La Russie appelle la réunion de l’ONU sur le “sabotage” du gazoduc Nord Stream | Guerre russo-ukrainienne

0
245

On estime que l’attaque a libéré 778 millions de mètres cubes de méthane – la plus grande explosion du puissant gaz à effet de serre jamais enregistrée, ce qui suscite de nouvelles craintes quant à l’effet sur l’urgence climatique.

La Russie a convoqué une réunion du Conseil de sécurité sur le bombardement des pipelines Nord Stream après avoir fait circuler une résolution appelant à une enquête urgente de l’ONU.

Avant la réunion de mardi, les ambassadeurs du Danemark, de Suède et d’Allemagne ont envoyé une lettre aux membres du conseil disant que leurs enquêtes ont établi que les pipelines avaient été gravement endommagés “par de puissantes explosions dues au sabotage”.

La lettre indique que de nouvelles enquêtes sont en cours dans les trois pays et qu’il n’est pas clair quand elles se termineront. Les autorités russes ont été informées de la poursuite des enquêtes.

Des experts du Conseil de sécurité ont tenu des consultations à huis clos lundi sur le projet de résolution russe et des diplomates du Conseil ont déclaré qu’il y avait une opposition à celui-ci. Aucun vote n’était prévu lors de la réunion de mardi, ont indiqué des diplomates du conseil.

Nord Stream 1 a transporté du gaz russe vers l’Allemagne jusqu’à ce que Moscou coupe l’approvisionnement fin août 2022. Nord Stream 2 n’est jamais entré en service car l’Allemagne a suspendu son processus de certification peu de temps avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine le 24 février 2022.

Les explosions sur les pipelines Nord Stream 1 et 2 ont eu lieu le 26 septembre.

La Russie a allégué que les États-Unis étaient à l’origine de l’attaque, et la résolution du pays a déclaré que le sabotage « s’est produit après les menaces répétées contre le Nord Stream par les dirigeants des États-Unis ».

Les États-Unis ont nié l’allégation. La semaine dernière, le porte-parole du Département d’État américain, Ned Price, a qualifié de “pure désinformation” l’implication des États-Unis dans le ciblage de Nord Stream.

“Constantiel et inquiétant”

Dans leur lettre au Conseil, le Danemark, la Suède et l’Allemagne ont réaffirmé que les actes de sabotage contre les oléoducs étaient “inacceptables, mettent en danger la sécurité internationale et suscitent notre profonde inquiétude”.

Les inquiétudes concernant les effets indirects sur les émissions de gaz à effet de serre sont “substantielles et inquiétantes”, indique la lettre.

Le projet de résolution russe a exprimé sa profonde préoccupation face aux «conséquences dévastatrices pour l’environnement» des actes de sabotage, qui «constituent également une menace pour la paix et la sécurité internationales».

On estime que l’attaque a libéré 778 millions de mètres cubes de méthane – la plus grande explosion du puissant gaz à effet de serre jamais enregistrée, ce qui suscite de nouvelles craintes quant à l’effet sur l’urgence climatique.

En Allemagne, le procureur fédéral a lancé une enquête pénale pour établir si un crime de sabotage au sens de l’article 88 du code pénal a été commis.

Le projet russe demandait au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, d’établir d’urgence une enquête internationale indépendante sur le sabotage afin d’identifier “ses auteurs, commanditaires, organisateurs et complices”.

L’opérateur de pipelines russe et d’autres parties intéressées ont été exclus des enquêtes nationales sur la question, a-t-il déclaré.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/2/21/russia-calls-un-meeting-on-nord-stream-pipeline-sabotage

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire