La tragédie ukrainienne stimulera-t-elle la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU ?

0
227

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a révélé de nombreuses faiblesses graves dans l’ordre international. L’un des principaux défauts qu’il convient de corriger concerne le Conseil de sécurité des Nations Unies et son rôle dans la surveillance du système multilatéral. Plus précisément, et soulignant un point que nous avons souligné dans notre essai dans un récent rapport de la Brookings Institution, la guerre en Ukraine a une fois de plus montré que le droit de veto des cinq membres permanents du Conseil de sécurité était un obstacle majeur à la paix.

Le chapitre I, article 1 de la Charte des Nations Unies, qui a été rédigé à la suite de la dévastation de la Seconde Guerre mondiale, stipule que le premier objectif de l’ONU est de maintenir la paix et la sécurité internationales. À cette fin, l’organisation vise à prévenir les menaces à la paix, à réprimer les actes d’agression et à parvenir au règlement pacifique des différends internationaux. Les Chapitres VI et VII de la Charte confient cette mission essentielle au Conseil de sécurité.

Mais le droit de veto absolu accordé par l’article 27 à chacun des membres permanents du Conseil (le P5, comprenant la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis) a dès le début été un obstacle majeur à l’accomplissement par l’organe de sa mission. mission. En effet, le P5 a presque toujours été divisé en blocs géopolitiques rivaux, avec un membre d’un bloc – principalement l’Union soviétique (et maintenant son héritier, la Russie) ou les États-Unis – exerçant son veto sur de nombreuses décisions cruciales.

La guerre en Ukraine a une fois de plus montré que le droit de veto des cinq membres permanents du Conseil de sécurité est un obstacle majeur à la paix.

Le bombardement sauvage de la Russie sur l’Ukraine est un rappel brutal de l’impuissance du Conseil de sécurité lorsque les intérêts d’un ou plusieurs des P5 entrent en conflit avec ceux des autres membres. Après la Seconde Guerre mondiale, les optimistes espéraient qu’une menace à la sécurité conduirait initialement le Conseil de sécurité à imposer des sanctions économiques contraignantes globales afin de dissuader l’agression et d’encourager la résolution pacifique des conflits.

Mais dans le conflit actuel en Ukraine, le veto de la Russie au Conseil de sécurité signifie que les États-Unis et leurs alliés ne peuvent imposer des sanctions que par le biais d’une “coalition des volontaires”. Certes, le grand nombre de pays et la portée extraterritoriale du système de paiement basé sur le dollar confèrent aux sanctions imposées par les États-Unis un poids considérable. Pourtant, dans ce cas comme dans d’autres, un système de sanctions mondiales imposé par le Conseil de sécurité serait encore plus débilitant pour l’économie sanctionnée.

De plus, le rôle émergent de la monnaie numérique et les changements dans le système monétaire international qu’elle pourrait entraîner pourraient bientôt diminuer le rôle du dollar et réduire ce qu’une coalition de volontaires dirigée par les États-Unis peut accomplir. Et dans d’autres cas, comme la décision de l’ancien président américain Donald Trump en 2018 de réimposer des sanctions économiques sévères contre l’Iran, la portée extraterritoriale du dollar a suscité un ressentiment considérable même parmi les alliés américains.

Enfin, alors qu’une grande partie du monde se mobilise actuellement autour de la coalition des démocraties dirigée par les États-Unis face à l’agression flagrante de la Russie contre l’Ukraine, nous ne pouvons malheureusement pas exclure la possibilité qu’une future administration de Trump ou de type Trump aux États-Unis fasse quelque chose qui pourrait potentiellement faire de son veto au Conseil de sécurité un problème pour une grande partie du monde démocratique.

Le fait qu’un Conseil de sécurité de plus en plus illégitime et inefficace soit au cœur du système multilatéral actuel est d’autant plus regrettable compte tenu de l’éventail croissant des menaces à la paix et à la sécurité. Il s’agit non seulement d’actes d’agression conventionnels du type dont le monde est témoin en Ukraine – et qui pourraient encore dégénérer en échanges nucléaires – mais aussi d’autres menaces à la sécurité posées par les nouvelles technologies.

Par exemple, des acteurs étatiques ou non étatiques pourraient causer des ravages par des cyberattaques dévastatrices ou l’abus de l’intelligence artificielle. Des virus synthétiques encore plus meurtriers que le coronavirus à l’origine du COVID-19 pourraient infliger des dommages indescriptibles, que ce soit par bioterrorisme ou bioerreur. Et le changement climatique est une menace pour toute l’humanité qui doit être sur l’écran radar d’un Conseil de sécurité réformé. Des réglementations strictes et universellement contraignantes sont nécessaires de toute urgence dans tous ces domaines.

Nous préconisons donc de changer radicalement le fonctionnement du Conseil de sécurité, en introduisant la possibilité de renverser le veto d’un membre permanent. Cela pourrait être fait en ajoutant une clause à l’article 27 qui permettrait à une large double majorité – représentant, par exemple, au moins les deux tiers des pays membres et les deux tiers de la population mondiale – de passer outre un veto.

Notre proposition se heurterait aujourd’hui au veto de la Russie et probablement de la Chine – et peut-être aussi des trois démocraties du P5, y compris les États-Unis. Mais une grande majorité de pays la soutiendraient probablement. En fait, c’est le moment idéal pour les démocraties du monde, y compris les États-Unis, de proposer un tel changement. En la soutenant, l’administration du président Joe Biden pourrait saisir l’occasion et montrer sa détermination à créer un système multilatéral plus équitable et inclusif. Cela enverrait un message puissant – et largement bien accueilli – que les États-Unis sont convaincus que leur intérêt national éclairé sera en accord avec les intérêts d’une grande majorité des pays et des peuples du monde.

Dans un premier temps, il est peu probable qu’une telle proposition obtienne un soutien suffisant au Congrès américain. Mais chaque crise contient une opportunité. Un schéma tel que décrit ci-dessus pourrait stimuler le soutien à la réforme aux États-Unis et dans d’autres démocraties parmi tous ceux qui sont préoccupés par les menaces anciennes et nouvelles à la sécurité humaine.

La paix étant de plus en plus menacée, le Conseil de sécurité pourrait jouer un rôle beaucoup plus important dans l’atténuation des dangers. Espérons que l’agression de la Russie contre l’Ukraine déclenche un changement radical qui rende l’instance plus légitime et plus efficace.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire