Amériques à Los Angeles, excluant Cuba, le Venezuela et le Nicaragua de la participation. Il y a eu une attention internationale massive et une opposition des progressistes à cette mesure. Le Comité d’action d’Haïti faisait partie de cette opposition et est entièrement solidaire des peuples de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua.

Par rapport à l’opposition à cette exclusion, il y a eu peu d’opposition internationale à l’exclusion par l’administration Biden du peuple haïtien d’une représentation authentique au même sommet. Au lieu de cela, le peuple haïtien était « représenté » par le parti au pouvoir, le parti haïtien Tet Kale (PHTK), une dictature néocoloniale installée, financée et armée par le gouvernement américain pendant l’occupation d’Haïti par l’ONU qui a suivi le coup d’État orchestré par les États-Unis en 2004 contre le président. Jean-Bertrand Aristide et l’Organisation politique Fanmi Lavalas. Ce coup d’État a également été soutenu par les gouvernements français et canadien. Le 7 juin 2022, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken était directement interrogé par le journaliste Eugene Puryear sur les raisons pour lesquelles l’administration Biden a exclu Cuba, le Venezuela et le Nicaragua de son sommet, mais a donné le “traitement du tapis rouge” à la dictature du PHTK soutenue par les États-Unis en Haïti.

En opposition au sommet de l’administration Biden, un large éventail d’activistes a organisé un sommet populaire simultané et réussi, également tenu à Los Angeles, qui comprenait Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. Le Sommet a été une étape importante dans l’élargissement et l’approfondissement des liens de solidarité internationale.

Mais la question demeure pour les militants anti-impérialistes alors que nous organisons de nouveaux forums, alliances et actions internationales : le mouvement populaire révolutionnaire d’Haïti sera-t-il vraiment représenté et impliqué dans la direction de ces efforts ? Malheureusement, certains militants américains ont soutenu et promu les «gauchistes» haïtiens qui ont fait leurs preuves en permettant et / ou en justifiant le coup d’État de 2004 soutenu par les États-Unis. Un exemple est Raoul Peck, le cinéaste renommé, qui appartenait au groupe pro-coup 184 financé par le gouvernement américain. Il était également membre d’un groupe d’intellectuels haïtiens qui s’opposaient à la célébration du bicentenaire de la Révolution haïtienne avant le coup d’État. Après le coup d’État, Peck a mené publiquement et internationalement une campagne de diffamation contre le président Aristide. Pour plus d’informations sur le rôle de Peck et d’autres intellectuels haïtiens dans le coup d’État et les récompenses qui leur ont été accordées après le coup d’État, consultez cet article.

Un autre exemple est Camille Chalmers, un représentant présumé du mouvement populaire haïtien. Bien que Chalmers ait été un participant de premier plan aux précédents Forums sociaux mondiaux et possède un vocabulaire de gauche bien versé, il a également une histoire de collaboration avec l’impérialisme américain en Haïti. Chalmers est un leader de la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour le développement alternatif (PAPDA), une organisation soutenue par Grassroots International. L’un des journalistes qui a documenté les liens entre PANDA et les gouvernements américain et canadien pendant les premières années du coup d’État est Anthony Fenton. Comme l’a noté Pierre Labossière, le co-fondateur du Comité d’action d’Haïti :

” Camille [Chalmers] et le PAPDA a soutenu le coup d’État sanglant raciste et impérialiste en Haïti mené par les États-Unis, la France et le Canada contre le gouvernement Lavalas démocratiquement élu et populaire du président Jean-Bertrand Aristide. Le regretté sénateur Jesse Helms a été la force motrice pour provoquer le coup d’État. Après deux tentatives infructueuses de « contras » haïtiens, composés de membres de l’escadron de la mort du FRAPH, de l’armée répressive dissoute et des tontons macoutes de Duvalier, les forces spéciales des États-Unis, de la France et du Canada ont perpétré l’enlèvement/le coup d’État du 29 février 2004, le année du bicentenaire de la Révolution haïtienne. Il a fait environ 10 000 victimes. L’occupation continue des États-Unis et de l’ONU pendant 18 ans pour consolider le coup d’État avec le Brésil et d’autres pays d’Amérique latine rejoignant les États-Unis a ajouté au nombre de nos sœurs et frères tués, leurs vies détruites et fuyant Haïti en tant que réfugiés.

Le PAPDA de Camille Chalmers faisait partie du gouvernement d’extrême droite Latortue imposé au peuple haïtien par les États-Unis, la France et le Canada immédiatement après le coup d’État. Le bilan des atrocités de ce gouvernement et des coups d’État successifs installés par les États-Unis est bien documenté et se poursuit à ce jour.

Camille Chalmers et la PAPDA ne se sont pas contentés de soutenir le coup d’État de février et de participer au gouvernement imposé qui a régné après le coup d’État, un régime qui emprisonnait et tuait des milliers de militants et sympathisants Lavalas. En mars 2004, immédiatement après le coup d’État, Camille Chalmers et la PAPDA ont fait circuler une lettre exhortant les gens à s’opposer publiquement à l’offre d’asile du gouvernement jamaïcain au président Aristide et à Mme Mildred Aristide qui se trouvaient en République centrafricaine après y avoir été emmenés de force par un agent américain. avion militaire. Beaucoup craignaient pour leur vie. Au grand risque, la membre du Congrès Maxine Waters s’est envolée pour la République centrafricaine pour amener les Aristides en Jamaïque. Dans cette lettre, Chalmers et une poignée d’autres ont exhorté leurs “partenaires caribéens à faire pression sur leurs gouvernements respectifs afin qu’ils comprennent que la présence de M. Aristide constitue une menace réelle pour le processus démocratique naissant et fragile”. En d’autres termes, ils voulaient que les Aristide soient bannis des Caraïbes tandis que la nouvelle dictature en Haïti consolidait son pouvoir par une vague d’exécutions extrajudiciaires. Au même moment, l’administration Bush exerçait une énorme pression sur le gouvernement jamaïcain, obligeant les Aristide à accepter l’asile en Afrique du Sud.

Le récent À PRÉSENT l’article « Demander des réparations, finir en exil » a clairement indiqué que le coup d’État contre le président Aristide était avant tout une réponse à son appel à des réparations pour l’argent qu’Haïti avait été contraint de payer à la France pour ses « biens perdus », sous la forme de êtres humains.

Connaissant cette histoire, la défunte activiste guyanaise vétéran Andaiye et Margaret Prescod, toutes deux de Women of Color/Global Women’s Strike, ont dû dénoncer le comité organisateur du Forum social mondial en 2006 pour avoir invité Chalmers. Andaiye a déclaré :

« La solidarité dans la lutte pour la justice sociale doit être internationale. Il n’est pas acceptable d’être solidaire avec le peuple vénézuélien, mais pas solidaire avec le peuple haïtien ; ce n’est pas acceptable d’être pour l’Irak, mais contre Haïti.

Alors que Chalmers s’efforçait d’empêcher les Aristides de recevoir l’asile en Jamaïque, la répression provoquée par le coup d’État de 2004 qu’il a soutenu a continué de s’intensifier, aboutissant à une série incessante de massacres par des paramilitaires contre les quartiers populaires et pauvres qui sont les bases de Lavalas. Des équipes d’enquête impliquant des membres du Comité d’action d’Haïti et de la Guilde nationale des avocats ont documenté deux massacres de ce type, l’un perpétré par les forces d’occupation de l’ONU le 5 juillet 2005 à Cité Soleil et l’autre perpétré par la police et les paramilitaires du régime PHTK. à Lasalin pendant plusieurs jours à la mi-novembre 2018. Alors que ces massacres ont proliféré à travers Haïti, parallèlement aux assassinats politiques ciblés, la misère a également augmenté, atteignant de nouveaux niveaux de faim et d’autres formes de privation.

La révolution haïtienne a été la première dans l’histoire du monde à déraciner de manière décisive l’esclavage. Depuis lors, Haïti a été implacablement puni par les anciennes puissances esclavagistes et impériales telles que les États-Unis et la France. Cela n’a jamais empêché le peuple haïtien de soutenir les Africains et les peuples autochtones fuyant l’esclavage et le colonialisme dans les Amériques. Haïti a ouvert ses frontières et les a accueillis, tout comme la république haïtienne a fourni une aide matérielle aux combattants de la liberté comme Simon Bolivar.

Aujourd’hui, le peuple haïtien mène la résistance la plus courageuse contre la dictature du PHTK soutenue par les États-Unis. Fanmi Lavalas – malgré les milliers de ses militants tués depuis le coup d’État de 2004 – continue de jouer un rôle central dans l’organisation et la mobilisation de la résistance populaire. Fanmi Lavalas est le parti politique issu du mouvement Lavalas de la majorité pauvre d’Haïti, élisant deux fois Aristide à des majorités écrasantes, d’abord en 1991 puis en 2000, les deux fois interrompues par des coups d’État soutenus par les États-Unis. Alors que Chalmers et PAPDA ont tenté de discréditer Fanmi Lavalas, ils n’y sont pas parvenus. Comme Margaret Prescod l’a récemment dit :

« Depuis le coup d’État, la droite et certains secteurs de la gauche poursuivent leurs efforts pour réduire au silence, discréditer et marginaliser le président Aristide et Fanmi Lavalas, un effort qui a eu plus de succès sur la scène internationale que sur le terrain en Haïti. Sans l’ingérence des États-Unis dans la dernière élection présidentielle, la candidate Lavalas, le Dr Maryse Narcisse, [quite likely] sont devenues la première femme présidente élue d’Haïti. Ceux qui font partie du mouvement populaire en Haïti savent très bien qui est avec eux, qui est utilisé par ceux qui veulent discréditer Lavalas et qui a trahi leur mouvement.

Il est bien plus que temps que les militants antiracistes et anti-impérialistes organisant des forums et des sommets s’assurent que les collaborateurs du coup d’État ne reçoivent pas une plate-forme pour répandre des mensonges et saper le mouvement populaire haïtien et sa direction. Des ponts de solidarité doivent être construits avec les vrais représentants du peuple haïtien, y compris les membres de Fanmi Lavalas, en ce moment décisif de leur histoire. Comme l’a exprimé le journaliste américain et militant vétéran de la solidarité avec Haïti Kevin Pina lors d’une interview le 22 juin sur Sojourner Truth de Pacifica Radio avec Margaret Prescod :

“Le plus grand acte de solidarité est de choisir avec soin avec qui vous travaillez et vous le faites sur la base d’une compréhension très consciente de la situation. En dehors de cela, vous ne devriez pas être impliqué dans la solidarité. Vous faites plus de mal que de bien.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/the-haitian-revolution-today-and-the-limits-of-token-solidarity/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire