La Russie exhorte la Turquie à ne pas lancer d’offensive dans le nord de la Syrie | Nouvelles de la guerre en Syrie

0
46

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a renouvelé les menaces d’une campagne militaire ciblant les “terroristes” kurdes.

La Russie a exhorté la Turquie à ne pas lancer d’offensive dans le nord de la Syrie après que le président Recep Tayyip Erdogan a renouvelé les menaces d’une campagne militaire visant les “terroristes” kurdes.

“Nous espérons qu’Ankara s’abstiendra d’actions qui pourraient conduire à une détérioration dangereuse de la situation déjà difficile en Syrie”, a déclaré jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, dans un communiqué.

“Une telle décision, en l’absence de l’accord du gouvernement légitime de la République arabe syrienne, serait une violation directe de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie” et “provoquerait une nouvelle escalade des tensions en Syrie”, a-t-elle ajouté.

Mercredi, Erdogan a de nouveau proposé une offensive militaire dans le nord de la Syrie.

«Nous franchissons une nouvelle étape en établissant une zone de sécurité de 30 km (19 milles) le long de notre frontière sud. Nous allons nettoyer Tal Rifat et Manbij », a-t-il dit, faisant référence à deux villes du nord de la Syrie.

Erdogan a déclaré qu’ils procéderaient ensuite “pas à pas dans d’autres régions”.

Depuis une semaine, le dirigeant turc menace de lancer une opération contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Il vise également les Unités de protection du peuple (YPG), un groupe syro-kurde qu’il considère comme faisant partie du PKK.

Le PKK a mené un soulèvement armé contre la Turquie depuis 1984, et des dizaines de milliers de personnes sont mortes dans le conflit.

Le gouvernement turc a accusé les YPG d’avoir attaqué les forces de sécurité turques en Syrie.

Zakharova a déclaré : « Nous comprenons les inquiétudes de la Turquie concernant les menaces à la sécurité nationale émanant des régions frontalières » avec la Syrie, mais a ajouté que le problème ne pourrait être résolu que si des troupes syriennes sont déployées dans la région.

Aux termes d’un accord de 2019, la Russie, alliée du régime de Damas, et la Turquie ont convenu de garantir le retrait des forces kurdes des zones syriennes proches de la frontière turque et de lancer des patrouilles conjointes.

“Acteurs malveillants”

Mercredi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a également mis en garde la Turquie, alliée de l’OTAN, contre une offensive militaire en Syrie, affirmant que cela mettrait la région en danger.

“C’est quelque chose auquel nous nous opposerions”, a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

“La crainte que nous avons est que toute nouvelle offensive compromettrait la stabilité régionale [and] fournir aux acteurs malveillants des opportunités d’exploiter l’instabilité », a déclaré Blinken.

La Turquie a lancé trois opérations militaires dans le nord de la Syrie depuis 2016, s’emparant de zones le long de la frontière dans le but, selon elle, de sécuriser sa frontière contre les menaces de l’EIIL (ISIS) et des YPG.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) liées aux YPG ont averti qu’une opération militaire d’Ankara saperait les efforts de lutte contre les combattants du groupe armé ISIL dans le nord-est de la Syrie.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/2/russia-urges-turkey-not-to-launch-offensive-in-northern-syria

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire