La trêve au Yémen est prolongée de deux mois, mais les belligérants sont éloignés | Nouvelles

0
62

Une trêve entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis du pays a été prolongée de deux mois, ont annoncé les Nations Unies.

La trêve initiale de deux mois, la première depuis 2016, a commencé le 2 avril et devait expirer jeudi. Pourtant, après des jours de négociations, l’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, a annoncé que les parties au conflit avaient accepté une prolongation.

“Je voudrais annoncer que les parties au conflit ont accepté la proposition des Nations Unies de renouveler la trêve actuelle au Yémen pour deux mois supplémentaires”, a déclaré Grundberg.

Grundberg a ajouté que la prolongation de la trêve entrerait en vigueur “à l’expiration de la période de trêve actuelle, aujourd’hui 2 juin 2022 à 19h00, heure du Yémen (1600 GMT)”.

“L’annonce de la prolongation de la trêve aujourd’hui montre un engagement sérieux de toutes les parties à mettre fin aux souffrances insensées de millions de Yéménites”, a déclaré Erin Hutchinson, directrice nationale du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) au Yémen, dans un communiqué après l’annonce de Grundberg. « Les deux derniers mois ont montré que des solutions pacifiques au conflit sont une véritable option.

On ne sait pas ce qui a finalement convaincu les parties belligérantes d’accepter un renouvellement de la trêve à la dernière minute.

Bien que les dispositions de la trêve n’aient pas été pleinement mises en œuvre – les routes menant à la ville de Taiz, largement contrôlée par le gouvernement, continuent d’être fermées par les Houthis alignés sur l’Iran, par exemple – il y a eu des percées importantes.

Dans le cadre de l’accord de trêve qui est entré en vigueur le 2 avril, les parties au conflit avaient convenu d’arrêter toutes les opérations militaires à l’intérieur du Yémen et à travers ses frontières, d’opérer deux vols commerciaux par semaine de Sanaa contrôlée par les Houthis vers la Jordanie et l’Égypte, de permettre 18 navires pétroliers dans le port de Hodeidah contrôlé par les Houthis, et ouvrir les routes à Taiz et dans d’autres gouvernorats.

Selon le NRC, le nombre de civils tués et blessés au Yémen a chuté de plus de 50 % au cours du premier mois de la trêve.

Un autre succès majeur de la trêve a été la reprise des vols commerciaux depuis l’aéroport de Sanaa le 16 avril, la première en six ans. Un blocus de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite avait interdit aux vols commerciaux d’utiliser l’aéroport.

Le vol a décollé de Sanaa à Amman, en Jordanie, après que le gouvernement et la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont accepté d’autoriser l’utilisation des passeports délivrés par les autorités rebelles Houthi dans la capitale yéménite pour voyager.

Le vol était initialement prévu pour le 2 avril, mais il a été retardé car le gouvernement a rejeté l’utilisation des documents de voyage délivrés par les Houthis.

Ahmed, un résident de Sanaa âgé de 31 ans, a déclaré à Al Jazeera qu’il avait maintenant hâte de pouvoir voyager depuis la capitale plutôt que de faire de longs trajets traîtres à travers la ligne de front vers les aéroports des zones contrôlées par le gouvernement du pays.

“Nous attendons ce moment depuis si longtemps”, a déclaré Ahmed. “Je suis, comme tant de Yéménites, si heureux maintenant parce que je vais pouvoir voyager avec mon père malade pour se faire soigner hors du Yémen, plus précisément au Caire.”

« Mon père a refusé de passer par les aéroports de Seiyun ou d’Aden parce que cela prend tellement de temps en voiture et qu’il ne supporte pas les difficultés des longs trajets », a-t-il ajouté.

Les vols de Sanaa au Caire, en Égypte, ont repris le 1er juin.

Pas de progrès à Taiz

Cependant, malgré la fin du blocus de l’aéroport de Sanaa, les Houthis n’ont pas encore accepté d’ouvrir les principales routes menant à Taiz, la troisième ville du pays.

La levée de ce blocus, en place depuis 2015, était censée faire partie de la trêve, et le retard dans la réouverture des routes était le principal obstacle à la prolongation de la trêve.

La semaine dernière, des milliers de personnes ont manifesté à Taiz, appelant l’ONU à faire pression sur les Houthis pour qu’ils mettent fin au blocus de la ville, de nombreux Taizis ayant le sentiment que leur sort a été ignoré.

Pour entrer et sortir de Taiz, les gens sont obligés d’emprunter des itinéraires périlleux à travers les montagnes, et les temps de trajet ont augmenté de plusieurs heures.

Les habitants de Taiz sont frustrés par ce qu’ils ressentent comme un manque d’attention à leur sort, car la plupart des routes menant à la ville restent fermées [Ahmad al-Basha/AFP]

Taiz a été le sujet central des pourparlers qui se sont tenus à Amman pendant trois jours, à partir du 25 mai, entre le gouvernement et les Houthis.

Cependant, au moment où les pourparlers se sont terminés, les deux parties n’étaient pas parvenues à un accord, la délégation gouvernementale affirmant que les Houthis avaient rejeté une proposition d’ouverture des routes principales qui étaient utilisées avant 2015 et n’avaient plutôt proposé d’ouvrir que des routes secondaires. routes.

Le chef de la délégation houthie aux pourparlers, Yahya al-Razami, a déclaré qu’ils avaient plutôt proposé que des routes soient ouvertes non seulement à Taiz mais à Marib et al-Dhale, d’autres régions du pays où les Houthis accusent le gouvernement d’avoir des routes fermetures.

Cependant, le gouvernement yéménite n’a discuté que de l’ouverture de routes “dans des zones spécifiques, en violation de l’accord de trêve”, a déclaré al-Razami, selon la version houthie de l’agence de presse officielle Saba.

Les fermetures de routes à Marib et al-Dhale, cependant, affectent un nombre beaucoup plus petit de personnes qu’à Taiz, qui a une population plus importante.

Les civils de Taiz accusent l’ONU de ne pas avoir suffisamment insisté pour que les Houthis lèvent le blocus.

« À la suite du siège des Houthis, environ quatre millions de personnes souffrent d’une tragédie humaine que l’on ne trouve nulle part ailleurs », a déclaré Anwar al-Taj, un habitant de la ville. « Mais aucune pression n’est exercée sur les Houthis pour les forcer à ouvrir les routes et à mettre fin au siège étouffant des civils qui souffrent chaque jour.

« Les Nations Unies adoptent une politique de deux poids deux mesures. L’ouverture de l’aéroport de Sanaa et du port de Hodeidah est une mission humanitaire que l’ONU a pris sur elle et a pu mettre en œuvre », a ajouté al-Taj.

Les lignes de front sont silencieuses

Malgré les violations signalées par les deux parties, les lignes de front ont généralement connu une réduction des hostilités par rapport aux mois précédents.

Cependant, la bataille pour la ville de Marib, la dernière grande ville sous le contrôle total du gouvernement dans le nord du Yémen, ne s’est pas arrêtée bien que l’intensité ait diminué.

Les Houthis tentent de s’emparer de la ville, qui est devenue un refuge pour des centaines de milliers de personnes fuyant le territoire contrôlé par les Houthis, depuis début 2020.

Un responsable militaire du gouvernement à Marib a déclaré à Al Jazeera que les Houthis avaient continué à construire de nouvelles tranchées et positions, et mobilisaient des forces et positionnaient du matériel lourd à l’ouest, au sud et au nord de la ville.

Par conséquent, bien qu’elle soit bénéfique pour les civils, la trêve n’a pas amené les parties plus près d’un accord mettant fin au conflit.

Le Yémen est en guerre depuis que les Houthis ont pris le contrôle de Sanaa en 2014. Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue militairement aux côtés du gouvernement en 2015 et continue de mener des attaques aériennes à travers le pays, bien qu’elles aient cessé depuis le début de la trêve. .

La guerre a causé la pire catastrophe humanitaire au monde, selon l’ONU.

Se concentrant de plus en plus sur la manière de mettre fin à la guerre, Maysaa Shuja al-Deen, chercheuse principale au Centre d’études stratégiques de Sana’a, dit qu’elle craint que la trêve ne s’effondre.

“Si la trêve est prolongée sans aller à la table des négociations, il y a un risque qu’elle s’effondre”, a déclaré Shuja al-Deen à Al Jazeera.

“La coalition dirigée par l’Arabie saoudite organise son propre retrait de la guerre au Yémen et ne veut s’engager dans aucune bataille”, a-t-elle ajouté. “Le gouvernement est donc conscient qu’il ne peut pas se débrouiller seul sans les avions de chasse de la coalition, car il n’a réussi à développer aucune de ses propres capacités au cours des dernières années.”

« Les Houthis sont prêts pour la guerre. Pour eux, la paix signifie accepter leurs conditions, notamment ne faire aucune concession concernant le territoire sous leur contrôle, qui est devenu leur propre État.

Shuja al-Deen a déclaré que l’acceptation de la trêve par les Houthis pourrait être le résultat de la pression de l’Iran, qui cherche à ressusciter son accord nucléaire avec les États-Unis, plutôt que d’un désir interne de paix.

« La paix est la seule option viable pour la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, et le gouvernement – ​​et les Houthis le savent, alors ils font pression autant qu’ils le peuvent », a déclaré Shuja al-Deen. “Je pense qu’ils pourraient essayer à nouveau de s’emparer de Marib, comme l’impliquent leurs préparatifs sur le terrain.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/2/yemen-truce-extended-for-two-months-but-warring-sides-far-apart

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire